Podcasts sur l'histoire

Zaca II Sch - Histoire

Zaca II Sch - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Zaca II

(Sch: t. 122 (brut); l. 118'; b. 23'9"; dr. 14'; dph.
11' ; s. 9 kilos ; cpl. dix)

Le deuxième Zaca, un yacht à coque en bois et gréé d'une goélette avec un moteur auxiliaire, a été conçu par Garland Rotch et achevé en 1930 à Sausalito, en Californie, par Nunes Bros. eaux dans la région de San Francisco pendant la Seconde Guerre mondiale, la goélette a été acquise par la Marine de Templeton Crocker le 12 juin 1942. Mis en service le 19 juin 1942 et affecté à la Western Sea Frontier, Zaca-classé un auxiliaire divers et désigné IX 73 - servait de navire de garde d'avion, prêt à secourir les équipages de tout avion abattu à proximité.

Finalement relevée par les frégates (PF's) de l'escadron d'escorte 41, Zaca a été mise hors service à Treasure Island, en Californie, le 6 octobre 1944, et son nom a été rayé de la liste de la marine le 13 novembre 1944. Remis à la guerre Shipping Administration le 21 mai 1945, Zaca a été acquis en 1946 par Errol Flynn, un acteur célèbre pour ses rôles de « bouclage oscillant » dans de nombreux films. Flynn a possédé le yacht jusqu'à sa mort en 1959.


Planification des médicaments

Les médicaments, substances et certains produits chimiques utilisés pour fabriquer des médicaments sont classés en cinq (5) catégories ou programmes distincts en fonction de l'utilisation médicale acceptable du médicament et de son potentiel d'abus ou de dépendance. Le taux d'abus est un facteur déterminant dans la programmation de la drogue, par exemple, les drogues de l'annexe I ont un potentiel élevé d'abus et le potentiel de créer une dépendance psychologique et/ou physique sévère. Au fur et à mesure que l'annexe des médicaments change--L'annexe II, l'annexe III, etc., le potentiel d'abus change également--les médicaments de l'annexe V représentent le moins de potentiel d'abus. Une liste des médicaments et leur calendrier se trouvent dans le calendrier de la Loi sur les substances contrôlées (CSA) ou le calendrier de la CSA par ordre alphabétique. Ces listes décrivent le produit chimique de base ou parent et ne décrivent pas nécessairement les sels, les isomères et les sels d'isomères, d'esters, d'éthers et de dérivés qui peuvent également être classés comme substances réglementées. Ces listes sont conçues comme des références générales et ne sont pas des listes exhaustives de toutes les substances contrôlées.

Veuillez noter qu'une substance n'a pas besoin d'être répertoriée comme substance contrôlée pour être traitée comme une substance de l'annexe I aux fins de poursuites pénales. Un analogue de substance contrôlé est une substance destinée à la consommation humaine et qui est structurellement ou pharmacologiquement sensiblement similaire ou est présentée comme étant similaire à une substance de l'annexe I ou de l'annexe II et n'est pas un médicament approuvé aux États-Unis. (Voir 21 U.S.C. §802(32)(A) pour la définition d'un analogue de substance contrôlée et 21 U.S.C. §813 pour l'annexe.)

Les drogues, substances ou produits chimiques de l'annexe I sont définis comme des drogues sans usage médical actuellement accepté et présentant un potentiel élevé d'abus. Voici quelques exemples de médicaments de l'annexe I :

héroïne, acide lysergique diéthylamide (LSD), marijuana (cannabis), 3,4-méthylènedioxyméthamphétamine (ecstasy), méthaqualone et peyotl

Annexe II

Les drogues, substances ou produits chimiques de l'annexe II sont définis comme des drogues à fort potentiel d'abus, dont l'utilisation peut entraîner une grave dépendance psychologique ou physique. Ces médicaments sont également considérés comme dangereux. Voici quelques exemples de médicaments de l'annexe II :

Produits combinés contenant moins de 15 milligrammes d'hydrocodone par unité posologique (Vicodin), cocaïne, méthamphétamine, méthadone, hydromorphone (Dilaudid), mépéridine (Demerol), oxycodone (OxyContin), fentanyl, Dexedrine, Adderall et Ritalin

Annexe III

Les drogues, substances ou produits chimiques de l'annexe III sont définis comme des drogues présentant un potentiel modéré à faible de dépendance physique et psychologique. Le potentiel d'abus de drogues de l'annexe III est inférieur à celui des drogues de l'annexe I et de l'annexe II, mais supérieur à celui de l'annexe IV. Voici quelques exemples de médicaments de l'annexe III :

Produits contenant moins de 90 milligrammes de codéine par unité posologique (Tylenol avec codéine), kétamine, stéroïdes anabolisants, testostérone

Annexe IV

Les drogues, substances ou produits chimiques de l'annexe IV sont définis comme des drogues à faible potentiel d'abus et à faible risque de dépendance. Voici quelques exemples de médicaments de l'annexe IV :

Xanax, Soma, Darvon, Darvocet, Valium, Ativan, Talwin, Ambien, Tramadol

Les drogues, substances ou produits chimiques du Tableau V sont définis comme des drogues dont le potentiel d'abus est inférieur à celui du Tableau IV et consistent en des préparations contenant des quantités limitées de certains stupéfiants. Les médicaments de l'annexe V sont généralement utilisés à des fins antidiarrhéiques, antitussives et analgésiques. Voici quelques exemples de médicaments de l'annexe V :

préparations contre la toux avec moins de 200 milligrammes de codéine ou par 100 millilitres (Robitussin AC), Lomotil, Motofen, Lyrica, Parepectolin


Classifications des drogues, annexe I, II, III, IV, V

Le calendrier des médicaments de la DEA organise les médicaments en groupes en fonction du risque d'abus ou de préjudice. Les médicaments à haut risque et sans bénéfice compensatoire sont interdits de pratique médicale et sont des médicaments de l'annexe I. À l'inverse, ceux considérés comme présentant le risque le plus faible seraient inscrits à l'annexe V (5). Une drogue ou un produit chimique peut être traité comme une substance de l'annexe 1 pour des poursuites pénales, même s'il ne s'agit pas d'une substance contrôlée.

