Podcasts sur l'histoire

Sea Robin SS-407 - Histoire

Sea Robin SS-407 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Mer Rouge
(SS-407 : dp. 1 526 (surf.), 2 401 (subm.); 1. 311'8"; né. 27'3"', dr. 15'3"; s. 20 k. (surf.) , 8.75 k. (subm.)cpl. 81; a. 1 5", 1 40mm., 1 20mm., 10 21" tt.; cl. Balao)

Sea Robin (SS-407) a été posé par le chantier naval de Portsmouth (N.H.) le 1er mars 1944, lancé le 25 mai 1944, parrainé par Mme Homer Ambrose, épouse du capitaine Ambrose, surintendant de la production du chantier naval; et commandé le 7 août 1944 Lt. Comdr. Paul C. Stimson aux commandes.

Après le shakedown au large de Portsmouth, NH, et New London, Connecticut, Sea Robin a transité par le canal de Panama le 12 octobre 1944 à la suite d'un incident avec un navire marchand scandinave qui, prenant le sous-marin pour un sous-marin allemand, a dispersé frénétiquement des obus dans le direction de "l'ennemi" qui a fait surface. Heureusement, Sea Robin était hors de portée et s'est échappé sans dommage.

Après avoir passé six jours à Pearl Harbor, le Sea Robin a navigué vers le détroit de Luzon et sa première patrouille de guerre où, le 6 janvier 1945, il a torpillé et coulé sa première victime de la guerre, le pétrolier japonais de 5 000 tonnes Tarakan Maru. À l'exception de l'esquive des mines flottantes, le reste de la première patrouille du sous-marin s'est déroulé sans incident; et elle est revenue au port à Fremantle, Australie-Occidentale, le 29 janvier.

La deuxième patrouille de Sea Robin s'est avérée être la plus productive de la guerre. Le 3 mars, alors qu'il patrouillait au nord de Surabaja dans la mer de Java, le bateau a échappé à un navire d'escorte japonais et a torpillé le cargo Suiten Maru. Après plusieurs tentatives infructueuses pour sauver les survivants, le sous-marin a finalement transporté trois prisonniers de guerre à bord et a continué sa patrouille. Deux jours plus tard, le Sea Robin a contacté un convoi chargé de troupes de deux cargos, une canonnière convertie et plusieurs escortes. La canonnière Manyo Mam~ fut la première envoyée au fond, victime de trois torpilles. Après avoir échappé aux navires d'escorte soudainement actifs, le sous-marin a commencé un tour et, plusieurs heures plus tard, était à nouveau en position de tir. Le Sho pu Maru, le premier des deux cargos, zigzaguait radicalement mais n'a pu éviter les trois torpilles que le Sea Robin a tirées sur lui. Elle a pris un coup sous son pont et s'est installée rapidement par l'arc. Sea Robin a ensuite tiré une série de trois torpilles sur le cargo restant, mais la cible a zigzagué et ils ont raté. Lors de la deuxième tentative, le navire n'a pas eu cette chance. Après avoir vu la cible inverser complètement le cours, le sous-marin a tiré trois autres torpilles à une distance de 900 mètres avec un coup au milieu du navire qui a brisé le Nagaru Maru en deux et l'a envoyé rapidement au fond. Sea Robin commence alors à payer le prix de son succès. Pendant 24 heures, elle est poursuivie par les escortes et les avions d'accompagnement ; mais a réussi à s'échapper et est arrivé à la Baie de Subic, aux Philippines le 15 mars pour reconstituer son magasin de torpilles épuisé.

En quittant la baie de Subic le 19 mars, le Sea Robin a mis le cap sur la mer de Chine méridionale dans la région de l'île de Hainan où, le 23, il a sauvé un aviateur abattu. Le 30 mars, le sous-marin se retrouve au milieu d'un groupe de six destroyers japonais. À mi-chemin entre deux d'entre eux, elle a tiré trois torpilles sur la première, mais un virage rapide du navire les a fait traverser la proue de manière inoffensive. Le deuxième destroyer I a fait une embardée de 90° et a commencé à foncer sur le Sea Robin. Après 20 minutes de charge sous-marine, le sous-marin s'est dégagé et, avec Hainan à seulement 10 milles de distance, a de nouveau attaqué, mais une série de six torpilles n'a pas réussi à trouver une cible et le sous-marin a repris la patrouille.

Le 8 avril, le Sea Robin a coulé deux petits bateaux de pêche japonais, faisant trois prisonniers de guerre et, le lendemain, a embarqué 10 autres Japonais, survivants d'un chalutier en train de s'effondrer sur lequel des avions alliés avaient sombré. Le sous-marin a terminé sa deuxième patrouille à Pearl Harbor le 29 avril.

La troisième et dernière patrouille de guerre de Sea Robin a été menée dans les mers Jaune et de Chine orientale. Après avoir coulé une petite embarcation de patrouille le 9 juillet et fait un prisonnier, le Sea Robin a torpillé et coulé le cargo, le Sakishima Maru, le 10 juillet. Peu de temps après, alors qu'il tentait de couler un grand sampan, le sous-marin a été attrapé à la surface par un avion japonais. Bien que le pilote n'ait pas largué ses bombes lors du premier passage, donnant ainsi au Sea Robin une chance de plonger, il en a largué deux près lors du second. Bien qu'il n'ait été découvert qu'à la fin de la patrouille, les tubes d'étrave du sous-marin ont été gravement endommagés, provoquant de nombreux échecs de torpilles pendant le reste de la patrouille. À l'exception de plusieurs chalutiers coulés lors d'attaques de surface, le reste de la patrouille était improductif.

À la fin de la guerre le 15 août, le Sea Robin était amarré à Midway Island. Après une escale d'une journée à Pearl Harbor, le bateau s'est dirigé vers la maison, a traversé le canal de Panama le 20 septembre et est arrivé à Galveston, Texas, quatre jours plus tard.

L'affectation en temps de paix a amené Sea Robin à l'escadron de sous-marins (SubRon) 6 basé à Balboa, dans la zone du canal. Le 15 mai 1947, le sous-marin a commencé une patrouille de guerre simulée d'un mois et demi au cours de laquelle il a fait le tour du continent sud-américain et est devenu le premier sous-marin à contourner le cap Horn. L'année 1948 a été consacrée à des exercices d'entraînement de la flotte dans les régions de Balboa et de Key West.

Après une révision au chantier naval de Philadelphie, le Sea Robin a été réaffecté au SubRon 8 basé à New London, Connecticut, arrivant le 20 août 1949. Le 23 février 1950, le sous-marin a quitté New London pour participer à l'exercice "Portex", un exercice conjoint de l'ArmyNavy -Exercice de l'Air Force dans les Caraïbes, retour le 24 mars. De septembre à novembre, il effectue son premier tour de service avec la 6e flotte en Méditerranée.

En 1951, le Sea Robin a été converti en sous-marin Guppy IA, après quoi il est retourné à New London pour des opérations locales. En janvier et février 1952, le sous-marin a participé à l'exercice "Micowex" dans l'Atlantique Nord, testant des équipements et des procédures par temps froid sous la supervision du Naval Research Laboratory de New London, suivi d'un retour dans des eaux plus chaudes et d'une participation à l'exercice "Pacex". dans les Caraïbes. Au cours des deux années suivantes, Sea Robin a participé à des opérations de formation et de flotte locales dans la région de New London.

Le 30 août 1954, le Sea Robin partit pour une croisière d'entraînement de six semaines dans le nord qui s'étendait à travers le cercle d'Aretic et comprenait des escales à Glasgow, en Écosse et à Belfast, en Irlande du Nord. Le 4 janvier 1955, le sous-marin est parti pendant six semaines dans les Caraïbes pour participer à l'opération "Springboard" et, en septembre, a pris part à l'exercice de l'OTAN "New Broom IV", visitant St. John, Nouveau-Brunswick, en route vers New London, où elle a opéré localement pour le reste de l'année.

Après s'être engagé dans des opérations spéciales à la fin de 1956 et au début de 1957, le Sea Robin a repris ses fonctions normales dans la région de New London jusqu'à son entrée dans le chantier naval de Portsmouth (N.H.) le 24 juillet 1957 pour une révision de deux mois. À son retour à New London, elle s'est engagée dans des exercices de flotte dans l'Atlantique et les Caraïbes jusqu'au 28 mars 1958, date à laquelle elle a mis les voiles pour une période de service de trois mois et demi avec la 6e flotte en Méditerranée. Au cours des cinq années suivantes, avec des périodes de révision régulières, le Sea Robin a opéré dans les eaux de l'Atlantique et des Caraïbes, s'engageant dans des exercices de guerre anti-sous-marine et fournissant des services à la United States Naval Submarine School.

