Podcasts sur l'histoire

Sanglier, Mosaïque Romaine

Sanglier, Mosaïque Romaine



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Sanglier, Mosaïque Romaine - Histoire

Cérémonie d'Isis, Herculanum

Cette page est conçue pour vous fournir des ressources et des images pour vous aider à évaluer la relation entre Rome et l'Afrique du Nord en vous fournissant des images de et à propos de l'Afrique romaine. Les images sur cette page sont réservées aux étudiants et aux professeurs en sciences humaines 110. Ces images sont disponibles sur le système d'honneur et NE PEUVENT PAS être téléchargées. Merci de votre collaboration!

Cliquez sur l'un des sujets suivants pour obtenir des liens pour plus d'informations :

Où est l'Afrique du Nord ?

Cliquez ici pour une carte régionale de " Africa Vetus " (ancienne Afrique ou Tunisie moderne).

  1. Carte de l'Afrique du Nord romaine (Corbeau)
  2. Urbanisme romain : Plan de Timgad (Woloch 13)
    • Partie de la carte de la colonie de Timgad (Bélier et Duby 330)
    • Carte d'Herculanum [Plan de la ruche d'abeilles]
    • Carte de Volubilis (Bélier et Duby 328) : Ville d'Afrique du Nord avec plan de la ruche
  3. Relief impérial montrant une ville romaine fortifiée ( Favro 5)
  4. Paysage du Nil avec des Pygmées : détail d'une peinture murale de la Maison du Médecin, Pompéi (Kraus 210, fig. 306)
    • Le Jugement de Salomon : Juifs en tant que Pygmées - "comme si souvent à l'époque de Néron, le personnage est représenté comme des Pygmées avec ce qui semble être une tentative de parodie" détail d'une peinture murale de la Maison du Médecin, Pompéi (Kraus 210, fig. 305)
  5. « Maison de Milo » (La maison du poète tragique !) (Borriello 96)
  6. Snowden Figure #60 : Peinture murale de prêtres en noir et blanc lors d'une cérémonie isiaque
    • Version noir et blanc
    • Version couleur

  1. Snowden Figure #52 : Détail d'une mosaïque d'une scène rurale
  2. La succession de Lord Julius (Blanchard-Lemee fig. 121)
  3. Scènes de pêche sur une mer poissonneuse (Blanchard-Lemee fig. 81)
  4. Lions dévorant un sanglier (Blanchard-Lemee fig. 149)
  5. Scène de banquet, Carthage (Blanchard-Lemee fig. 45)
  6. Temps éternel : Soleil, Lune et Saisons (Blanchard-Lemee fig. 13)
  7. Croquis miniatures de mosaïques utilisées dans Before Color Prejudice
  8. Xenia of Fish : Maison de la Cascade, Utique (Veyne)
  9. Snowden Figure #53 : Mosaïque représentant des serviteurs apportant des accessoires pour un banquet
  10. Prisonniers condamnés offerts aux fauves (Blanchard-Lemee fig. 163b)
  11. Snowden Figure #55 : ​​Mosaïque d'une course de chars
    • Version Noir et Blanc (Entière Mosaïque Snowden)
    • Détail des couleurs des spectateurs (Blanchard-Lemee fig. 143)
  12. Figure #26 : « Mosaïque de cinq combattants d'animaux » (Vraiment des sodalites)
    • Version noir et blanc (Snowden)
    • Version couleur (Blanchard-Lemee fig. 155)

Images de Before Color Prejudice de Snowden

  1. Figure #26 : « Mosaïque de cinq combattants d'animaux » (Vraiment des sodalites)
    • Version noir et blanc (Snowden)
    • Version couleur (Blanchard-Lemee fig. 155)
  2. Figure #51 : Détail de Mosaic représentant un homme noir suivant un chameau
  3. Figure #52 : Détail d'une mosaïque d'une scène rurale
  4. Figure #53 : Mosaïque représentant des serviteurs apportant des accessoires pour un banquet
  5. Figure #54 : Mosaïque de lutteurs
    • Version noir et blanc (Snowden)
    • Version Couleur (Blanchard-Lemee fig. 135)
  6. Figure #55 : ​​Mosaïque d'une course de chars
    • Version Noir et Blanc (Entière Mosaïque Snowden)
    • Détail des couleurs des spectateurs (Blanchard-Lemee fig. 143)
  7. Figure #56 : Mosaïque d'un couple racialement mixte
    • Version noir et blanc
    • Version couleur
  8. Figure #60 : Peinture murale de prêtres en noir et blanc lors d'une cérémonie isiaque
    • Version noir et blanc
    • Version couleur
  9. Figure #61 : Peinture murale du rituel isiaque