Les drogues contrôlées qui sont considérées comme n'ayant pratiquement aucun risque de dépendance, d'abus ou de préjudice ne sont pas inscrites à la liste. Des exemples de ceux-ci seraient l'insuline, la pression artérielle et les médicaments contre le cholestérol.

Souvent recherchés sont : Kétamine (annexe 3), tramadol (annexe 4), herbe/marijuana/pot (annexe 5 bien que non contrôlé/légal dans certains états). Lyrica/prégabaline (tableau 5). Le propofol et la gabapentine restent non inscrits aux États-Unis, ce qui signifie que vous avez besoin d'une ordonnance (ils sont contrôlés), mais ce n'est pas une substance inscrite.

En 1970, la FDA a publié les classifications de médicaments suivantes, ou annexes de médicaments, en vertu de la Controlled Substance Act (CSA).

Substances contrôlées de l'annexe I

Les médicaments de l'annexe I n'ont pas d'usage médical actuellement accepté et sont considérés comme sûrs à utiliser même sous surveillance médicale. Ils ont un potentiel élevé d'abus et de dépendance.

La marijuana fait partie de l'annexe I. La loi sur les substances contrôlées a été adoptée en 1970, à une époque où il y avait une "guerre contre les drogues" et le concept de tolérance zéro et de pot comme drogue d'introduction était la pensée dominante. L'une des nombreuses conséquences imprévues de l'inscription de la marijuana à l'annexe I était les restrictions qu'elle imposait à la capacité de mener des recherches pour découvrir si et quelles sont les propriétés « médicinales » de la marijuana et quels en sont les dangers. Sans une recherche de qualité, voire raisonnable, les discussions sur la légalisation de la marijuana sont basées sur des opinions et non sur des faits. Regardez cette vidéo où MedShadow discute des exigences déraisonnables imposées aux chercheurs sur la marijuana.

Les autres drogues de l'annexe I sont : l'héroïne, le LSD (acide lysergique diéthylamide), la marijuana (cannabis), le peyotl, la méthaqualone et l'ecstasy (3,4-méthylènedioxyméthamphétamine).

Substances contrôlées de l'annexe II/IIN (2/2N)

Cette catégorie concerne les drogues à fort potentiel d'abus pouvant entraîner une grave dépendance psychologique ou physique. Les substances de l'annexe II/IIN sont considérées comme ayant une valeur médicale.

Exemples de drogues contrôlées de l'annexe II : OxyContin et Percocet (oxycodone), opium, codéine, morphine, hydromorphone (Dilaudid), méthadone, Demerol (mépéridine) et fentanyl.

Des exemples de stimulants de l'annexe IIN comprennent : l'amphétamine (Dexedrine, Adderall), la méthamphétamine (Desoxyn) et le méthylphénidate (Ritalin).

Substances contrôlées des annexes III/IIIN des médicaments (3/3N)

Le potentiel d'abus des médicaments du Tableau III/IIIN est inférieur à celui des substances contenues dans les médicaments du Tableau I ou II/IIN et l'abus peut entraîner une dépendance physique modérée ou faible ou une forte dépendance psychologique.

Exemples de stupéfiants du tableau III : kétamine, Vicodin (produits combinés contenant moins de 15 milligrammes d'hydrocodone par unité posologique), Tylenol avec codéine (produits ne contenant pas plus de 90 milligrammes de codéine par unité posologique) et buprénorphine (Suboxone).

Des exemples de non-narcotiques de l'annexe IIIN comprennent les stéroïdes anabolisants tels que Depo-Testosterone.

Substances contrôlées de l'annexe IV des médicaments

Les médicaments de la classification des drogues Annexe IV/Annexe 4 peuvent et font l'objet d'abus et peuvent être addictifs ou créer une dépendance, mais moins que ceux des Annexes 1, 2 et 3.

Exemples de substances inscrites à l'annexe IV : tramadol, Xanax (alprazolam), carisoprodol (Soma), Klonopin (clonazépam), Valium (diazépam), Ativan (lorazépam (Ativan).

Substances contrôlées de l'annexe V des drogues

Ces drogues sont considérées comme ayant un faible potentiel d'abus par rapport aux substances inscrites à l'annexe IV et consistent principalement en des préparations contenant des quantités limitées de certains stupéfiants.

Exemples de médicaments de l'annexe V : Lyrica/prégabaline, préparations contre la toux ne contenant pas plus de 200 milligrammes de codéine par 100 millilitres ou par 100 grammes (Robitussin AC, Phenergan avec codéine) et ézogabine.

Pour plus d'informations et une liste complète des substances : Drug Enforcement Administration Office of Diversion Control.

Suzanne B. Robotti

Suzanne Robotti a fondé MedShadow Foundation en 2012. Apprenez-en plus sur Su et sa mission.


Zaca II Sch - Histoire

Formé le 1er novembre 1938 à Garz avec le Bf 109D. Le 18 novembre 1939 rebaptisé Stab/St.G.1.