En septembre 1964, Sea Robin a participé à l'exercice "Master Stroke" avec les forces américaines, canadiennes et britanniques, suivi d'opérations locales dans la région de New London où elle est restée jusqu'en 1965. L'année 1966 a été consacrée à la participation aux forces de l'opération "Springboard". dans les Caraïbes, fournissant des services aux escadrons aéronavals et aux unités de surface, suivis d'entraînements et d'exercices ASM dans la région de New London.

Le 22 mai 1967, Sea Robin a pris la mer en compagnie de Tusk (SS-426), Sablefish (SS-303) et Sea Owl (SS-405) pour une tournée de deux mois dans les ports d'Europe du Nord s'arrêtant à Portsmouth, en Angleterre. , Cherbourg France, Londonderry, Irlande du Nord, et divers ports scandinaves. Du 2 octobre au 1er février 1968, le Sea Robin a subi une révision au chantier naval de Philadelphie et, une fois terminé, a repris ses fonctions normales dans l'Atlantique et les Caraïbes. Le 1er décembre 1969, le sous-marin est transféré au SubRon 2, également basé à New London.

Les faits saillants de 1970 ont été la participation à l'opération "Springboard" en janvier et février et à l'exercice de l'OTAN "Steel Ring" en avril et mai. Le 4 août, le sous-marin a effectué sa 12 920e et dernière plongée. Le 1er octobre 1970, le Sea Robin est désarmé et rayé de la liste de la Marine. Elle a été vendue à la ferraille le 3 juin 1971 à la North American Smelting Co., Wilmington, Del.

Sea Robin a reçu trois étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Mis en service en août 1944 avec le capitaine de corvette Paul C. Stimson aux commandes, l'USS Sea Robin a organisé sa croisière d'essai au large du New Hampshire et du Connecticut, aux États-Unis, puis s'est dirigé vers l'océan Pacifique en octobre 1944. Au large du canal de Panama, il a été pris pour un sous-marin allemand et a été la cible de tirs d'un navire marchand dont il s'est échappé sans dommage. Lors de sa première patrouille de guerre dans le détroit de Luzon entre les îles Philippines et Taïwan, il coule le pétrolier japonais Tarakan Maru. Sa deuxième patrouille de guerre fut la plus réussie, coulant trois cargos et une canonnière au large de Java dans les Indes néerlandaises et coulant deux bateaux de pêche dans la mer de Chine méridionale. Au cours de sa troisième patrouille de guerre, son arc a été endommagé lors d'une attaque aérienne, ce qui a conduit à des attaques de torpilles ratées plus tard dans la troisième patrouille, mais le problème n'a été découvert que plus tard. Elle est arrivée à l'atoll de Midway pour se reconstituer à la mi-août 1945, où elle se trouverait à la fin de la guerre du Pacifique.

ww2dbase Dans les années qui ont suivi la guerre, l'USS Sea Robin était basé dans la zone du canal de Panama. Au milieu de 1947, il est devenu le premier sous-marin américain à contourner le Cap Horn alors qu'il faisait le tour de l'Amérique du Sud lors d'une patrouille de guerre simulée. Au début de 1949, il a été révisé au chantier naval de Philadelphie, en Pennsylvanie, aux États-Unis. En 1949, sa base d'opérations a été transférée à New London, Connecticut, États-Unis. Entre septembre et novembre 1950, il a servi dans la mer Méditerranée avec la 6e flotte de l'US Navy. En 1951, il est converti en sous-marin GUPPY IA. Dans les années 1950 et 1960, il a servi à partir de New London, Connecticut, États-Unis et en Méditerranée (avec la 6e flotte de l'US Navy), participant à plusieurs exercices et croisières d'entraînement. Il a été désarmé en octobre 1970 et vendu à la ferraille l'année suivante.

ww2dbase Source : Wikipédia

Dernière révision majeure : octobre 2011

Carte interactive du sous-marin Sea Robin (SS-407)

Chronologie opérationnelle de Sea Robin

1 mars 1944 La quille du sous-marin Sea Robin a été posée.
25 mai 1944 Le sous-marin Sea Robin a été lancé, parrainé par l'épouse du capitaine de la marine américaine Homer Ambrose, surintendant de la production au chantier naval de Portsmouth à Kittery, Maine, États-Unis, où le sous-marin a été construit.
7 août 1944 L'USS Sea Robin a été mis en service sous le commandement du lieutenant-commandant Paul Stimson.
12 octobre 1944 L'USS Sea Robin a transité par le canal de Panama.
6 janvier 1945 L'USS Sea Robin a coulé le pétrolier japonais Tarakan Maru dans le détroit de Luzon, le frappant avec 2 des 3 torpilles tirées. Elle a également tiré 9 autres torpilles sur un destroyer et un autre pétrolier, mais aucune d'entre elles n'a atteint leurs cibles.
29 janvier 1945 L'USS Sea Robin est arrivé à Fremantle, en Australie, mettant fin à sa première patrouille de guerre.
3 mars 1945 L'USS Sea Robin a coulé le cargo japonais Suiten Maru au nord de Surabaja, Java, le frappant avec 1 des 7 torpilles tirées, elle a récupéré 3 survivants.
5 mars 1945 L'USS Sea Robin a suivi un convoi escorté de deux cargos tout au long de la journée où il a coulé la canonnière Manyo Maru avec trois des trois torpilles tirées, le cargo Shoyu Maru avec l'une des trois torpilles tirées et le cargo Nagaru Maru avec l'une des sept torpilles tirées. Sea Robin a été chassé par des navires et des avions japonais après l'attaque, mais a pu s'échapper.
15 mars 1945 L'USS Sea Robin est arrivé à Subic Bay, aux Philippines, et s'est ravitaillé.
19 mars 1945 L'USS Sea Robin a quitté la baie de Subic, aux Philippines, poursuivant sa deuxième patrouille de guerre.
23 mars 1945 L'USS Sea Robin a secouru un aviateur américain abattu en mer de Chine méridionale.
30 mars 1945 L'USS Sea Robin a détecté un groupe de six destroyers japonais dans la mer de Chine méridionale juste au large de Hainan, en Chine. Elle a tiré 3 puis 6 torpilles, mais les 9 torpilles ont raté. Elle a survécu à 20 minutes de charge de profondeur après l'attaque.
8 avril 1945 L'USS Sea Robin a coulé deux petits bateaux de pêche japonais dans la mer de Chine méridionale avec son canon de pont et a pris 3 survivants.
9 avril 1945 L'USS Sea Robin a pris en charge 10 survivants du naufrage d'un chalutier japonais endommagé par des avions alliés en mer de Chine méridionale.
29 avril 1945 L'USS Sea Robin est arrivé à Pearl Harbor, territoire américain d'Hawaï, mettant fin à sa deuxième patrouille de guerre.
1 juin 1945 L'USS Sea Robin a quitté Pearl Harbor, territoire américain d'Hawaï, pour sa troisième patrouille de guerre.
9 juillet 1945 L'USS Sea Robin a coulé une petite embarcation de patrouille japonaise avec une torpille dans la mer de Chine orientale et a pris un survivant.
10 juillet 1945 L'USS Sea Robin a coulé le cargo japonais Sakishima Maru dans la mer de Chine orientale, le frappant avec les quatre torpilles tirées.
19 juillet 1945 L'USS Sea Robin a tiré huit torpilles sur un pétrolier japonais en mer de Chine orientale, mais toutes les torpilles ont manqué.
20 juillet 1945 L'USS Sea Robin a tiré une torpille sur un navire japonais dans la mer de Chine orientale, la torpille a manqué.
21 juillet 1945 L'USS Sea Robin a tiré une torpille sur un patrouilleur japonais en mer de Chine orientale, la torpille a manqué. Plus tard dans la même journée, il a coulé deux petits pétroliers avec son canon de pont.
22 juillet 1945 L'USS Sea Robin a coulé un petit navire japonais avec son canon de pont en mer de Chine orientale.
23 juillet 1945 L'USS Sea Robin a coulé un petit navire japonais avec son canon de pont en mer de Chine orientale.
24 juillet 1945 L'USS Sea Robin a tiré trois torpilles sur un pétrolier japonais en mer de Chine orientale, toutes les torpilles manquées.
20 septembre 1945 L'USS Sea Robin a transité par le canal de Panama.
24 septembre 1945 L'USS Sea Robin est arrivé à Galveston, Texas, États-Unis.
15 mai 1947 L'USS Sea Robin a commencé une patrouille de guerre simulée qui l'a appelé à faire le tour de l'Amérique du Sud, il deviendrait le premier sous-marin américain à contourner le Cap Horn.
20 août 1949 L'USS Sea Robin est arrivé à New London, Connecticut, États-Unis et a rejoint l'escadron de sous-marins 8.
23 février 1950 L'USS Sea Robin a quitté New London, Connecticut, États-Unis pour l'exercice Portex.
23 mars 1950 L'USS Sea Robin est arrivé à New London, Connecticut, États-Unis.
30 août 1954 L'USS Sea Robin est parti pour une croisière d'entraînement de six semaines dans le cercle polaire arctique.
4 janvier 1955 L'USS Sea Robin est parti pour l'exercice Opération Tremplin dans la mer des Caraïbes.
24 juillet 1957 L'USS Sea Robin est entré dans le chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine, États-Unis pour une révision programmée.
28 mars 1958 L'USS Sea Robin a quitté New London, Connecticut, États-Unis pour la mer Méditerranée.
22 mai 1967 L'USS Sea Robin est parti pour une tournée de deux mois en Europe du Nord avec d'autres sous-marins.
2 octobre 1967 L'USS Sea Robin est entré dans le Philadelphia Navy Yard, en Pennsylvanie, aux États-Unis, pour une révision programmée.
1 février 1968 L'USS Sea Robin a terminé une révision programmée au Philadelphia Navy Yard, en Pennsylvanie, aux États-Unis.
1er décembre 1969 L'USS Sea Robin a été transféré au Submarine Squadron 2 basé à New London, Connecticut, États-Unis.
4 août 1970 L'USS Sea Robin a effectué sa 12 920e et dernière plongée.
1er octobre 1970 L'USS Sea Robin a été mis hors service et a été rayé du registre naval américain.
3 juin 1971 Le sous-marin Sea Robin a été vendu à la North American Smelting Company, Wilmington, Delaware, États-Unis pour la ferraille.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.