  1. Détail de la peinture de Pompéi--Prêtre secouant un sistre (Etienne 118)
  2. Détail de la mosaïque de Palestrina - Procession cultuelle (Witt fig. 9)
  3. Peinture murale isiaque de Pompéi - Isis Fortuna d'un mur d'angle de latrine (Witt fig. 24)
  4. Figure #60 de Snowden : Peinture murale de prêtres en noir et blanc lors d'une cérémonie isiaque
    • Version noir et blanc (Snowden)
    • Version Couleur (Etienne 114)
  5. Statue en marbre d'Isis--Temple d'Isis, Pompéi (Brilliant 93)
  6. Le Temple d'Isis (Brilliant 92)
  7. Plan du Temple d'Isis (Brilliant 92)
  8. Les prêtres et prêtresse d'Isis--Peinture murale de Pompéi (Etienne 118)

LA MAISON DE L'AFRIQUE : AFRIQUE, ROME ET LES QUATRE SAISONS

  1. ROME & SES PROVINCES
    • Buste d'Egypte (Blanchard-Lemee fig. 9)
    • Buste d'Asie (Blanchard-Lemee fig. 10)
    • Rome (Blanchard-Lemée fig. 7)
    • Buste d'Afrique (Blanchard-Lemee fig. 6)
  2. AFRIQUE & LES QUATRE SAISONS
    • La déesse Afrique et les Saisons (Blanchard-Lemee fig. 3)
    • Buste de la déesse Afrique (Blanchard-Lemee fig. 1)
    • Printemps (Blanchard-Lemee fig. 23)
    • Été (Blanchard-Lemee fig. 24)
    • Temps éternel : Soleil, Lune et Saisons (Blanchard-Lemee fig. 13)
    • Les Saisons et les Mois : un calendrier illustré (Blanchard-Lemee fig. 20)
  1. La vie dans les Grands Domaines (Blanchard-Lemee fig. ?)
  2. Scène de banquet, Carthage (Blanchard-Lemee fig. 45)
  3. Scènes de pêche sur une mer poissonneuse (Blanchard-Lemee fig. 81)
  4. Vénus Anadyomène et scènes de pêche (Blanchard-Lemee fig. 108)
  5. La succession de Lord Julius (Blanchard-Lemee fig. 121)
  6. Homme au panier (Veyne)
  7. Xenia of Fish : Maison de la Cascade, Utique (Veyne)
  1. Prisonniers condamnés offerts aux fauves (Blanchard-Lemee fig. 163a)
  2. Prisonniers condamnés offerts aux fauves (Blanchard-Lemee fig. 163b)
  3. Lions dévorant un sanglier (Blanchard-Lemee fig. 149)
  4. Mosaïque de chasse au sanglier : Maison de la nouvelle chasse, Bulla Regia (Veyne)
  5. Scène de chasse aux animaux d'Afrique : Mosaïque Triclinium dans la Maison de la Nouvelle Chasse, Bulla Regia (Veyne)
  6. La chasse (??)

SCÈNES CULTURELLES ET LITTÉRAIRES

  1. Le poète Virgile et deux Muses (Blanchard-Lemee fig. 167)
  2. Léda et le cygne satyre embrassant une ménade : remarquez la couleur de peau du satyre (Blanchard-Lemee fig. 196-97)
  3. La trouvaille de Télèphe, de la basilique de Pompéi : "la scène montre Hercule reconnaissant son propre fils engendré par Auge et abandonné à flanc de montagne en Arcadie, où l'enfant a été allaité par une biche." Remarquez la couleur de la peau et les caractéristiques d'Hercule (Kraus 132 & fig. 160)
  4. Mosaïque des Muses : Maison des Mois, El Djem (Veyne)
  1. Par région
  2. Par sujet
    • Bains Hadrianiques en Libye (comprend une reconstruction)
    • Mosaïques d'El Djem (comprend des humains sacrificiels à l'arène)
    • L'Amphithéâtre d'El Djem
    • Obélisques égyptiens à Rome

AUTRES SITES DE CULTURE MATÉRIELLE D'INTÉRÊT

  1. Page de Pompéi (Laura Arnold)
    1. Cuisine romaine
    2. Liens vers l'archéologie classique
    3. Grandes images de l'architecture romaine
    4. Bâtiments publiques
      • Bâtiments publics, Pompéi
    5. Objets publics
      • Sarcophage
    6. Maisons romaines
      • La Casa Romana
      • La Maison du Faune, Pompéi
    7. Objets ménagers
      • Pièces de monnaie
      • Livres
        • Le Vatican Vergile (Illustré)
        • Recettes
    8. La vie quotidienne
      • Repas
      • Citoyen en toge
    9. Empereurs
      • Moi, Claudius (Culture matérielle moderne)
      • Portraits des Empereurs

    Bibliographie

    Banta, Marthe. Imagerie des femmes américaines. NY : Columbia UP, 1987.

    Blanchard-Lemée, Michèle, et. Al. Mosaïques de l'Afrique romaine. NY : George Braziller, 1996.

    Borriello, Mariarosaria, et. Al . Pompéi. Italie, Ferrara Arte S.A., 1996.

    Génial, Richard. Pompéi AD 79 . NY : Clarkson N. Potter, Inc., 1979.

    Étienne, Robert. Pompéi : le jour de la mort d'une ville. NY Harry Abrahms.