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
1er novembre 1938 - 31 mai 1939 Garz Bf 109D/E
1 juin 1939 - août 1939 Jterbog-Damm Bf 109E
août 1939 - septembre 1939 Nieder-Ellguth Bf 109E
septembre 1939 - 30 septembre 1939 Jterbog Bf 109E

  • Maj Hanns Trubenbach, 1er novembre 1938 - 18 août 1940
  • Hptm Bernhard Mielke, 18 août 1940 - 30 août 1940
  • Hptm Herbert Ihlefeld, 30 août 1940 - 6 janvier 1942

Formé le 1er novembre 1938 à Garz à partir de I./LG Greifswald avec :

Stab I./LG2 de Stab I./LG
1./LG2 à partir de 1./LG
2./LG2 à partir de 2./LG
3./LG2 à partir de 3./LG

Le 6 janvier 1942 redésigné I./JG77 avec :

Stab I./LG2 est devenu Stab I./JG77
1./LG2 est devenu 1./JG77
2./LG2 est devenu 2./JG77
3./LG2 est devenu 3./JG77

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
1er novembre 1938 - 24 août 1939 Garz Bf 109D/E
24 août 1939 - 9 septembre 1939 Lottin* Bf 109E
9 sept. 1939 - 13 sept. 1939 Lauenburg Bf 109E
13 sept. 1939 - 15 sept. 1939 Ford (Leidenbourg) Bf 109E
15 sept. 1939 - 20 sept. 1939 Pultusk Bf 109E
20 sept. 1939 - 30 sept. 1939 Garz Bf 109E
30 sept. 1939 - 6 oct. 1939 Uetersen Bf 109E
6 oct. 1939 - 1 nov. 1939 Neumünster Bf 109E
1 nov. 1939 - 2 déc. 1939 Gymnich Bf 109E
2 déc. 1939 - 8 déc. 1939 Lippstadt Bf 109E
8 déc. 1939 - 29 déc. 1939 Köln-Butzweilerhof Bf 109E
29 déc. 1939 - 13 janv. 1940 Hage Bf 109E
13 janv. 1940 - 25 janv. 1940 Gymnich Bf 109E
25 janv. 1940 - 27 févr. 1940 Köln-Butzweilerhof Bf 109E
27 février 1940 - 4 mars 1940 Stade Bf 109E
4 mars 1940 - 15 mars 1940 Westerland/Sylt Bf 109E
15 mars 1940 - 12 mai 1940 Neumünster** Bf 109E
12 mai 1940 - 13 mai 1940 Jever et Hage*** Bf 109E
13 mai 1940 - 14 mai 1940 Wyk/Fuhr Bf 109E
14 mai 1940 - 18 mai 1940 Essen-Mühlheim Bf 109E
18 mai 1940 - 19 mai 1940 Tirlemont Bf 109E
19 mai 1940 - 23 mai 1940 Saint-Aubin Bf 109E
23 mai 1940 - 4 juin 1940 Mont Saint-Écouvex-Nord Bf 109E
4 juin 1940 - 13 juin 1940 Liègecourt Bf 109E
13 juin 1940 - 20 juin 1940 Cailly-sur-Eure Bf 109E
20 juin 1940 - 12 juillet 1940 Saint-Inglevert/Pihen Bf 109E
12 juillet 1940 - 8 août 1940 Jever Bf 109E
8 août 1940 - 22 août 1940 Wevelghem Bf 109E
22 août 1940 - 5 novembre 1940 Calais/Marck Bf 109E
5 nov. 1940 - 26 déc. 1940 Köln-Butweilerhof Bf 109E
26 déc. 1940 - 30 mars 1941 Calais/Marck Bf 109E
30 mars 1941 - 6 avril 1941 Vienne Bf 109E
6 avril 1941 - 14 avril 1941 Radomir Bf 109E
14 avril 1941 - 17 avril 1941 Bitolj Bf 109E
17 avril 1941 - 20 avril 1941 Ptolémaïs Bf 109E
20 avril 1941 - 27 avril 1941 Larissa Bf 109E
27 avril 1941 - 11 mai 1941 Éleusis Bf 109E
11 mai 1941 - 31 mai 1941 Molaoi Bf 109E
31 mai 1941 - 18 juin 1941 Belgrade Bf 109E
18 juin 1941 - 21 juin 1941 Bucarest Bf 109E
21 juin 1941 - 24 juin 1941 romain Bf 109E
24 juin 1941 - 25 juin 1941 Krosno Bf 109E
25 juin 1941 - 29 juin 1941 Madorowska-Zamocz Bf 109E
29 juin 1941 - 1er juillet 1941 Ungvar Bf 109E
1er juillet 1941 - 10 juillet 1941 Tudora Bf 109E
10 juillet 1941 - 18 juillet 1941 Jassy Bf 109E
18 juillet 1941 - 30 juillet 1941 Zilistea Bf 109E
30 juil. 1941 - 12 oct. 1941 Mizil**** Bf 109E
12 octobre 1941 - 13 octobre 1941 Tschaplinka-S d Bf 109E
14 oct. 1941 - 6 déc. 1941 Marioupol Bf 109E
6 déc. 1941 - 8 déc. 1941 Ackerman Bf 109E
8 déc. 1941 - 9 déc. 1941 Nikolajew Bf 109E
9 déc. 1941 - 6 janv. 1942 Marioupol Bf 109E

* 1./LG2 a déménagé à Malzkow le 31 août 1939 (près de Stolp) a déménagé à Lottin le 3 septembre 1939.

** 3./LG2 déplacé à Wyk/Fuhr le 30 mars 1940, et à Esbjerg le 2 mai 1940 (là jusqu'au 12 mai 1940).

*** 1./LG2 à Mamaia. Le 15 septembre 1941, le 3./LG2 s'installa à Berislaw, et le 26 septembre 1941 à Tschaplinka, y resta jusqu'à ce qu'il soit rejoint par le reste du I./LG2.