Sea Robin SS-407 - Histoire

une autre rencontre régionale du NE avec l'aimable autorisation de votre humble serviteur & Bob Vera.

10$/personne. déjeuner buffet inclus.

Des matelots des années 1940, 1950, 1960 et un cliché franc.

Plus de liens d'images. c1. c2. c4. c5. c6. c7. c8. c9. c10

NOUVELLE FONCTIONNALITÉ . notre propre babillard (BBS). restez en contact avec vos camarades. Essayez-le. tu aimeras.

contactez-moi par e-mail et je vous transmettrai l'URL.

Que pouvons-nous dire, mais MERCI à tous ceux qui ont assisté à la réunion à Reno, Mary Lou et moi nous sommes bien amusés. Votre générosité et vos aimables paroles sont grandement appréciées. J'aurais juste aimé pouvoir trouver les mots pour m'exprimer en me tenant devant le groupe, mais ce n'était pas le cas. J'espère que mes actes ont compensé mon manque de paroles. Ce fut une expérience profondément émouvante de voir tout le monde et de constater à quel point notre planification a porté ses fruits. C'est vous tous qui avez fait de la réunion le succès qu'elle a été. Vous devriez tous saluer votre intention d'y assister. Je sais que certains ont eu des circonstances personnelles et financières très difficiles à surmonter, mais vous avez fait le voyage malgré eux. Cela démontre l'importance que nous accordons tous les deux à cette occasion spéciale. Les touches personnelles ajoutées par Denver McCune et Terry Klausen sont particulièrement mémorables.

Quelques notes si cela ne vous dérange pas.

Bob Casey SO2(SS) 53-55, qui a fait un travail fantastique pour nous tous, a quelques exemplaires de la photo qu'il a faite de sa peinture "Sea Robin retournant au port" (voir photo ci-dessous). Ceux d'entre vous à Reno qui ont vu cet article savent à quel point il est beau. Si quelqu'un souhaite obtenir une copie signée, veuillez envoyer un courriel à Bob et il vous en remettra une. Ils sont au prix de 12 $/ch. Montrons notre soutien à Bob pour un excellent travail.

Bob doit également entrer à l'hôpital le 22 octobre pour une arthroplastie de la hanche. Nous lui souhaitons le plus grand succès et savons qu'il se débrouillera beaucoup mieux après sa rééducation. Nous avons hâte de le voir bientôt et avons hâte de lui attribuer de nouveaux projets pour nos prochaines retrouvailles.

Mettre à jour. (11/11/99) J'ai parlé à Bob récemment et j'ai échangé plusieurs e-mails. Il est à la maison depuis environ 2 semaines maintenant, a un thérapeute en réadaptation qui le remet en forme bien plus tôt que prévu. Les choses se présentent bien !!

Ed Rabbitt RM1 (SS) 61-63, qui s'est porté volontaire pour s'assurer que nous étions habillés de manière appropriée pour cet événement, est toujours disponible pour prendre des commandes à tout moment pour ceux qui ont besoin d'articles nouveaux ou supplémentaires. Envoyez-lui simplement un e-mail et lui et Tammy peuvent vous installer.

REMARQUE : Tous les chèques pour les vêtements doivent être libellés à l'ordre de : USS Sea Robin SS407 Association.

Ed a passé beaucoup de temps à rassembler les commandes, à s'assurer que vous receviez ce que vous vouliez et à gérer personnellement toutes les livraisons. J'ai été négligent lorsque je n'ai pas reconnu publiquement sa contribution au succès de cette réunion alors que j'étais sur le podium vendredi soir. Un oubli regrettable, je vous assure, et pour lequel je me suis personnellement excusé auprès d'Ed par la suite. Je veux que tout le monde sache à quel point Ed et sa fille Tammy ont travaillé dur. Merci à vous deux!

La présence de Paul C. Stimson, Jr. à notre réunion était spéciale, je pense que vous en conviendrez. Je le remercie d'avoir fait le voyage et d'avoir partagé ses souvenirs avec nous. Je suis certain qu'il aimait rencontrer les camarades de bord de son défunt père et partager un repas avec eux. Je sais qu'ils ont été émus de le rencontrer et de partager quelques expériences avec Paul.

Ma gratitude va à Denver McCune pour son excellent discours. Il a été bien reçu et a rappelé de nombreux souvenirs des raisons pour lesquelles nous nous considérons comme les meilleurs.

Denny Craw TM3(SS) 62-65 et Mike Siver TM3(SS) 63-67 ont eu la prévoyance et le souci d'apporter leurs diapositives et un projecteur à partager avec nous lors du banquet. Je sais que nous avons tous aimé les voir. Merci à vous deux!

Il y avait des camarades de bord très généreux à la fois à la réunion ainsi que d'autres qui a connu ils n'ont pas pu y assister. Ces camarades ont envoyé de l'argent pour qu'ils puissent faire partie de notre rassemblement et y apporter un soutien supplémentaire. Certains camarades de bord ont contribué lorsqu'un chapeau a été passé au banquet. D'autres ont contribué financièrement plus que ce qui avait été initialement demandé. Les camarades font des choses comme ça. Tu sais qui tu es.

Nous avons encore des patchs de réunion disponibles si vous n'en avez pas obtenu. Quand ils seront partis, plus rien ne sera produit. Cliquez ici pour en voir un.

Ils sont tarifés comme suit.

Une petite chose qui m'a été transmise ce jour par Ron Martini. J'ai pensé que c'était dûment approprié et opportun. Dex fait du bon travail. Cliquez sur ici

Assis au banquet de la Réunion.

et 60 camarades de bord ont partagé leur temps avec nous dans notre Hospitality Suite (salle 1509).

Ces Sea Robin Shipmates étaient présents à la Réunion de Reno. Photos à publier prochainement.


Sea Robin SS-407 - Histoire

Cette étiquette en carton a son cordon noir d'origine attaché. Il est imprimé en bleu clair et bleu foncé sur un fond argenté. La face arrière est identique. Il représente un sous-marin de la marine des États-Unis et il est marqué comme suit :

LANCEMENT
U. S. S. MER ROBIN

L'étiquette mesure 1-3/4'' de large. Il semble être en excellent état comme sur la photo.