    Kraus, Théodore. Pompéi et Herculanum. NY : Harry Abrahms, 1975.

    Corbeau, Susan. Rome en Afrique, 3e éd. NY : Routledge, 1993.

    Snowden, Frank M. Avant les préjugés de couleur. Cambridge, MA : Harvard UP, 1983.

    Veyne, Paul, éd. Une histoire de la vie privée : de la Rome païenne à Byzance . Cambridge, MA : Harvard UP, 1987.

    Witt, R.E. Isis dans le monde gréco-romain. Ithaque, PAR : Cornell UP, 1971.

    Woloch, G. Michael. Villes romaines. Madison : U du Wisconsin P, 1983.


    Table ronde

    Mosaïque d'une chasse au sanglier de la Villa del Casale à Piazza Armerina en Sicile, IVe siècle. Photographie de Laur Phil. Flickr (CC BY 2.0).

    « Trois morts valent mieux que la vie », lance une énigme en vieil irlandais : « la mort d'un saumon, la mort d'un gros cochon, la mort d'un voleur ». De ces trois décès, les porcs gras sont tombés le plus fréquemment : dans tout l'Occident médiéval, ils étaient omniprésents. Le porc était la viande consommée au début du Moyen Âge. Les chevaux et les bœufs ont un pouvoir de traction, les vaches, les chèvres et les moutons fabriquent du lait et du fumier (et de la peau pour le parchemin et l'emballage), les moutons font pousser de la laine et les volailles pondent des œufs. Mais les porcs domestiques n'étaient destinés qu'à la boucherie. Il leur a fallu moins de deux ans pour atteindre leur poids maximum, tant ils étaient efficaces pour transformer tout ce qu'ils trouvaient ou nourrissaient en viande. Le dossier ostéoarchéologique montre que les éleveurs ont abattu la quasi-totalité de leurs porcs avant leur troisième anniversaire, et beaucoup d'entre eux beaucoup plus tôt, à l'exception des truies reproductrices et des verrats.

    Mais le porc n'était pas la viande que tout le monde mangeait le plus. Cette distinction allait généralement soit au bœuf, soit au mouton. Certaines personnes n'élevaient pas du tout de porcs : les Groenlandais, par exemple, et les Juifs et les Musulmans, pour autant que nous puissions en juger. Il y avait aussi des chrétiens qui ne possédaient pas de porcs - ou du moins, il y avait des chrétiens qui rédigeaient des testaments qui énuméraient leur bétail mais ne mentionnaient aucun porc. Mais parce que les porcs n'étaient jamais élevés que pour leur chair, ils étaient une sorte de métonymie pour la viande plus généralement. Des rhapsodies inspirées du porc, et même des miracles dans l'Irlande de Saint Brigit, l'écorce des arbres n'a pas été transformée en poissons et en pains mais en bacon afin de nourrir une foule. Et lorsque le savant al-Jāḥiẓ a écrit un énorme recueil sur les animaux à la cour abbasside de Bagdad, il avait beaucoup de défauts à trouver avec les porcs, à la fois en tant que musulman et en tant que naturaliste. Mais il avait aussi entendu tant d'hymnes au porc qu'il était fasciné par son goût.

    Même les chrétiens qui aimaient manger des porcs les ont vilipendés comme des animaux avides, sales et destructeurs. Cette réputation a été tissée dans les écritures que les lecteurs du début du Moyen Âge étudiaient et citaient et intégraient dans leurs propres histoires et textes. Dans le récit des évangiles synoptiques de l'exorcisme de la Légion, les démons ont été conduits dans des cochons, pas des poulets, des moutons ou des poissons. Ailleurs dans la Bible, le fils prodigue touche le fond quand, après avoir dépensé son héritage, il est contraint de prendre un emploi comme porcher et de manger ce que mangent ses porcs (Luc 15 :11-32). Dans 2 Pierre 2:22, s'appuyant sur l'un des Proverbes (26:11), les hérétiques sont décrits comme des chiens qui retournent à leur vomi et comme des porcs purs qui retournent directement à la boue. Et l'Evangile de Matthieu (7:6) capture le concept de ressources gaspillées avec l'image de la fonte des perles avant les porcs. Augustin fit un clin d'œil à ce passage de sa tristement célèbre histoire dans le Aveux à propos du vol de poires lorsqu'il était enfant en Afrique du Nord - son deuxième acte de délinquance a été de gaspiller ce qu'il avait volé en jetant la majeure partie de son butin à un troupeau de porcs.