4./LG2 deux versions 5./LG2 et 6./LG2 deux versions

  • Maj Georg Spielvogel, 1er novembre 1938 - 9 septembre 1939
  • Maj Wolfgang Neudürffer, septembre 1939 - 1er décembre 1939
  • Hptm Otto Weiss, 1er décembre 1939 - 13 janvier 1942

Formé le 1er novembre 1938 à Tutow à partir du Schlachtfliegergruppe 10 avec :

Stab II./LG2 de Stab/SFGr.10
4./LG2 à partir de 1./SFGr.10
5./LG2 à partir de 2./SFGr.10
6./LG2 à partir de 3./SFGr.10

Le 13 janvier 1942 redésigné I./Sch.G.1 avec :

Stab II./LG2 est devenu Stab I./Sch.G. 1
4./LG2 est devenu 1./Sch.G. 1
5./LG2 est devenu 2./Sch.G. 1
6./LG2 est devenu 3./Sch.G. 1

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
1er novembre 1938 - 31 août 1939 Tuto HS 123
31 août 1939 - septembre 1939 Alt Rosenburg HS 123
septembre 1939 - octobre 1939 * HS 123
octobre 1939 - 10 mai 1940 Lauffenberg HS 123
10 mai 1940 - mai 1940 Duras HS 123
mai 1940 - 21 mai 1940 Apparence HS 123
21 mai 1940 - juin 1940 Cambrai HS 123
juin 1940 - 27 août 1940 Brunswick-Waggum Hs 123, Bf 109E
27 août 1940 - septembre 1940 S dBoblingen Bf 109E
6 sept. 1940 - 29 mars 1941 Calais-Marck Jafou 2 Bf 109E
1er avril 1941 - 6 avril 1941 Belica-Nord Bf 109E
6 avril 1941 - avril 1941 Plovdiv Bf 109E
avril 1941 - avril 1941 Bitolj Bf 109E
avril 1941 - 20 avril 1941 Kozani Bf 109E
20 avril 1941 - 30 avril 1941 Trikkala Bf 109E
1er mai 1941 - juin 1941 Tuto Bf 109E
juin 1941 - juillet 1941 Praschnitz Bf 109E
juil. 1941 - sept. 1941 Solzy ?** Bf 109E
septembre 1941 - octobre 1941 Kalinine Bf 109E
octobre 1941 - décembre 1941 Staraja-Russa Bf 109E
décembre 1941 - janvier 1942 Dugino Bf 109E

* Altsiedel, Witkowicze, Woborz, Grojec et Zalesie ont été utilisés.

** un certain nombre d'autres bases ont également été utilisées, en Russie. Les noms sont actuellement inconnus.

  • Maj Kurt Kleinrath, 1er novembre 1938 - 14 mars 1939
  • Obstlt Radeke, 14 mars 1939 - 1er mai 1939
  • Obstlt Günther Lohmann, 1er mai 1939 - 26 août 1939

Formé le 1er novembre 1938 à Jterbog-Damm de Lehr-Verband/Aufklürungsgruppe Jterbog avec :

Stab III./LG2 nouveau
7.(F)/LG2 nouveau
8.(F)/LG2 nouveau
9.(H)/LG2 nouveau

Le 24 septembre 1939, le 8.(F)/LG2 est rebaptisé 3./Aufklürungsgruppe ObdL

Le 9.(H)/LG2 a été dissous en mars 1942, et le 7.(H)/LG2 a été dissous en janvier 1943.

Probablement dissous le 26 août 1939.

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
novembre 1938 - août 1939 Jterbog-Damm

7.(F)/LG2 a été redésigné 7.(H)/LG2 en janvier 1942.

1er septembre 1939 basé à Deckenpfronn (Do 17P), soutenant la 7e Armée.
10 mai 1940 à Düsseldorf, en soutien à la 18e Armée, Do 17P/M.
22 juin 1941 en soutien au Panzergruppe 1 dans le sud de la Russie
Janvier 1942 redésigné 7.(H)/LG2.
A servi sous Stab/NAGr.12 (mai 1942 - oct 1942 déc 1942 - jan 1943) et Stab/NAGr.9 (nov 1942).
A fait partie de l'Aufklürungsgruppe Fleischmann, de novembre 1942 à décembre 1942.
Démantelé en janvier 1943 après de lourdes pertes.

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
novembre 1938 - août 1939 Jterbog-Damm
août 1939 - septembre 1939 Deckenpfronn 7e Armée Faire 17P
Février 1940 - Mai 1940 Düsseldorf 18ème Armée Faire 17h/h
juillet 1940 - 12 février 1941 Gand
12 février 1941 - mars 1941 Popesti
mars 1941 - avril 1941 Sofia-Vrazdebna
Mai 1941 Athènes
juillet 1941 Schepetowka Panzergruppe 1 dans le sud de la Russie
juillet 1941 - août 1941 Bjelaja-Zerkow
août 1941 - octobre 1941 Kirowograd
décembre 1941 - juin 1942 Marioupol

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
novembre 1938 - août 1939 Jterbog-Damm
août 1939 - 24 septembre 1939 Berlin-Werder

1er septembre 1939 à Scholastivkovo (Hs 126/He 46), soutenant la 3e Panzer-Division.
10 mai 1940 à Krefeld en soutien à la 3e Panzer-Division (Hs 126/Fw 189)
22 juin 1941 en soutien à la 3e Panzer-Division (Fw 189)
Décembre 1941 déménage à Jterbog-Damm et devient une unité d'essais.
Démantelé en mars 1942, absorbé par les unités de formation.