Ci-dessous, à titre de référence, quelques informations historiques sur le U . S. S. Sous-marin Sea Robin (SS-407) :

U. S. S. Robin des mers (SS-407)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Histoire
États Unis
Nom : USS Sea Robin
Constructeur : Chantier naval de Portsmouth, Kittery, Maine
Date de mise en place : 1er mars 1944
Lancé : 25 mai 1944
Mise en service : 7 août 1944
Déclassé : 1er octobre 1970
Frappé : 1er octobre 1970
Destin : Vendu à la ferraille, le 3 juin 1971
Caractéristiques générales (Tel que complété)
Classe et type : sous-marin diesel-électrique de la classe Balao
Déplacement : 1 526 tonnes longues (1 550 t) en surface, 2 401 tonnes longues (2 440 t) immergées
Longueur : 311 pieds 8 pouces (95,00 m)
Faisceau : 27 pieds 3 pouces (8,31 m)
Tirant d'eau : 16 pieds 10 pouces (5,13 m) maximum
Propulsion : 4 moteurs diesel Fairbanks Morse modèle 38D8-⅛ 10 cylindres à pistons opposés entraînant des générateurs électriques, 2 batteries Sargo à 126 cellules, 2 moteurs électriques Elliott à entraînement direct à basse vitesse, deux hélices, 5 400 shp (4,0 MW) en surface, 2 740 shp (2,0 MW) submergé
Vitesse : 20,25 nœuds (38 km/h) en surface, 8,75 nœuds (16 km/h) en plongée
Autonomie : 11 000 milles nautiques (20 000 km) parcourus à 10 nœuds (19 km/h)
Endurance : 48 heures à 2 nœuds (3,7 km/h) en immersion, 75 jours en patrouille
Profondeur d'essai : 400 pieds (120 m)
Complément : 10 officiers, 70 - 71 enrôlés
Armement : tubes lance-torpilles 10 à 21 pouces (533 mm), 6 à l'avant, 4 à l'arrière, 24 torpilles, 1 à 5 pouces (127 mm) / canon de pont de calibre 25, canon Bofors 40 mm et Oerlikon 20 mm
Caractéristiques générales (Guppy IA)
Classe et type : aucun
Déplacement : 1 830 tonnes (1 859 t) en surface, 2 440 tonnes longues (2 480 t) immergées
Longueur : 307 pieds 7 pouces (93,75 m)
Faisceau : 27 pieds 4 pouces (8,33 m)
Tirant d'eau : 17 pieds (5,2 m)
Propulsion : Snorkel ajouté, batteries mises à niveau vers Sargo II
La vitesse:
Surface : 17,3 nœuds (32,0 km/h) maximum, 12,5 nœuds (23,2 km/h) en croisière
Immergé : 15,0 nœuds (27,8 km/h) pendant 1/4 d'heure, 7,5 nœuds (13,9 km/h) en snorkeling, 3,0 nœuds (5,6 km/h) en croisière
Autonomie : 17 000 milles marins (31 000 km) parcourus à 11 nœuds (20 km/h)
Endurance : 36 heures à 3 nœuds (6 km/h) en immersion
Complément : 10 officiers, 5 sous-officiers, 64 - 69 hommes de troupe
Armement : tubes lance-torpilles de 10 à 21 pouces (533 mm), six à l'avant, quatre à l'arrière, tous les canons retirés

Le U. S. S. Le Sea Robin (SS-407), un sous-marin de la classe Balao, était un navire de la marine américaine nommé en l'honneur du merle. C'est un poisson à nageoires épineuses avec une coloration rouge ou brune sur son corps et ses nageoires. Les trois premiers rayons de sa nageoire pectorale se séparent des autres et servent à marcher sur les fonds marins. Le Sea Robin a été posé par le chantier naval de Portsmouth à Kittery, dans le Maine le 1er mars 1944, lancé le 25 mai 1944, parrainé par Mme Homer Ambrose, épouse du capitaine Ambrose, surintendant de la production du chantier naval et mis en service le 7 août 1944, capitaine de corvette Paul C. Stimson aux commandes.

Première patrouille, novembre 1944 - janvier 1945
Après le shakedown au large de Portsmouth, New Hampshire, et de New London, Connecticut, le Sea Robin a transité par le canal de Panama le 12 octobre 1944 à la suite d'un incident avec un navire marchand scandinave qui, prenant le sous-marin pour un sous-marin allemand, a dispersé frénétiquement des obus dans le direction de l'« ennemi » en surface. Heureusement, Sea Robin était hors de portée et s'est échappé sans dommage. Après avoir passé six jours à Pearl Harbor, le Sea Robin a navigué vers le détroit de Luzon et sa première patrouille de guerre où, le 6 janvier 1945, il a torpillé et coulé sa première victime de la guerre, le pétrolier japonais Tarakan Maru de 5 000 tonnes. À l'exception de l'esquive des mines flottantes, le reste de la première patrouille du sous-marin s'est déroulé sans incident et il est rentré au port de Fremantle, en Australie-Occidentale, le 29 janvier 1945.

Deuxième patrouille, février - avril 1945
La deuxième patrouille du Sea Robin s'est avérée être la plus productive de la guerre. Le 3 mars, alors qu'il patrouillait au nord de Surabaja dans la mer de Java, le bateau a échappé à un navire d'escorte japonais et a torpillé le cargo Suiten Maru. Après plusieurs tentatives infructueuses pour sauver les survivants, le sous-marin a finalement transporté trois prisonniers de guerre à bord et a continué sa patrouille. Deux jours plus tard, Sea Robin a contacté un convoi chargé de troupes de deux cargos, une canonnière convertie et plusieurs escortes. La canonnière Manyo Maru a été la première à être envoyée au fond, victime de trois coups de torpille. Après avoir échappé aux navires d'escorte soudainement actifs, le sous-marin a commencé un tour et, plusieurs heures plus tard, était à nouveau en position de tir. Le Shoyu Maru, le premier des deux cargos, zigzaguait radicalement mais n'a pu éviter les trois torpilles que le Sea Robin a tirées sur lui. Elle a pris un coup sous son pont et s'est installée rapidement par l'arc. Sea Robin a ensuite tiré une série de trois torpilles sur le cargo restant, mais la cible a zigzagué et ils ont raté. Lors de la deuxième tentative, le navire n'a pas eu cette chance. Après avoir vu la cible inverser complètement le cours, le sous-marin a tiré trois autres torpilles à une distance de 900 yards (820 m) avec un coup au milieu du navire qui a brisé le Nagaru Maru en deux et l'a envoyé rapidement au fond. Sea Robin commence alors à payer le prix de son succès. Pendant 24 heures, il a été poursuivi par les escortes et les avions d'accompagnement, mais a réussi à s'échapper et est arrivé à Subic Bay, aux Philippines, le 15 mars pour reconstituer son stock de torpilles épuisé.

En quittant la baie de Subic le 19 mars, le Sea Robin a mis le cap sur la mer de Chine méridionale dans la région de l'île de Hainan où, le 23 mars, il a sauvé un aviateur abattu. Le 30 mars, le sous-marin se retrouve au milieu d'un groupe de six destroyers japonais. À mi-chemin entre deux d'entre eux, elle a lancé trois torpilles au premier, mais un virage rapide du navire les a fait passer sans danger à travers la proue. Le deuxième destroyer fit une embardée de 90 ° et commença à foncer sur le Sea Robin. Après 20 minutes de charge sous-marine, le sous-marin s'est dégagé et, avec Hainan à seulement 10 miles (16 km), a de nouveau attaqué, mais une série de six torpilles n'a pas réussi à trouver une cible et le sous-marin a repris la patrouille. Le 8 avril, le Sea Robin a coulé deux petits bateaux de pêche japonais, faisant trois prisonniers de guerre et, le lendemain, a embarqué 10 autres Japonais, survivants d'un chalutier en train de s'effondrer sur lequel des avions alliés avaient ravagé. Le sous-marin a terminé sa deuxième patrouille à Pearl Harbor le 29 avril.

Troisième patrouille, juin - août 1945
Le Sea Robin a quitté Pearl Harbor le 1er juin pour sa troisième et dernière patrouille de guerre qui a été menée dans les mers Jaune et de Chine orientale. Après avoir coulé une petite embarcation de patrouille le 9 juillet et fait un prisonnier, le Sea Robin a torpillé et coulé le cargo Sakishima Maru le 10 juillet. Peu de temps après, alors qu'il tentait de couler un grand sampan, le sous-marin a été attrapé à la surface par un avion japonais. Bien que le pilote n'ait pas largué ses bombes lors du premier passage, donnant ainsi au Sea Robin une chance de plonger, il en a largué deux près lors du second. Bien qu'il n'ait été découvert qu'à la fin de la patrouille, les tubes d'étrave du sous-marin ont été gravement endommagés, provoquant de nombreux échecs de torpilles pendant le reste de la patrouille. À l'exception de plusieurs chalutiers coulés lors d'attaques de surface, le reste de la patrouille était improductif. À la fin de la guerre le 15 août, le Sea Robin était amarré à Midway Island. Après une escale d'une journée à Pearl Harbor, le bateau est rentré chez lui, a traversé le canal de Panama le 20 septembre et est arrivé à Galveston, au Texas, quatre jours plus tard.