    Le cochon fait ce qui est probablement son apparition la plus importante dans la tradition judéo-chrétienne dans le Psaume 80 de la Bible hébraïque (Psaume 79 dans la Septante et la Vulgate). Dans ce psaume, le peuple d'Israël demande à Dieu de lui montrer à nouveau sa faveur parce qu'il croit qu'il s'est détourné d'eux. Ils se comparent à une grande vigne qu'il a transplantée d'Egypte. Il a défriché le sol pour eux en en retirant d'autres peuples, et la vigne est devenue si grande et si forte qu'elle en est venue à jeter des ombres sur les montagnes et les grands cèdres, et elle s'étend du fleuve à la mer. Mais maintenant, se lamentent les Israélites, le vaste vignoble est assiégé. Dieu a renversé le mur qui le protégeait, et ses raisins sont récoltés par les passants. Les insectes y pullulent. Et le sanglier de la forêt le détruit et le dévore. En hébreu, seul l'animal lui-même est mentionné—hazir mi-yaar— mais en grec et en latin, le sanglier reçoit une épithète supplémentaire : ce n'est pas seulement le aper de silva mais aussi le singularis ferus, la bête singulière.

    Ce sont des textes anciens, mais la caractérisation du cochon comme un animal vorace et sale a transcendé des moments historiques particuliers. Les chrétiens du début de l'Europe médiévale faisaient les mêmes associations, et nous aussi. Plus d'un historien l'a souligné au fil des ans, en partie dans le but de réhabiliter la réputation des animaux. Mais ce stéréotype plat, cette bête singulière, n'était pas le seul profil qu'un cochon pouvait avoir, même dans le passé : les vues « prémodernes » étaient plus subtiles que ne le suggère le symbolisme abrégé. À la fin de l'Antiquité et au début du Moyen Âge, les agriculteurs, les décideurs politiques et les philosophes étaient parfaitement capables d'avoir plusieurs points de vue sur les porcs simultanément, de jouer une caricature familière mais aussi d'affiner les complexités de l'espèce. Ils ont vu que les porcs n'étaient pas simplement des marchandises qui fournissaient aux humains de la viande ou des symboles qui fonctionnaient comme des métaphores pratiques. C'étaient également des créatures capables de s'adapter et de modifier leur environnement, y compris les environnements humains qui ne les contraignaient que partiellement. Les porcs étaient difficiles à domestiquer pleinement, à la fois physiquement et conceptuellement. Ils ont attiré l'attention sur eux-mêmes et ont demandé un certain engagement dans leur vie complexe.

    PLes igs n'étaient pas le seul mammifère domestiqué à avoir des homologues sauvages errant dans le paysage du début du Moyen Âge. L'auroch, espèce de bétail sauvage, était présent en Europe jusqu'au XVIIe siècle (bien qu'il n'ait laissé que des traces sur les sites du début du Moyen Âge). En Afrique du Nord, les aurochs et les mouflons de Barbarie étaient consommés aux côtés de leurs parents domestiqués. Mais pour beaucoup de gens, le sanglier était bien plus captivant. En effet, dans toute l'Eurasie, tout au long de l'Antiquité et pendant la plupart du Moyen Âge, les poètes et les chasseurs ont célébré le sanglier comme l'un des principaux animaux de gros gibier. Ils l'admiraient et le craignaient pour sa force et sa fureur. Les sangliers pouvaient facilement tuer des hommes plus d'un roi médiéval est mort en essayant de les chasser. Et même les hommes qui tuaient leurs sangliers subissaient généralement une sorte de blessure au corps à corps que nécessitait la mise à mort finale. Ce n'est qu'au XIVe siècle que le cerf dépassera le sanglier comme gibier aristocratique préféré en Europe.

    En conséquence, les sangliers étaient sexués de manière asymétrique dans la culture médiévale. Les gens savaient évidemment qu'il y avait des cochons sauvages des deux sexes, mais la sous-espèce dans son ensemble a toujours été considérée comme masculine : les animaux étaient des sangliers, jamais des truies. Les termes latins utilisés par les écrivains tendaient également à amalgamer les espèces et les genres de cette manière. Leurs termes pour le sanglier (apéritif) et le porc mâle domestique (verre) étaient parfois utilisés de manière interchangeable. Ainsi étaient les termes pour le porc domestique (porc) et semer (sus). Mais personne n'a jamais appelé un cochon sauvage une truie. En raison de ses connotations masculines, l'élément du nom germanique *ebur-, "Sanglier", était considéré comme un respectable à donner à un garçon, des fermiers aux fonctionnaires royaux. De temps en temps, nous rencontrons un Ebretrudis, Ebrehildis ou Ebreverta - c'étaient des noms de femmes - mais dans l'ensemble, *ebur- était beaucoup plus susceptible d'être attaché à un homme.

    CLa distinction de fille était une autre force séparant les porcs sauvages et domestiqués les uns des autres. Parmi les médiévistes, il est assez connu que les sangliers étaient un insigne de prédilection pour l'équipement militaire chez les peuples dits germaniques dans l'Antiquité et au début du Moyen Âge (ainsi appelé parce que « germanique » est une agglomération des sociétés non ou préromaines). de l'Europe du Nord et de l'Est qui aplatit leur engagement avec la culture romaine et aussi leurs différences les unes par rapport aux autres). Mais les Romains célébraient le sanglier dans le même esprit d'élitisme martial. L'animal était l'emblème de trois légions (I Italica en Italie, X Fretensis à Jérusalem, XX Valeria Victrix en Pannonie et Illyricum, Germania, et enfin la Grande-Bretagne), et c'est ainsi qu'il est apparu sur leur équipements aussi, sans parler de leur monnaie et même de leurs matériaux de construction.