Aérodromes et emplacements des bases aériennes
Date Emplacement Groupe Aéronefs d'occasion
novembre 1938 - août 1939 Jterbog-Damm
août 1939 - septembre 1939 Scholastivkovo 3e Panzer-Division Hs 126/He 46
mars 1940 - mai 1940 Krefeld 3e Panzer-Division Hs 126/Fw 189
janvier 1941 Châlons s. S. 3e Panzer-Division
juillet 1941 Bobruisk 3e Panzer-Division Fw 189
juillet 1941 - août 1941 Kritschew (?)
septembre 1941 - novembre 1941 Orel
décembre 1941 - mars 1942 Jterbog-Damn

Formé le 1er novembre 1938 à Travemunde. 1er septembre 1939 basé à Kiel-Holtenau avec Do 18. Apparemment dissous avant octobre 1939.

Réformé en mars 1941 à Krainici sous le nom de 10. (Sch)/LG2 avec Hs 123. A été rattaché au II./LG2 et utilisait les mêmes bases. Le 13 janvier 1942 rebaptisé 8./Sch.G.1.

Formé le 1er août 1939 à Greifswald (Olt. Johannes Steinhoff), avec Ar 68/Bf 109D. Le 1er septembre 1939, il déménagea à Bonn-Hangelar et fut rebaptisé 10.(N)/JG26.

Formé en octobre 1940 à Tutow (peut-être plus tard déménagé à Deblin-Irena). Le 13 janvier 1942 rebaptisé Ergünzungsstaffel/Sch.G.1.

  • Shores, Christophe (1977). Avion d'attaque au sol de la Seconde Guerre mondiale. Londres : Macdonald et Jane's, 1977. ISBN 0-356-08338-1.
  • de Zeng, H.L Stanket, D.G Creek, E.J. Unités de bombardiers de la Luftwaffe 1933-1945 Une source de référence, volume 2. Ian Allen Publishing, 2007. ISBN 978-1-903223-8

Si vous aimez notre site Web, veuillez ajouter un j'aime sur facebook

Asisbiz fonctionne depuis juillet 2006, cette section a été mise à jour le 5 mai 2020


Zaca II Sch - Histoire

Partie 1
CHAPITRE II : ST. IGNATIUS (AD 116)

Lorsque notre Seigneur est monté au ciel, il a laissé le gouvernement de son Église aux apôtres. On nous dit que pendant les quarante jours entre sa résurrection et son ascension, il a donné des commandements aux apôtres et a parlé des choses appartenant au royaume de Dieu (Actes i. 2f). Ainsi, ils savaient ce qu'ils devaient faire lorsque leur Maître ne serait plus avec eux et l'une des premières choses qu'ils firent, même sans attendre que sa promesse d'envoyer le Saint-Esprit s'accomplisse, fut de choisir saint Matthias dans le place qui avait été laissée vide par la chute du traître Judas (Actes i. 15-26).

Après cela, nous constatons qu'ils ont nommé d'autres personnes pour les aider dans leur travail. Premièrement, ils ont nommé les diacres pour s'occuper des pauvres et aider dans d'autres services. Ensuite, ils nommaient des prêtres (ou anciens) pour prendre en charge les congrégations. Ensuite, nous trouvons saint Paul envoyant Timothée à Éphèse, et Tite dans l'île de Crète, avec le pouvoir d'« ordonner des anciens dans chaque ville » (Tit. 1.5) et de gouverner toutes les églises d'un grand pays. Ainsi donc, trois sortes (ou ordres) de ministres de l'Église sont mentionnés dans les Actes et les Épîtres. Les diacres sont les plus bas, les prêtres, ou anciens, sont à côté et, au-dessus d'eux, il y a un ordre supérieur, composé des Apôtres eux-mêmes, avec des personnes telles que Timothée et Tltus, qui ont dû s'occuper d'un grand nombre de prêtres et diacres, et étaient également les principaux pasteurs spirituels (ou bergers) des personnes qui étaient sous la garde de ces prêtres et diacres. Dans le Nouveau Testament, le nom d'« évêques » (qui signifie « surveillants ») est parfois donné aux apôtres et à d'autres membres du clergé de l'ordre le plus élevé, et parfois aux prêtres, mais après un certain temps il n'a été donné qu'aux plus l'ordre, et quand les Apôtres étaient morts, les évêques avaient le gouvernement en chef de l'Église. Depuis, on a trouvé commode que certains évêques soient placés au-dessus d'autres, et soient appelés par des titres plus élevés, comme archevêques et patriarches, mais ceux-ci appartiennent tous au même ordre d'évêques comme dans une paroisse, bien que le recteur et le curé ont des titres différents, et l'un d'eux est au-dessus de l'autre, ils sont tous les deux le plus souvent prêtres (ou, comme on dit maintenant, prêtres), et donc ils appartiennent tous les deux au même « ordre » dans le ministère.

L'un des plus célèbres parmi les premiers évêques était saint Ignace, évêque d'Antioche, le lieu où les disciples ont d'abord été appelés chrétiens (Actes xi. 26). Antioche était la ville principale de la Syrie, et était si grande qu'elle avait plus de deux cent mille habitants. On dit que saint Pierre lui-même en a été l'évêque pendant quelques années et, bien que ce soit peut-être une erreur, cela vaut la peine de s'en souvenir, car nous découvrirons bientôt que beaucoup de choses ont été dites sur les évêques d'Antioche comme étant saint Pierre. successeurs, ainsi que les évêques de Rome.