1945 - 1951
L'affectation en temps de paix a amené Sea Robin à l'escadron de sous-marins 6 (SubRon 6) basé à Balboa, dans la zone du canal. Le 15 mai 1947, le sous-marin a commencé une patrouille de guerre simulée d'un mois au cours de laquelle il a fait le tour du continent sud-américain et est devenu le premier U. S. sous-marin pour passer le cap Horn. L'année 1948 a été consacrée à des exercices d'entraînement de la flotte dans les régions de Balboa et de Key West. Après une révision au chantier naval de Philadelphie, le Sea Robin a été réaffecté au SubRon 8 basé à la Naval Submarine Base de New London, arrivant le 20 août 1949. Le 23 février 1950, le sous-marin a quitté New London pour participer à l'exercice « Portex », une armée conjointe Exercice Navy - Air Force dans les Caraïbes, retour le 23 mars. De septembre à novembre, il effectue son premier tour de service avec la 6e flotte en Méditerranée.

1951 - 1955
En 1951, le Sea Robin a été converti en sous-marin GUPPY IA, après quoi il est retourné à New London pour des opérations locales. En janvier et février 1952, le sous-marin a participé à l'exercice "Micowex" dans l'Atlantique Nord, testant des équipements et des procédures par temps froid sous la supervision du Naval Research Laboratory de New London, suivi d'un retour dans des eaux plus chaudes et de la participation à l'exercice "Pacex". dans les Caraïbes. Au cours des deux années suivantes, Sea Robin a participé à des opérations de formation et de flotte locales dans la région de New London. Le 30 août 1954, le Sea Robin partit pour une croisière d'entraînement de six semaines dans le nord qui s'étendait à travers le cercle polaire arctique et comprenait des escales à Glasgow, en Écosse, et à Belfast, en Irlande du Nord. Le 4 janvier 1955, le sous-marin est parti pendant six semaines dans les Caraïbes pour participer à l'opération "Springboard" et, en septembre, a pris part à l'exercice de l'OTAN "New Broom IV", visitant Saint John, Nouveau-Brunswick, en route vers New London, où elle a opéré localement pour le reste de l'année.

1956 - 1970
Après s'être engagé dans des opérations spéciales à la fin de 1956 et au début de 1957, le Sea Robin a repris ses fonctions normales dans la région de New London jusqu'à son entrée dans le chantier naval de Portsmouth le 24 juillet 1957 pour une révision de deux mois. À son retour à New London, il s'est engagé dans des exercices de flotte dans l'Atlantique et les Caraïbes jusqu'au 28 mars 1958, date à laquelle il a mis les voiles pour une période de service d'un mois avec la 6e flotte en Méditerranée. Au cours des cinq années suivantes, avec des périodes de révision régulières, le Sea Robin a opéré dans les eaux de l'Atlantique et des Caraïbes, s'engageant dans des exercices de guerre anti-sous-marine et fournissant des services à la United States Naval Submarine School.

En septembre 1964, le Sea Robin en compagnie de Piper participa à l'exercice « Master Stroke » avec les forces américaines, canadiennes et britanniques. Au cours de cet exercice, ils ont effectué des escales à Portsmouth, en Angleterre, et à Rotterdam, aux Pays-Bas. Sea Robin est retourné à New London pour des opérations locales et est entré dans le chantier naval de Portsmouth en novembre pour une révision prévue, y restant jusqu'en avril 1965. Après les opérations de préparation, Sea Robin, Becuna et Sea Owl ont quitté New London en juillet pour un exercice avec la 6e flotte en la Méditerranée revient à New London en octobre. The year 1966 was spent in participation with operation Springboard forces in the Caribbean providing service s to naval air squadrons and surface units followed by training and antisubmarine warfare (ASW) exercises in the New London area. A scheduled main battery replacement was performed at Portsmouth Naval Shipyard during the months of July and August.

Sea Robin participated in Operation Springboard in the early months of 1967, and resumed normal operations upon her return to New London. On 22 May 1967, Sea Robin put to sea in company with Tusk, Sablefish, and Sea Owl for a two month tour of northern European ports stopping at Portsmouth, England Cherbourg, France Derry, Northern Ireland and various Scandinavian ports. From 2 October through 1 February 1968, Sea Robin underwent overhaul at the Philadelphia Naval Shipyard and upon completion resumed normal duties in the Atlantic and Caribbean. On 1 December 1969, the submarine was transferred to SubRon 2, also based at New London.

Highlights of 1970 were participation in operation Springboard in January and February and NATO exercise Steel Ring in April and May. On 4 August, the submarine made her 12,920th and final dive. On 1 October 1970, Sea Robin was decommissioned and struck from the Navy list. She was sold for scrap on 3 June 1971 to the North American Smelting Company, Wilmington, Delaware.


Navy Undersea Pioneers

Inventors and innovators imagined and designed new technologies, finding ways to make the “impossible” a reality. These pioneers were inventive engineers, visionaries, problem-solvers whose work advanced Navy technology, expanded Navy capabilities, and improved Navy and national safety.

Groundbreakers and trailblazers led initiatives, broke barriers, and set records. They embodied the courage and enterprising spirit needed to do something for the first time. Their achievements inspired many who hoped to follow in their footsteps and paved the way for others to build on their accomplishments.

David Bushnell (1742–1824)

Connecticut native David Bushnell designed and built the first submarine used in combat, Turtle (left). Named for its turtle-like shape, the small submersible was crewed by a single operator who used foot pedals to control buoyancy and hand propellers to move horizontally and vertically. Bushnell created Turtle as a delivery vehicle for underwater mines he had invented in the early 1770s.

Early on the morning of September 7, 1776, Sergeant Ezra Lee piloted Bushnell’s Turtle in a historic attack on the British flagship HMS Aigle in the New York harbor. Lee’s attempts to screw a mine into Aigle’s hull failed, and he was forced by dwindling air, exhaustion, and impending daylight to abort the mission. He jettisoned the heavy mine during his retreat to better flee a British guard boat that had finally noticed the strange watercraft. The mine’s detonation 20 minutes later did not sink the Aigle, but it scared the British enough to move their fleet downstream, weakening the New York Harbor blockade.

Robert Whitehead (1823–1905)

British engineer Robert Whitehead created the world’s first successful self-propelled torpedo. In the mid-1860s, an Austrian captain named Giovanni Luppis approached Whitehead to design an idea he had for self-propelled mines launched from small coastal boats. By 1866 or 1867, Whitehead had produced an experimental prototype torpedo. Whitehead refined his design over time, implementing three clever engineering ideas that contributed heavily to the success of his torpedoes: compressed air propulsion, a self-regulating depth-keeping mechanism, and a gyroscope for stabilization.

In 1868, Austria became the first country to purchase Whitehead torpedoes. Most countries with significant naval powers followed suit, including England, France, German, Italy, Russia, and China. The United States, striving to develop an American-designed torpedo, would not adopt the Whitehead torpedo until 1891, almost two decades later. The U.S. Navy operated five versions of Whitehead torpedoes between 1895 and 1922.

John Howell (1840–1918)

Navy Lt. Cmdr. John Howell developed the first successful American-built torpedo, the Howell torpedo. Howell began work on his design in 1870, shortly after Robert Whitehead debuted his torpedo, and established a working model by 1881. Howell developed key improvements to existing torpedo technology and patented two of them in 1871: a heavy flywheel that provided wakeless propulsion via stored energy, and the installation of this flywheel to act as a gyroscope and directionally stabilize the torpedo.

Howell’s flywheel was an ingenious method of propulsion. A steam turbine mounted to the torpedo tube spun the 132-pound flywheel to 10,000 rpm, supplying enough stored energy to move the torpedo about 400 yards through the water. As the flywheel slowed, propeller pitch compensated to maintain a constant speed.

The U.S. Navy ordered 50 Howell torpedoes in 1889 from the Hotchkiss Ordnance Company, which had purchased the manufacturing rights from John Howell. Delivered in 1893, those 50 Howell torpedoes were carried by torpedo boats for a short time until Whitehead torpedoes supplanted them in the late 1890s.

John Holland (1841–1914)

Irish immigrant John Philip Holland designed and constructed the U.S. Navy’s first submarine, USS Holland (SS 1). John Holland began sketching submarine designs as early as 1869 and built five experimental submarines between 1878 and 1895 before arriving at Holland’s more successful design. Holland included all the major components of a modern submarine: dual propulsion systems, a fixed center of gravity, separate main and auxiliary ballast systems, a hydrodynamic shape, and a modern weapons system.

After two years of Navy trials and modifications to Holland, the Navy purchased the submarine on April 11, 1900, for $165,000 (about $4.7 million today). It also ordered seven more Holland-type boats, sufficiently impressed by Holland’s potential.

On October 12, 1900, the U.S. Navy commissioned USS Holland as its first submarine, establishing the U.S. Submarine Force. USS Holland spent most of her ten years in service at the U.S. Naval Academy as a training submarine. The seven new Holland-type submarines, built with Navy-specified improvements, became the Navy’s UNE-class of submarines.