    Et lorsque les aristocrates impériaux décoraient leurs villas rurales et leurs maisons urbaines à la fin de l'Antiquité, ils commandaient si souvent des mosaïques représentant des chasses au sanglier que les historiens de l'art nous ont mis en garde de ne pas les considérer comme de simples signes de chasse réelle sur place. Au lieu de cela, de telles scènes étaient stratégiquement placées dans les salles de réception comme des images de pur pouvoir masculin, ou virtus. Les chasseurs étaient peut-être même des figures chrétiennes : bien que les mosaïques incorporent souvent des thèmes de la mythologie antique, qui faisait partie de la culture commune du monde méditerranéen, elles étaient également compatibles avec un sentiment de triomphalisme chrétien sur la mort. Une idée similaire était en jeu sur les sarcophages romains qui comportaient des chasses au sanglier. Le courage des chasseurs témoignait de la détermination des occupants des tombes, qui étaient invariablement des hommes et des garçons. Plus le sanglier est redoutable, plus le chasseur et le protecteur sont admirables, et ainsi les sangliers sur ces pièces sont colossaux et sauvages : corps en canon, têtes énormes, défenses scintillantes. Et contrairement aux porcs domestiques, qui sont généralement représentés avec des queues bouclées, ces sangliers sont généralement représentés avec des queues droites. Ainsi, lorsque le poète nord-africain Luxorius a parlé d'un « sanglier de Mars » mangeant du fourrage de la main de son maître dans les pièces de marbre d'une villa, son public vandale et son public romain (et romano-vandale) auraient facilement compris le un message. Ce cochon pouvait se comporter comme un aristocrate, mais il s'était ramolli.

    Tout le monde était autorisé à chasser le sanglier au début du Moyen Âge, et il n'est pas rare de trouver quelques mammifères sauvages, parfois même des sangliers, dans des établissements qui n'étaient pas peuplés de consommateurs notoires. Mais les élites ont tellement prisé le gros gibier qu'au cours du Moyen Âge, les gouvernements européens, à commencer par les Mérovingiens au VIIe siècle, ont de plus en plus bouclé des zones boisées spécifiques en tant que « forêts ». Cela en a fait des espaces juridiques spéciaux dans lesquels seuls les rois et leurs amis pouvaient chasser, bien que ce droit soit transférable aux propriétaires fonciers privés lorsque les dirigeants ont offert des forêts en cadeau, et parfois les élites ont essayé de créer leurs propres parcs de chasse privés en monopolisant les forêts pour elles-mêmes. Au IXe siècle, la cour carolingienne de Francia se fixa sur la chasse à la fois comme métaphore et comme test pour les exercices militaires et impériaux. Dans le processus, les droits forestiers sont devenus une forme de légitimité politique si vitale que Charles le Chauve restreignait l'accès de son propre fils aux principaux terrains de chasse pendant que Charles était absent en Italie, afin de prévenir la possibilité d'une usurpation. Au haut Moyen Âge, les rois d'Angleterre finiraient par désigner les sangliers, quel que soit leur repaire, comme interdits à tous, sauf à la cour. Il n'y avait probablement pas beaucoup de cochons sauvages en Angleterre au XIIIe siècle, lorsque ces lois ont été promulguées pour la première fois. C'est du moins ce que suggèrent les registres osseux : les sangliers disparaissent des restes d'animaux sur les implantations médiévales. Aux yeux des rois, il serait peut-être inadmissible que les quelques-uns qui restaient se retrouvent entre les mains des paysans.

    Adapté de Légions de cochons dans l'Occident médiéval. Copyright © 2020 par Jamie Kreiner.Utilisé avec la permission de l'éditeur, Yale University Press. Tous les droits sont réservés.


    Pompéi, Italie : Explorer les ruines antiques de l'empire romain

    Pompéi est une ancienne ville de Campanie située à environ 30 minutes de Naples. Alors que Pompéi était autrefois une ville romaine animée, l'éruption du Vésuve en 79 après JC a laissé la ville ensevelie sous des mètres de pierre ponce et de cendres. Près de 1 000 ans plus tard, les visiteurs peuvent toujours visiter ce site historique et avoir un aperçu de ce à quoi ressemblait Pompéi avant sa disparition. De la Villa des Mystères au Temple d'Apollon, Pompéi regorge de fresques bien conservées, d'anciens temples romains et d'anciennes résidences romaines.

    Cette photo a été prise dans la Villa des Mystères, une villa romaine de banlieue à la périphérie de Pompéi. La Villa dispose d'une collection de mosaïques, de poteries et d'objets de l'ancien village. Ce qui est le plus obsédant à propos de cet endroit, c'est l'éventail de "personnes de pierre" qui ont été cimentées sur place alors que la pierre ponce et les cendres engloutissaient la ville. Voir ces personnages a fait de Pompéi plus qu'une étape historique pour moi, mais une ville avec des gens réels et une histoire tangible.