Ignace avait connu saint Jean et avait été nommé évêque d'Antioche environ trente ans avant la mort de l'apôtre. Il avait gouverné son église pendant quarante ans ou plus, lorsque l'empereur Trajan vint à Antioche. Dans l'histoire romaine, Trajan est décrit comme l'un des meilleurs parmi les empereurs mais il n'a pas bien traité les chrétiens. Il semble n'avoir jamais pensé que l'Evangile pouvait être vrai, et ainsi il n'a pas pris la peine de rechercher ce que les chrétiens croyaient ou faisaient réellement. Ils étaient obligés à cette époque de tenir leur culte en secret, et surtout de nuit, ou très tôt le matin, car il n'aurait pas été prudent de se réunir ouvertement et donc, les païens, qui ne savaient pas ce qui se faisait à leur réunions, étaient tentés d'imaginer toutes sortes de choses choquantes, telles que que les chrétiens pratiquaient la magie qu'ils adoraient la tête d'âne qu'ils offraient des enfants en sacrifice et qu'ils mangeaient de la chair humaine ! Il n'est pas probable que l'empereur Trajan ait cru à de telles histoires insensées et, lorsqu'il s'est enquis des voies des chrétiens, il n'a entendu que ce qui était bon de leur part. Mais il pouvait encore penser qu'il y avait quelque mal derrière et il pouvait craindre que les réunions secrètes des chrétiens n'aient quelque chose à voir avec des complots contre son gouvernement et ainsi, comme je l'ai dit, il n'était pas leur ami.

Lorsque Trajan vint à Antioche, saint Ignace fut porté devant lui. L'empereur a demandé quel esprit malin le possédait, de sorte qu'il a non seulement enfreint les lois en refusant de servir les dieux de Rome, mais a persuadé les autres de faire de même. Ignace répondit qu'il n'était possédé par aucun mauvais esprit, qu'il était un serviteur du Christ, que par son aide, il vainquit la méchanceté des mauvais esprits et qu'il porta son Dieu et Sauveur dans son cœur. Après quelques questions et réponses supplémentaires, l'empereur ordonna qu'il soit transporté enchaîné à Rome, et qu'il y soit dévoré par les bêtes sauvages. Quand Ignace entendit cette terrible sentence, il était si loin d'être effrayé, qu'il éclata de gratitude et de joie, parce qu'il lui était permis de souffrir pour son Sauveur et pour la délivrance de son peuple.

C'était un long et pénible voyage, par terre et par mer, d'Antioche à Rome, et un vieil homme, comme Ignace, était incapable de le supporter, surtout à l'approche de l'hiver. Il devait être enchaîné aussi, et les soldats qui en avaient la garde se comportèrent avec lui très grossièrement et cruellement. Et sans doute l'empereur pensait qu'en envoyant ainsi un évêque si vénérable subir une mort si effroyable et si honteuse (à laquelle seuls les misérables les plus bas étaient généralement condamnés), il terrifierait les autres chrétiens pour qu'ils abandonnent leur foi. Mais au lieu de cela, le courage et la patience avec lesquels saint Ignace a supporté ses souffrances ont donné aux chrétiens un nouvel esprit pour supporter tout ce qui pourrait leur arriver.

La nouvelle que le saint évêque d'Antioche devait être transporté à Rome se répandit bientôt, et à de nombreux endroits sur le chemin, les évêques, le clergé et le peuple affluèrent ensemble, afin de le voir, de prier et de parler avec lui, et de recevoir son bénédiction. Et quand il pouvait trouver le temps, il écrivait des lettres à diverses églises, les exhortant à tenir ferme dans la foi, à être en paix entre elles, à obéir aux évêques qui étaient placés sur elles, et à avancer dans une vie sainte. Une des lettres a été écrite à l'église de Rome, et a été envoyée par quelques personnes qui voyageaient par un chemin plus court. Saint Ignace supplie, dans cette lettre, que les Romains n'essaieront pas de le sauver de la mort. « Je suis le blé de Dieu, dit-il, que je sois moulu par les dents des bêtes, afin que je sois trouvé le pain pur du Christ. Encouragez plutôt les bêtes, afin qu'elles deviennent mon tombeau, et ne laisse rien de mon corps, afin que, une fois mort, je ne puisse gêner personne. » Il a même dit que, si les lions devaient rester en arrière, il les provoquerait lui-même pour l'attaquer. Il ne devrait pas être juste que les gens ordinaires parlent de cette manière, et l'Église a toujours désapprouvé ceux qui se sont jetés sur la voie de la persécution. Mais un saint homme qui avait servi Dieu pendant tant d'années qu'Ignace, pourrait bien parler d'une manière qui ne pourrait pas devenir des chrétiens ordinaires. Lorsqu'il fut appelé à mourir pour son peuple et pour la foi du Christ, il pourrait même le considérer comme un gage de la faveur de Dieu, et pourrait désirer sa délivrance des troubles et des épreuves de ce monde, comme l'a dit saint Paul à propos de lui-même, qu'il "avait le désir de partir et d'être avec le Christ".

Il arriva à Rome juste à temps pour quelques jeux qui devaient avoir lieu un peu avant Noël car les Romains avaient la cruauté de s'amuser à déchirer des bêtes féroces et à dévorer des hommes, dans de vastes lieux appelés amphithéâtres, à leurs jeux publics. Lorsque les chrétiens de Rome apprirent qu'Ignace était près de la ville, un grand nombre d'entre eux sortirent à sa rencontre et dirent qu'ils essaieraient de persuader les gens dans l'amphithéâtre de veiller à ce qu'il ne soit pas mis à mort. Mais il les supplia, comme il l'avait déjà fait dans sa lettre, qu'ils ne feraient rien pour l'empêcher de glorifier Dieu par sa mort et il s'agenouilla avec eux, et pria qu'ils puissent continuer dans la foi et l'amour, et que la persécution pourrait bientôt prendre fin. Comme c'était le dernier jour des jeux, et qu'ils étaient presque terminés, il fut alors précipité dans l'amphithéâtre (appelé le Colisée), qui était si grand que des dizaines de milliers de personnes pouvaient y assister. Et à cet endroit (dont les ruines sont encore visibles), saint Ignace a été déchiqueté par des bêtes sauvages, de sorte qu'il ne restait que quelques-uns de ses plus gros os, que les chrétiens ont pris et transportés dans sa propre ville de Antioche.