Simon Lake (1866–1945)

Inventor Simon Lake built 33 submarines for the U.S. Navy between 1911 and 1930. Although often his contributions are often overshadowed by John Holland’s accomplishments, Simon Lake developed several key technologies important to the successful operation of a submarine, including even-keel hydroplanes, ballast tanks, and periscopes.

Lake dreamed of building submarines as a child in the 1870s after reading Jules Verne’s Twenty Thousand Leagues Under the Sea. In 1894, Lake unveiled his first submarine, Argonaut Junior, a prototype which demonstrated his understanding of diving principles despite its crude construction. Argonaut Junior employed an even keel diving system and included two characteristic features of Lake submarines: hull-mounted wheels and a diving lock-out chamber for undersea exploration.

Lake competed with contemporary submarine inventor John Holland in several naval competitions for submarine designs. After Holland repeatedly emerged the victor, financial pressures pushed Lake to sell his most sophisticated submarine, Protector, to the Russian Navy in 1904. He then spent the next seven years in Europe designing submarines for the Austrian, German, and Russian navies. After returning to the United States in 1912, Lake went on to build submarines for the U.S. Navy during and following World War I.

William Beebe (1877–1962) and Otis Barton (1899–1992)

Naturalist William Beebe (la gauche) and engineer Otis Barton (droit) are best remembered for their ground-breaking dives in a bathysphere Barton invented. In the 1920s, as Beebe’s interests expanded into marine biology, Beebe made plans to build a cylindrical diving bell that would let him study marine creatures in their natural habitat. Barton, a zoologist who dreamed of becoming an undersea explorer, proposed and designed a spherical vessel that could better withstand deep-sea pressure. Beebe agreed and christened it a bathysphere.

Between 1930 and 1934, Beebe and Barton made 35 dives inside the bathysphere, which was lowered on a cable from the surface. Using two of the bathysphere’s three viewports, the two men were able to observe deep-sea animals in their underwater environment for the first time. On August 19, 1934, Beebe and Barton set a deep submergence record when they descended to 3,028 feet in their bathysphere. The record stood for 15 years until Barton broke it in 1949 in another bathysphere he invented called the Benthoscope.

Vice Adm. Charles Momsen (1896–1967)

Charles “Swede” Momsen pioneered submarine rescue in the U.S. Navy. A trained submarine officer, he commanded three submarines between 1923 and 1927. During those years, the Navy lost the crews of submarines, USS S-51 in 1925 and USS S-4 in 1927, who survived their sinkings but suffocated because the Navy had no way to rescue them. Momsen had witnessed the S-51 tragedy firsthand when he was sent to search for the lost sub while in command of USS S-1.

These losses moved Momsen to invent the two life-saving devices that would become his legacy. In 1928, he created the submarine escape lung, a wearing breathing device that would come to be known as a Momsen lung. Momsen personally tested the Momsen lung, making repeated practice escapes from up to 200 feet underwater. In 1944, eight submariners survived the sinking of USS Tang (SS 306) by wearing Momsen lungs.

In the early 1930s, Momsen designed the submarine rescue chamber, a piece of rescue equipment that worked so effectively it remains part of the Navy’s rescue arsenal today. Momsen conceived the idea and carried out the initial design of the chamber before the Navy assigned the final design work to Cmdr. Allan McCann. In less than 850 feet of water, a submarine rescue chamber can be lowered from a surface ship to a downed submarine to rescue survivors. The Navy has used a chamber once for an actual rescue, to save 33 submariners from USS Squalus en 1939.

Capt. George Bond (1915–1983)

Saturation Diving and Diving Medicine

Navy scientist Dr. George Bond formulated the concept of saturation diving in the 1950s as he sought to improve the length and efficiency of deep-sea dives. Bond discovered that after 24 hours, body tissues would saturate with atmospheric gases so that no additional decompression time would be needed. Saturation diving thus allowed divers to live and work underwater for days or weeks at time before making a single, comparatively short decompression period.

In the 1960s, Dr. Bond staged a trio of saturation diving experiments that let divers work and live in undersea habitats called Sealabs. The groundbreaking projects tested and successfully demonstrated the viability, safety, and effectiveness of using saturation diving to work underwater.

Dr. John Craven (1924–2015)

Deep Submergence and Undersea Technology

Scientist and ocean engineer John Craven was heavily involved in several important Navy deep submergence and undersea technology efforts in the 1950s and 1960s. The son of a naval officer, he served in the Navy during World War II before transitioning to a civilian career in 1951. In 1959, Admiral William Raborn, head of Special Projects Office, hand-selected Craven to be the project’s Chief Scientist, which required him to have immense technical understanding of every technological system in the Polaris submarine-launched ballistic missiles the project was developing.

After the fast attack submarine USS Thresher (SSN 593) sank in April 1963, Craven became the head of a new program called the Deep Submergence Systems Project (DSSP) that was established to develop the deep-ocean capabilities the Navy discovered it lacked. Under Craven, the DSSP created deep submergence rescue vehicles for submarine rescue, deep-diving submersibles for research and recovery operations, and saturation diving systems for prolonged undersea work.

In 1966, Craven helped locate a missing hydrogen bomb lost in the Mediterranean Sea after two American aircraft collided in mid-air. He put his his undersea locating skills to further use in May 1968, when he deduced a means of finding the wreckage of USS Scorpion (SSN 589) using underwater sound surveillance system recordings.

Capt. Joseph Kelly (1914–1988)

Underwater Sound Surveillance

Captain Joseph Kelly led and grew the Navy’s undersea listening system, the Sound Surveillance System (SOSUS), for 21 years. The SOSUS program grew out of a World War II system for locating downed fliers called Sound Fixing and Ranging (SOFAR) that could detect ships with its hydrophones. The Navy recognized that sound could be used as an anti-submarine warfare (ASW) tool to track enemy submariners and adapted the idea of SOFAR into the SOSUS program.

In late 1951, the Chief of the Bureau of Ships chose Lt. Kelly as the Project Officer for Project Jezebel, an early experimental project that would grow into the SOSUS program. Under Kelly’s leadership, the SOSUS program became highly successful. Kelly received two Navy Commendation Medals and three Legions of Merit.

The SOSUS program was classified for many years of its history, and aspects of the program, now called the Integrated Underwater Surveillance System (IUSS), continue to be classified today.

Adm. Hyman G. Rickover (1900–1986)

Submarine Propulsion and Design

Admiral Hyman Rickover drove and shaped of the development of nuclear propulsion for the U.S. Navy. An electrical engineer and graduate of the Naval Academy, Rickover recognized the potential of nuclear power early and began developing a submarine thermal reactor while studying atomic physics in 1947.

In 1949, he was assigned to the Atomic Energy Commission’s Division of Reactor Development and became the Director of Naval Reactors for the Navy’s Bureau of Ships. Through this double appointment, he led a research team that developed a nuclear reactor small enough to fit within a submarine hull. On 30 September 1954, USS Nautile (SSN 571) was commissioned as the world’s first nuclear-powered vessel. Following his success with Nautilus, Rickover expanded nuclear propulsion to surface vessels and continued his influence over the nuclear Navy for decades, overseeing and steering ship design, technology, and personnel. He retired in 1982, sixty-three years after beginning his Navy career as a young student at the Naval Academy.

Vice Adm. William “Red” Raborn Jr. (1905-1990)

William “Red” Raborn established and led the Navy’s strategic deterrence program in the 1950s and 1960s as the director of the Special Projects Office. In 1955, Chief of Naval Operations Arleigh Burke hand-picked Raborn to create a sea-based deterrent. Under his leadership, the Special Projects Office abandoned the idea of the liquid-fueled Jupiter missile and designed a smaller solid-fueled missile, Polaris, which was better-suited for submarines.

Raborn proved an outstanding leader skilled at navigating government bureaucracy, and he crafted a religious-like fervor around Polaris’s development. His enthusiasm, together with a national sense of urgency, drove the project. The Special Projects Office delivered a working Polaris A-1 missile in 1960, three years ahead of schedule.

Following his tenure at the Special Projects Office, Vice Adm. Raborn served as Deputy Chief of Naval Operations for Development, and as a civilian, the Director of Central Intelligence.

GMC Jacob Anderson (dates unknown)

Chief Gunner’s Mate Jacob Anderson ran and taught at the first Navy diving school in 1882. Before this, Navy divers received little to no training and were assigned as ships divers as a collateral duty. In 1871, the Navy began designing and testing experimental torpedoes at Naval Torpedo Station Newport in Rhode Island, which created a need for divers to recover them. The Navy established a diving school at Newport under Chief Anderson to train divers to dive to a depth of 60 feet to support torpedo recovery. Chief Anderson taught the two-week course, instructing divers on diving gear and diving procedures.