    Cette petite statue est située dans la Maison du Faune, une grande et impressionnante résidence privée construite au IIe siècle av. Cette maison présente de nombreuses mosaïques étonnantes, dont l'une de la bataille d'Issus en 333 avant JC entre Alexandre le Grand et Darius III, ainsi qu'une statue en bronze d'un faune dansant. Les faunes, dans la mythologie romaine, sont des créatures mi-humaines mi-chèvre. Des jardins aux mosaïques murales de chaque pièce, la Maison du Faune présente la vie d'un riche patricien dans l'ancienne Pompéi.

    Cette photo a été prise dans la Casa della Caccia Antica, une maison ornée de mosaïques, de sols en marbre et de beaux jardins. A cette époque, les riches de Pompéi accordaient une attention particulière aux embellissements somptueux et aux décorations élégantes. Le nom de cette maison se traduit par la "Maison de la chasse ancienne" ou "Maison du sanglier", en raison d'une mosaïque sur le sol de l'atrium qui représente un sanglier attaqué par des chiens.

    Le Forum est le centre de la vie sociale et civique de Pompéi. Cette zone compte de nombreux temples, bâtiments municipaux et sites religieux. Le forum comprend le temple de Jupiter, l'arc de Drusus et l'arc de Germanicus, la basilique, le grenier du forum, le temple d'Apollon et le temple de Vespasien. C'est incroyable de se promener dans le centre-ville et d'admirer les anciennes colonnes de calcaire.

    Bien que Pompéi soit immense, j'ai réussi à explorer la majeure partie de la ville en 2 heures. La ville est très accessible à pied et il est surréaliste de voir les vestiges d'une ville vieille de 2 000 ans. Pompéi est un endroit incroyable à visiter, surtout si vous avez étudié son histoire avant d'y aller !

    Si vous êtes allé ou souhaitez aller à Pompéi, dites-moi ce que vous pensez de cette ville antique dans les commentaires ci-dessous !


    Manger des animaux dans l'Antiquité romaine

    Lorsque vous avez envie d'un plat de viande savoureux et que vous allez dans une boucherie ou un supermarché local, la variété d'animaux parmi lesquels choisir est limitée à une poignée. Le bœuf, le porc et le poulet dominent les étagères. Vous pourriez aussi trouver de la dinde ou de l'agneau. Dans l'antiquité romaine, c'était légèrement différent. Ceux qui pouvaient se le permettre étaient à nos yeux des mangeurs aventureux.

    Aujourd'hui, les gourmets modernes se régalent d'escargots, de pintades, d'oies, de canards, de lièvres, de lapins, de faisans, de sangliers, de chevreuils et de perdrix. Ils apprécient également les foies de volaille, les joues de porc et la langue de veau – tout comme les gourmands romains le faisaient dans l'Antiquité.

    Les initiatives à la mode du nez à la queue préconisent de manger chaque partie d'un animal, ainsi que des animaux qui sont normalement jetés, tels que les rats musqués, les corbeaux, les foulques et même les cygnes. Leur objectif est simple : pas de gaspillage alimentaire. Cependant, dans l'Antiquité romaine, manger l'animal entier était la norme. Le statut était dérivé du fait de servir presque tous les animaux qui nageaient, volaient ou marchaient dans leur monde connu.

    Animaux exotiques et non conventionnels

    Vous avez probablement entendu parler de Romains mangeant des langues de flamants roses, des loirs farcis, des perroquets rôtis et des murènes. Et oui, ils ont mangé ces choses. Le seul livre de cuisine romain survivant, le Apicius tekst, contient des recettes d'animaux exotiques et non conventionnels.

    Le livre contient des sauces pour la grue, la tourterelle, le flamant rose et divers autres oiseaux exotiques. Une recette de sauce pour le flamant rose dit :

    tu fais aussi la même sauce pour perroquet

    D'autres recettes servent l'autruche et les petits oiseaux, comme les grives. Les oiseaux chanteurs sont trempés dans des sauces ou hachés comme farce.

    Fresque oiseau chanteur aux poires de Villa di Oplonti

    Les animaux non conventionnels, tels que les murènes, les escargots et les loirs, étaient élevés dans de riches maisons. Le varro fait référence à des bocaux spéciaux dans lesquels les loirs étaient engraissés avant d'être consommés. Ces jarres ont été trouvées à Pompéi. Ils avaient des trous d'aération et de petites étagères sur lesquelles les loirs pouvaient dormir. Au banquet du célèbre Trimalchio, des loirs étaient servis roulés dans du miel et des graines de pavot. Le texte d'Apicius avait une suggestion très savoureuse pour les préparer :

    Farcir les loirs avec de la farce de porc et aussi avec la chair de toutes les parties du loir, pilée au poivre, pignons, laser et liquamen. Faites-les mijoter et disposez-les sur un carreau et mettez-les au four.