Les Noirs au début de la Californie

Les Noirs libérés, ou Afro-Latinos-descendants d'esclaves africains amenés au Mexique aux XVe et XVIe siècles par les Espagnols-ont aidé à coloniser la Californie à la suite de l'expédition Juan Bautista de Anza qui a ouvert une route commerciale terrestre vers la Californie en 1774. En 1790, un on estime que 20 pour cent de la population californienne était afro-américaine. De plus, la race avait beaucoup moins d'importance dans la société californienne, où les Afro-Latinos étaient des membres égaux de la société, acquérant de vastes étendues de terre, occupant des postes militaires et politiques et se mariant avec des Espagnols, des Mexicains et des autochtones. Le dernier gouverneur de Californie sous la domination mexicaine était Pío de Jesús Pico, était un riche Californio de troisième génération d'ascendance espagnole, africaine et amérindienne.

À la suite de l'acquisition de la Californie par les États-Unis, le nouveau gouvernement territorial a commencé à promulguer des lois qui privaient les droits juridiques et politiques de tous les non-Blancs. La Constitution californienne, ratifiée en novembre 1849, a voté pour priver du droit de vote tous les citoyens américains, sauf les hommes blancs, à une exception limitée pour les Indiens, qui pourraient être autorisés à voter dans des cas spéciaux sanctionnés par le vote des deux tiers de la législature. Des lois sur le vagabondage ont été adoptées qui ont essentiellement réduit en esclavage les Amérindiens jusqu'à la fin de la guerre civile. D'autres lois ont été promulguées qui ont permis à toute personne prétendant qu'une personne noire était un ancien esclave de détenir et, essentiellement, de ré-asservir cette personne. Des milliers de personnes ont perdu leurs terres devant les tribunaux américains qui ont refusé de reconnaître les titres fonciers espagnols et mexicains.


Autres choses à savoir

Les questions du U.S. History Subject Test peuvent être présentées sous forme d'éléments distincts ou dans des ensembles basés sur des citations, des cartes, des images, des graphiques ou des tableaux.

Veuillez noter que ce test reflète ce qui est couramment enseigné au lycée. En raison des différences dans les classes du secondaire, il est probable que la plupart des élèves trouveront des questions sur des sujets qu'ils ne connaissent pas. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Vous n'êtes pas obligé de répondre correctement à toutes les questions pour obtenir le score le plus élevé (800) pour le test. De nombreux étudiants réussissent bien même s'ils n'ont pas étudié tous les sujets abordés.


Zaca II Sch - Histoire

*Rejoignez notre forum mensuel ! Pour seulement 10,00 $, vous pouvez assister à tous

nos événements liés au forum et recevez notre newsletter semestrielle.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour un échantillon gratuit de notre newsletter semestrielle !*

Nouveaux ajouts à la boutique de cadeaux en ligne

Nous proposons désormais une sélection d'articles de notre boutique de cadeaux sur notre site Web. Au lieu de juste des livres

et cartes, nous avons une petite sélection de bibelots et cadeaux qui font notre cadeau

magasinez un endroit à considérer lors de l'achat pour ce passionné d'histoire dans votre famille.

Histoire des Noirs de Bedford : 250 ans, raconte l'histoire des Afro-Américains vivant dans le comté de Bedford depuis la création du comté. Il donne un aperçu de la façon dont les Noirs de Bedford ont prospéré et ont eu un impact brillant sur la ville et le comté de Bedford.

Téléphone: 540-586-4520 P adresse postale : 201 East Main Street Bedford, Virginie 24523 E-mail: [email protected]

Les associations: Virginia Association of Museums, American Association of Museums, American Association for State and Local History, Virginia Genealogical Society, American Alliance of Museums


Étude clinique de phase II SCH 52365 : une étude sur l'efficacité et l'innocuité de la monothérapie avec SCH 52365 chez des patients atteints d'un premier astrocytome anaplasique en rechute (étude P03745)

Tableau de mise en page pour les informations sur l'étude
Type d'étude : Interventionnel (essai clinique)
Inscriptions réelles : 32 participants
Allocation: N / A
Modèle d'intervention : Affectation à un seul groupe
Masquage : Aucun (étiquette ouverte)
Objectif principal: Traitement
Titre officiel: Étude clinique de phase II SCH 52365 : une étude sur l'efficacité et l'innocuité de la monothérapie avec SCH 52365 chez des patients atteints d'un premier astrocytome anaplasique en rechute
Date réelle de début de l'étude : 27 mai 2003
Date d'achèvement principale réelle : 17 juin 2005
Date réelle d'achèvement de l'étude : 17 juin 2005

Liens de ressources fournis par la Bibliothèque nationale de médecine

L'étude comprend deux étapes :