Lt. Harry Caldwell (1873–1939)

Lt. Harry Caldwell commanded the Navy’s first commissioned submarine, USS Holland (SS 1). He graduated from the U.S. Naval Academy in 1891 and served as the flag secretary to Admiral George Dewey before and during the Spanish-American War. In March 1900, after Admiral Dewey declined an invitation to tour USS Holland while the Navy considered purchasing her, Caldwell took his place. Impressed, he requested to serve aboard Holland and was selected as her commanding officer. Caldwell oversaw her first trial runs ahead of her October commissioning and trained future crews in submarine operation at the U.S. Naval Academy where Holland was stationed. He retired from the Navy in 1909 as a captain.

GMC George Stillson (dates unknown)

Chief Gunner’s Mate George Stillson helped modernize Navy diving in the early nineteenth century. Until 1912, Navy divers knew little about diving physiology and rarely descended deeper than 60 feet. That year Chief Stillson initiated a program to test John Scott Haldene’s new decompression theory and procedures. Over three years, Stillson and his divers expanded the Navy’s diving capabilities from 60 feet to an astounding 300 feet. When USS F-4 sank in March 1925, the first Navy submarine lost at sea, Stillson’s team salvaged the submarine from 306 feet.

Chief Stillson documented the findings of his experiments in the second edition of the Navy Diving Manual published in 1916. The manual was composed of almost entirely new content and provided decompression tables and procedures for the first time. Stillson is also sometimes credited with standardizing the design of the MK V helmet in the 1916 Diving Manual.

Rear Adm. Draper Kauffman (1911–1979)

Rear Adm. Draper Kauffman spearheaded combat demolition in the U.S. Navy. Forced to resign his naval commission due to poor eyesight, Kauffman joined the American Volunteer Ambulance Corps in April 1940 and then the British Royal Navy Volunteer Reserve that September. In the latter position he served as a bomb and mine disposal officer with the Royal Navy which gave him valuable experience disarming explosive ordnance. In November 1941, Kauffman accepted an appointment as a lieutenant in the U.S. Navy Reserve and began work at the Bureau of Ordnance.

In 1942, the Navy charged Kauffman with founding a U.S. Naval Bomb Disposal School at the Washington Navy Yard. Kauffman not only established the Navy’s school, he assisted the Army in creating a parallel school in Aberdeen, Maryland. The following year Kauffman established another significant first: the Naval Combat Demolition Unit (NCDU) school which trained sailors in demolitions to clear invasion sites. As Commanding Officer, Kauffman developed the school’s curriculum, which included a week of intensive training that spawned the infamous phrase “Hell Week.”

During the last two years of World War II, Kauffman worked with the Underwater Demolition Teams (UDTs), groups of combat swimmers that surveilled future amphibious landing sites and cleared them of obstacles. He served as the Commanding Officer of Underwater Demolition Team #5 and as the Senior Staff Officer and Underwater Demolition Training Officer for Amphibious Forces, Pacific Fleet. Rear Adm. Kauffman is often remembered as “America’s first frogman” for the nickname given to the combat swimmers of the UDTs and NCDUs.

Vice Adm. Eugene “Dennis” Wilkinson (1918–2013)

Vice Adm. Dennis Wilkinson commanded the world’s first nuclear-powered ship, the fast attack submarine USS Nautilus (SSN 571). Wilkinson joined the Navy Reserve as an ensign in 1940, served an officer aboard submarines during World War II, and transferred to the regular Navy in 1946. In 1948, Admiral Hyman Rickover offered him the opportunity to study atomic physics and nuclear reactors at the Oak Ridge National Laboratory in Tennessee and the Argonne National Laboratory in Illinois. Following those two years, Wilkinson commanded three diesel submarines: USS Volador (SS 490), USS Wahoo (SS 565), and USS Sea Robin (SS 407), which paved the way for his historic assignment to PCU Nautile in mid-1953. Wilkinson held command of Nautile through June 1957.

In September 1961, Wilkinson secured a second historic post as the commanding officer of the world’s first nuclear-powered surface ship, the guided missile cruiser USS Longue plage (CGN 9). His other notable assignments included Director of Submarine Warfare Division (1963-1966), Commander of the Atlantic Fleet Submarine Force (1970-1972), and Deputy Chief of Naval Operations for Submarine Warfare (1972-1974).

Capt. Don Walsh (1931–)

Submarine officer and oceanographer Don Walsh is best known for descending to the deepest point in the world’s oceans, the Challenger Deep in the Mariana Trench, in the bathyscaphe Trieste. At 17, he enlisted in the Naval Reserve and spent time as air crewman before attended the U.S. Naval Academy. After his vision disqualified him from becoming a pilot, he switched to amphibious forces and then submarines. In 1958, the latter led him, while on assignment in San Diego, to the Navy’s fledgling Trieste program at the Naval Electronics Laboratory. He would spend three years as the officer in charge of Trieste, becoming the first American submersible pilot and earning the Navy designation U.S. Navy Submersible Pilot #1.

On January 23, 1960, Walsh and Jacques Piccard, the son of Trieste’s inventor, piloted the bathyscaphe Trieste seven miles to the bottom of the Challenger Deep. Trieste’s landing on the ocean floor stirred up so much silt that Walsh and Piccard could see little to nothing out of the sphere’s observation window. Walsh described it as “like looking into a bowl of milk.” Their visibility remained impaired the entire 20 minutes spent at depth.

Capt. Edward L. Beach Jr. (1918–2002)

Submarine skipper Edward “Ned” Beach commanded the radar picket submarine USS Triton (SSRN 586) in its submerged circumnavigation around the Earth in 1960. Captain Beach graduated second in his class from the U.S. Naval Academy in 1939. During World War II he served on three submarines, including holding command of USS Piper (SS 409), completing 12 war patrols and earning 10 awards including the Navy Cross. After the war he commanded three more subs before assuming command of USS Triton in 1959.

To demonstrate the capability of nuclear-powered submarines and showcase America’s technological capabilities ahead of a Cold War-driven summit, Triton was chosen to carry out a fully-submerged voyage around the globe as her shakedown cruise. Triton was the largest submarine in the world at the time, and the only American submarine powered by two nuclear reactors. Beach and his crew completed the circumnavigation in 60 days, earning Triton a Presidential Unit Citation and Beach a Legion of Merit.

Master Diver Carl Brashear (1931–2006)

Master Chief Carl Brashear was the Navy’s first African American Master Diver and first amputee diver. Brashear enlisted in the Navy in 1948 and initially served as a steward — one of the only ratings open to African Americans at the time. After observing a salvage operation in 1950, he decided to become a diver and petitioned to attend dive school for four years before being admitted. Brashear completed salvage dive school in 1954, despite experiencing harassment, hazing, and other threats, and went on to qualify as a first-class diver in 1964.

In 1966, while assisting with the hydrogen bomb recovery, Brashear was seriously injured by a falling steel pipe that struck him in the leg as he pushed another sailor out of harm’s way. He elected to amputate his leg after learning the injury could take up to four years to heal. Following the amputation, Brashear spent a year under evaluation before he was returned to full duty. In 1970, he qualified as the first African American Master Diver in the Navy. Master Diver Brashear retired from the Navy in 1979 with 31 years of service.

PNSN Kati Garner (dates unknown)

Personnelman Seaman Kati Garner was the first woman to graduate U.S. Navy SCUBA diving school. When the Navy sought women for dive training in 1973, Kati jumped at the chance, bored with her WAVES typewriting classes. She found a trainer and mentor in SCM(DV) Robert Diecks, Swim Coordinator at the Recruit Training Center. Chief Diecks created a conditioning program to prepare Kati for the rigors of dive school. For three months, Kati met Chief Diecks every morning at 6:00 AM to run, swim laps, and do pushups, sit-ups, flutter kicks, and calisthenics.

By the time SCUBA school began on November 5, Kati was ready. She slogged through four weeks of physical tests — all the exercises she practiced during her conditioning and more, including mud runs and games of leapfrog.

Kati graduated on November 30, 1973, qualifying as the Navy’s first female SCUBA diver. She went on to work at the Navy’s Water Survival Department and the Marine Mammal Program.

HT2 Donna Tobias (1952–2010)

Hull Technician Donna Tobias made history in 1975 when she graduated from Second Class Diving School and became the Navy’s first female “hard hat” diver. Tobias joined the Navy in 1974 to be a diver. After months of effort, she secured a gender waiver that allowed her to attend dive school. Half the students quit the 10-week course, but Tobias knew she was going to finish the class. “I told myself they’d have to make me leave. I wouldn’t quit. If you ever uttered the words, ‘I quit,’ you could never take them back, and there were plenty of eyes waiting to see me fail. I didn’t want them asking less of women, for anything.” She graduated from Second Class Dive School on March 14, 1975, making her the Navy’s first woman deep sea diver.