    Le gibier a été mangé aussi. Il existe des recettes de sanglier, de cerf, de chevreuil, de chèvre sauvage et de mouton sauvage. Les Romains aimaient le lièvre et avaient de délicieuses façons de le préparer : en sauce, farci et en ragoût avec leur sang, leur foie, leurs poumons. Je me demande toujours ce qui s'est passé avec tous les animaux sauvages qui ont été tués pendant venationes, dans l'arène. Au moins une partie du temps, ils ont peut-être été mangés aussi. Si l'histoire du festival organisé par l'empereur Probus au IIIe siècle après J. Il y a quelques années, un os de girafe a été retrouvé lors de fouilles dans une auberge pompéienne. Il y avait des marques de coupe dessus. Malheureusement, il n'y a pas de recettes pour les animaux sauvages et les références dans la littérature pour les manger sont très limitées.

    Du nez à la queue

    Si vous vous demandez si les Romains mangent des animaux entiers, vous trouverez la réponse dans le texte d'Apicius. Des recettes sont données pour l'utérus stérile rôti et cuit, le pis de vache bouilli et farci, le foie engraissé aux figues et l'estomac de porc farci. Il y a des recettes avec des ris de chèvre et de cochon de lait, des testicules de chapon, des gésiers de poulet, du sang, des poumons, des pieds, des queues, des tripes, des rognons et il y a beaucoup de cuisine avec la cervelle.

    Les cervelles étaient très souvent utilisées dans les farces pour animaux, dans les saucisses et dans les patine. Patine était un type de plat composé de toutes sortes d'ingrédients, qui était principalement épaissi avec des œufs. Il est excellent pour le traitement de toutes les parties d'animaux.

    Le summum de la patine dans le livre de cuisine, le Patine apicienne, appels pour:

    du pis cuit, du poisson émietté, de la viande de poulet et des pics-figues ou de la poitrine de muguet cuite et tout ce qu'il y a de meilleur.

    Cette patine est comme une lasagne : sauce et couches de fines feuilles de pâte sont alternées dans un plateau.

    Mosaïque avec poisson_Museo Archeologico Napoli

    La patine la plus luxueuse jamais réalisée doit avoir été celle que l'empereur Vitellius du premier siècle de notre ère a commandée pour pas moins de 100 000 sestertii. Selon Suétone (69-122 après JC), le plat s'appelait Bouclier de Minerve et contenait des cerveaux de paon et de faisan, des langues de flamants roses, du foie de brochet et du sang de lamproie.

    Dans ce blog, je partage avec vous mes recherches culinaires historiques, mes expériences, mes aventures et mes découvertes. Ici vous pouvez trouver des recettes historiques, des articles sur l'histoire de la nourriture et des informations sur les livres de cuisine oubliés, les ingrédients et les saveurs. Bonne lecture et bonne cuisine !


    Commerce d'animaux exotiques dans la Rome antique

    En 247 après JC, le 1000e anniversaire de la fondation de Rome selon leur calendrier AUC, l'État a offert aux Romains une orgie de sang dans le Colisée : 1000 paires de gladiateurs se sont battus et sont morts. 32 éléphants, 10 tigres, 60 lions, 30 léopards, 10 hyènes, 10 girafes, 20 ânes sauvages, 40 sangliers, 10 zèbres, 1 rhinocéros et 6 hippopotames ont été tués.Pour les chasses aux animaux sauvages (Lat. venationes), toute l'arène du Colisée a été aménagée pour ressembler à une jungle luxuriante. Lions, léopards, ours, sangliers, jaguars, panthères, autruches, tigres, bouquetins, rhinocéros, mouflons, éléphants et tout animal qui n'était pas apprivoisé et qui était étranger et inhabituel a été capturé, présenté au peuple romain pour son plaisir puis "chassé" et tué. Les navires romains ont navigué vers l'Afrique et l'Asie pour chasser les animaux exotiques pour le venationes.

    De la Grande Chasse Mosaïque montrant la capture et le transport d'Afrique à Rome des animaux sauvages pour les jeux du cirque (La Villa Romana del Casale)

    De nombreuses personnes étaient impliquées dans le commerce d'animaux exotiques pour les chasses populaires aux animaux sauvages du Colisée, parmi lesquelles l'orateur et homme d'État Cicéron (106-43 av. ou le Colisée.