  • Étape 1, la phase d'étude thérapeutique, comprenant six cycles de traitement par le témozolomide, et
  • Étape 2, la phase de traitement à long terme, où les sujets avec au moins une stabilisation de la maladie à la fin de l'étape 1 peuvent continuer le traitement par le témozolomide jusqu'à ce qu'une toxicité inacceptable ou une progression de la maladie se produisent, jusqu'à un maximum de 2 ans à compter du début du traitement au cycle 1 .
  1. Réponse globale à l'étape 1 [ Délai : 6 mois ]
  2. Taux d'incidence et gravité des événements indésirables avec l'administration de témozolomide à l'étape 1 [Délai : 7 mois (pendant l'administration de témozolomide pendant 6 mois et un suivi pendant 1 mois)]
  1. Survie sans progression à l'étape 1 [Délai : 6 mois]
  2. Survie globale à l'étape 1 [ Délai : 6 mois ]
  3. Réponse tumorale à l'étape 1 [ Délai : 6 mois ]
  4. Amélioration neurologique à l'étape 1 [Délai : 6 mois]
  5. Survie sans progression, survie globale, réponse globale, effet sur les symptômes neurologiques et sécurité à l'étape 2 [Délai : 6 mois]
  6. Survie sans progression à l'étape 2 [Délai : jusqu'à 2 ans]
  7. Survie globale à l'étape 2 [Délai : jusqu'à 2 ans]
  8. Réponse globale à l'étape 2 [ Délai : jusqu'à 2 ans ]
  9. Effet sur les symptômes neurologiques à l'étape 2 [Délai : jusqu'à 2 ans]
  10. Sécurité à l'étape 2 [ Délai : jusqu'à 2 ans ]
Informations de la Bibliothèque nationale de médecine

Choisir de participer à une étude est une décision personnelle importante. Discutez avec votre médecin et les membres de votre famille ou vos amis de la décision de participer à une étude. Pour en savoir plus sur cette étude, vous ou votre médecin pouvez contacter le personnel de recherche de l'étude en utilisant les contacts fournis ci-dessous. Pour des informations générales, En savoir plus sur les études cliniques.

Tableau de mise en page pour les informations d'éligibilité
Âges admissibles à l'étude : 18 ans et plus (adulte, adulte plus âgé)
Sexes admissibles à l'étude : Tous
Accepte les bénévoles en bonne santé : Non

Le sujet doit avoir un astrocytome anaplasique confirmé histologiquement sur la tente à la première rechute et satisfaire aux critères suivants :

  • preuve sans équivoque de récidive ou d'aggravation de la tumeur par IRM après traitement pour l'apparition initiale les lésions doivent être mesurables
  • astrocytome anaplasique diagnostiqué histologiquement par les derniers tests de diagnostic pathologique (y compris le diagnostic initial) avant l'administration initiale de témozolomide
  • échantillons de tissus disponibles pour l'examinateur pathologique central
  • le rapport de diagnostic pathologique de l'institution médicale menant l'étude doit être disponible pour le promoteur.
  • IRM réalisée dans les 14 jours avant l'administration initiale du témozolomide
  • site tumoral évaluable confirmé par IRM
  • dosage of steroidal agents not increased within 7 days before MRI prior to initial temozolomide administration, except for postoperative subjects for first relapse
  • MRI performed at the Principal Investigator's study location or designated radiology facility during the study.

Criteria regarding treatment of initial onset:

  • tumor biopsy, regardless of tumor resection at initial diagnosis
  • prior radiation therapy
  • prior chemotherapy with up to one nitrosourea-containing regimen.

For subjects who had surgical resection of tumor at first relapse:

  • MRI scan must have been performed within 72 hours after surgery.
  • the dose of steroidal agents must be reduced before temozolomide administration.
  • History of treatment with dacarbazine.
  • Subjects who received chemotherapy within 6 weeks before initial temozolomide administration.
  • Subjects who received interstitial radiotherapy or stereotactic radiosurgery.
  • Subjects who completed radiotherapy within 12 weeks before initial temozolomide administration.
  • Surgery at first relapse (including biopsy) within 1 week before initial temozolomide administration.
  • Subjects not recovered from acute toxicity due to previous therapy.
  • High-risk subjects with complication of diseases other than malignant tumor, or who require systemic administration of antibiotics for infection.
  • Previous or concurrent malignancies at other sites.
  • Pregnant or nursing women.
  • Women of childbearing potential not using an effective method of contraception.
  • Subjects previously treated with temozolomide.
  • Participation in an ongoing clinical study, or in other clinical studies within 6 months before initial temozolomide administration.
  • Subjects found inappropriate for the study by the investigator or subinvestigator.

When Did the Vietnam War End?

In January 1973, the United States and North Vietnam concluded a final peace agreement, ending open hostilities between the two nations. War between North and South Vietnam continued, however, until April 30, 1975, when DRV forces captured Saigon, renaming it Ho Chi Minh City (Ho himself died in 1969).

More than two decades of violent conflict had inflicted a devastating toll on Vietnam’s population: After years of warfare, an estimated 2 million Vietnamese were killed, while 3 million were wounded and another 12 million became refugees. Warfare had demolished the country’s infrastructure and economy, and reconstruction proceeded slowly.

In 1976, Vietnam was unified as the Socialist Republic of Vietnam, though sporadic violence continued over the next 15 years, including conflicts with neighboring China and Cambodia. Under a broad free market policy put in place in 1986, the economy began to improve, boosted by oil export revenues and an influx of foreign capital. Trade and diplomatic relations between Vietnam and the U.S. resumed in the 1990s.

In the United States, the effects of the Vietnam War would linger long after the last troops returned home in 1973. The nation spent more than $120 billion on the conflict in Vietnam from 1965-73 this massive spending led to widespread inflation, exacerbated by a worldwide oil crisis in 1973 and skyrocketing fuel prices.


Voir la vidéo: Lhistoire secrète de SCH: comment a-t-il percé? DOCUMENTAIRE (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Kajimuro

    Ce n'est pas dommage d'imprimer un tel post, on trouve rarement ça sur internet, merci !

  2. Halebeorht

    Quels mots nécessaires ... super, une idée brillante

  3. Nekasa

    Et je n'y ai pas pensé. Je vais dire à ma mère, elle ne le croira pas!

  4. Yekuno Amlak

    Je pense que vous autorisera l'erreur. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi dans PM, nous allons le gérer.

  5. Perye

    Ce n'est pas vrai.



Écrire un message