Despite this accomplishment, Tobias had limited assignment options — sea duty billets wouldn’t open to women until three years later, in 1978. She took a position as an instructor at the Submarine Escape Training Tank at Submarine Naval Base New London, where she taught submariners escape techniques. During these years she also took part in experimental physiological research and helped evaluate the Navy’s new MK 12 diving system.

The Centennial Seven

From left to right: Capt. Pete Tzomes, Rear Adm. Tony Watson, Cmdr. Will Bundy, Vice Adm. Mel Williams, Capt. Joe Peterson, Adm. Cecil Haney, and Vice Adm. Bruce Grooms.

During the first 100 years of the Submarine Force (1900–2000), seven African-American officers commanded Navy submarines. The seven men have come to be known as the “Centennial Seven” and have been mentoring junior officers of all races considering the Nuclear Propulsion Program and submarine service.

Capt. C.A. Pete Tzomes became the first African-American submarine commanding officer when he assumed command of the fast attack submarine USS Houston (SSN 713) in May 1983. Capt. Tzomes was only the second African American accepted into the Navy’s prestigious Nuclear Propulsion Program, and the first for submarines. Four years later, Rear Adm. Tony Watson took command of USS Jacksonville (SSN 699). Watson also holds the distinction of being the first African-American submarine officer promoted to rear admiral. Cmdr. Will Bundy was the first enlisted African American to become a submarine commanding officer he assumed command of USS Barbel (SS 580) in 1988.

In 1994, two more African-American officers earned submarine commander positions. Vice Adm. Mel Williams Jr. commanded USS Nebraska (SSBN 739) (Gold) from 1994 to 1997. Capt. Joe Peterson, another enlisted submariner later commissioned as an officer, held command of USS Dauphin (AGSS 555) from 1994 to 1997 as well. Adm. Cecil Haney, a classmate of Vice Adm. Mel Williams at the Naval Academy, assumed command of USS Honolulu (SSN 718) in June 1996. Adm. Haney was also the first African-American Director of Submarine Warfare at the Pentagon. The seventh member of the Centennial Seven, Vice Adm. Bruce Grooms, joined the elite group when he took command of USS Asheville (SSN 758).

First Women Submariners

Clockwise from top left: Lt. Britta Christianson, Lt. j.g. Jennifer Noonan (left) and Lt. j.g Amber Cowan, Lt. j.g. Marquette Leveque, and Chief Dominique Saavedra.

In 2010, the Navy opened submarine service to women for the first time with the authorization of female officers aboard guided missile submarines. The first female submarine officers began serving in 2011. Four years later, the first enlisted women were selected for submarines and began service in 2016.

As of late 2016, five women not only earned positions as some of the first female submariners, they became the first women to qualify in submarines. Submariners must demonstrate extensive knowledge of all the submarine’s systems to qualify and become full, trusted members of the crew.

Lt. Britta Christianson became the first woman to qualify as a supply officer, earning her Supply Corps “dolphins” (qualification insignia) in June 2012 aboard USS Ohio (SSGN 726) (Gold). Six months later, three women earned their submarine dolphins, becoming the first female unrestricted line officers to do so. Lt. j.g Amber Cowan et Lt. j.g. Jennifer Noonan de l'USS Maine (SSBN 741) (Blue) and Lt. j.g. Marquette Leveque de l'USS Wyoming (SSBN 742) (Gold) were awarded their dolphins during ceremonies at Naval Base Kitsap-Bangor and Naval Submarine Base Kings Bay on December 5, 2012.

Most recently, in August 2016, Chief Dominique Saavedra became the first enlisted woman to qualify in submarines ahead of deploying aboard USS Michigan (SSGN 727).


WEB OF EVIL (& ENNUI)

SAT 3 FEB 1945
Pacifique
Sous-marin Sea Robin (SS-407) damages Japanese transport Suiten Maru off Bawean Island N.E.I.

Japanese river gunboat Karatsu [ex-Luçon (PR-7)] is scuttled as blockship at Manila.

Dragueur de mines W.102 (ex-HMS Waglan) is damaged (cause unspecified) north of Haitan Island 25䓨'N, 119䓲'E.

Merchant tanker No.3 Nanryu Maru is sunk by aircraft off Takao, Formosa.

Sans commentaires:

Post a Comment

Vous avez le droit de garder le silence. You have the right to have an attorney present while you are commenting. If you cannot afford an attorney, you are "Shit Outta Luck" (SOL). Anything you type here can & may be used against you in a court of law or in a personal "beat-down" administered by a staff member or "associate" of this "web log."

The publisher thanks Google/Bugger for denecessitating verification. (Not that we need explain anything to anyone.)


Sea Robin SS-407 - History

Thomas Wilson Griffin was born on April 1, 1913. According to our records Texas was his home or enlistment state and Harris County included within the archival record. We have Houston listed as the city. Il s'était engagé dans la marine américaine. Servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Griffin had the rank of Petty Officer Second Class. His military occupation or specialty was Motor Machinist's Mate Second Class. Service number assignment was 8423429. Attached to USS Sea Robin (SS-407). During his service in World War II, Navy Petty Officer Second Class Griffin was reported missing and ultimately declared dead on December 22, 1944 . Recorded circumstances attributed to: Missing in action or lost at sea. Incident location: Pacific Ocean. Thomas Wilson Griffin is buried or memorialized at Tablets of the Missing at Manila American Cemetery, Manila, Philippines. Il s'agit d'un emplacement de l'American Battle Monuments Commission.

Sea robin

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Sea robin, aussi appelé gurnard, any of the slim bottom-dwelling fish of the family Triglidae, found in warm and temperate seas of the world. Sea robins are elongated fish with armoured bony heads and two dorsal fins. Their pectoral fins are fan-shaped, with the bottom few rays each forming separate feelers. These feelers are used by the fishes in “walking” on the bottom and in sensing mollusks, crustaceans, and other bottom-dwelling prey.

Sea robins are usually brightly coloured, and some have ornately patterned pectoral fins. The tub gurnard (Chelidonichthys lucernus) of Europe, for example, is a reddish fish with pectoral fins brightly edged and spotted with blue and green. Sea robins are also vocal and can produce audible sounds with their swim bladders and certain attached muscles. Along the American Atlantic, the common sea robin (Prionotus carolinus) is noted for its sound production. The largest species of sea robins grow about 70 cm (28 inches) long.

Some sea robins are scaly the bodies of others are covered with bony plates. The armoured species are sometimes placed in a separate family, Peristediidae. They are flattened deepwater fish but are otherwise similar to the scaly sea robins.

This article was most recently revised and updated by John P. Rafferty, Editor.


Instant Street View Pro

Upgrade to unlock these features

Download images in high resolution.

No adverts, no interruptions.

Faster, more accurate search with no usage limits

View historical imagery to see changes over the years.* * earliest images from 2007 - availability varies

Sign up - step 1

abonnement. You'll be billed $ and may cancel at any time.

Order complete

Thank you for your purchase. Your subscription has been activated, and login details will be sent to the email address you provided. You should receive these shortly.

Please note - Instant Street View Pro is accessed via a separate website - the details are in your confirmation email.

You may also access the site immediately by clicking the below link:


Something I inherited from my grandfather when he passed.

I remember seeing row after row of decommissioned post-WWII subs in Long Beach when I was a little kid. Think they may have been Gato class? This is really cool.

His boat was the USS Sea Robin (SS-407), a Balao class. He was stationed in Groton and said that he remembers playing the role of the Soviets in war games.

Depending on the time frame could be any GUPPY versions of Gato, Balao, and Tench submarines.

That’s pretty awesome. If you ever decide to get rid of it for any reason, let me know, I can give it to the nautilus museum. It deserves to be kept around.

I will keep that in mind, thanks!

Amazing piece's of submarine history like this always have a place for refuge. Estate sales/Pawn sales are amazing for collectors and to sell something that really has no meaning to the current owner. but we can always help you out before you sell something precious for nothing. At least let us tell you it's an amazing piece of history that's super valuable before its melted down.


Voir la vidéo: TOP SPEED RUN - Is A Pricey Stainless Steel Propeller on my Sea Ray 175 Worth It? - Hobby Mechanic (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Raedford

    Juste super, génial, génial))

  2. Sarsa Dengel

    Est-ce vrai? Il me semble que quelque chose est très différent ici.

  3. Tekasa

    Vous n'êtes pas correcte. Discutons-en. Écrivez-moi en MP, on en parlera.



Écrire un message