    En fait, son ami Rufus lui demandait constamment de fournir des panthères pour tous les jeux. Pantherae était générique pour les léopards, les lions, les jaguars ou les panthères. Cicéron était à cette époque gouverneur de la Cilicie en Asie Mineure (Turquie) et avait accès à des personnes dont le métier était de chasser et de vendre des animaux sauvages. Cicéron a écrit à Rufus :

    « Concernant les panthères, les chasseurs habituels font de leur mieux sur mes instructions. Mais les créatures sont remarquablement rares… la question fait l'objet d'une attention particulière, en particulier de Patiscus… Tout ce qui vous arrivera sera à vous, mais ce que cela signifie, je ne le sais tout simplement pas. Lettres 2.11.2

    Même si Cicéron faisait beaucoup de sesterces en étant un intermédiaire dans la capture et l'expédition d'animaux à tuer dans les chasses, il semblait avoir eu quelques scrupules quand il a vu une chasse :

    « Le reste de la chasse a eu lieu deux fois par jour pendant cinq jours. Ils étaient magnifiques, personne ne le nie. Mais quel plaisir peut-il y avoir pour un homme civilisé lorsqu'un homme impuissant (un chrétien peut-être ?) est déchiqueté par une bête puissante ou qu'un animal magnifique est transpercé par une lance ? Lettres 7.1.1-3De toute évidence, Cicéron est devenu un «homme civilisé» une fois qu'il a vu ce qui est arrivé aux animaux qu'il a fournis.

    Il y avait un autre homme sans nom, le propriétaire de la désormais célèbre Villa Romana del Casale sur la Piazza Armerina, en Sicile. Les sols et les murs en mosaïque de son immense Villa couvrent 37 673,69 pieds carrés de mosaïques bien conservées liées à la chasse, à la capture et au retour à Rome de centaines d'animaux sauvages d'Afrique et d'Inde.

    Conception de la Villa Romana del Casale en Sicile

    Le riche propriétaire de cette villa de campagne aimait évidemment chasser localement, également, car de nombreuses mosaïques représentent des scènes romaines de chasse avec leurs chiens et leurs amis. Ses enfants aimaient chasser les lapins.

    Le rituel romain de la jeune virilité (peut-être son fils adolescent ?) était le meurtre de son premier sanglier.Le propriétaire de la Villa du IVe siècle, appelons-le Argenteus, a gagné tellement d'argent dans son « commerce d'animaux étrangers » et a ajouté tant de pièces et de mosaïques à sa grande Villa que près de deux mille ans plus tard, ces mosaïques variées du début des années 300 après JC, à l'intérieur et même à l'extérieur de la Villa, ont été désignés comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO. La Villa et les mosaïques ont été si bien conservées car un glissement de terrain au XIIe siècle a tout recouvert.

    Personnification de l'Égypte et de l'Asie du Sud dans une mosaïque de la Villa del Casale : Éléphant et tigre—Remarquez l'accent mis sur l'ivoire précieux des cornes d'éléphant. Segment de Ambulacro della Grande Cachia—Remarquez les boucliers des chasseurs comme « protection » contre les animaux sauvages.

    Au début du 19ème siècle, des morceaux de mosaïques et quelques colonnes ont été trouvés à la Villa. Les premières fouilles archéologiques officielles ont été effectuées plus tard dans ce siècle. Ils ont trouvé la collection de mosaïques romaines la plus riche, la plus grande et la plus complexe au monde. Cette bande de sol (à droite) n'est qu'un petit segment d'une mosaïque.

    Les mosaïques de la Villa Romana del Casale sont si détaillées et « réalistes » que l'on se demande si le propriétaire de la Villa est réellement allé avec ses hommes en Afrique et en Asie et a participé à la chasse.

    Un moine chrétien égyptien nommé Télémaque a visité le Colisée romain pour la première fois en 404 après JC. Il était consterné par tous les massacres et tout le sang versé dans les « jeux » de gladiateurs. Il se mit à crier à haute voix encore et encore : « Cessez cela au nom du Christ ! » La foule romaine l'a lapidé à mort.

    L'empereur chrétien Honorius a été condamné et a interdit tous les combats de gladiateurs plusieurs jours plus tard, le 1er janvier 404 après JC. Mais les événements impliquant des animaux, les venationes, se sont poursuivis jusqu'en 523 après JC. Il en va de même pour l'entreprise lucrative consistant à se procurer des animaux exotiques et sauvages pour les « jeux » romains. Sandra Sweeny Argent


    Détail d'un sol en mosaïque romaine montrant une chasse au sanglier, IIIe siècle.

    Votre compte Easy-access (EZA) permet aux membres de votre organisation de télécharger du contenu pour les utilisations suivantes :

    • Essais
    • Échantillons
    • Matériaux composites
    • Dispositions
    • Coupes grossières
    • Modifications préliminaires

    Elle remplace la licence composite en ligne standard pour les images fixes et les vidéos sur le site Web de Getty Images. Le compte EZA n'est pas une licence. Afin de finaliser votre projet avec le matériel que vous avez téléchargé depuis votre compte EZA, vous devez obtenir une licence. Sans licence, aucune autre utilisation ne peut être faite, telle que :

    • présentations de groupes de discussion
    • présentations externes
    • documents finaux distribués au sein de votre organisation
    • tout matériel distribué à l'extérieur de votre organisation
    • tout matériel distribué au public (comme la publicité, le marketing)

    Étant donné que les collections sont continuellement mises à jour, Getty Images ne peut garantir qu'un élément particulier sera disponible jusqu'au moment de l'octroi de la licence. Veuillez examiner attentivement toutes les restrictions accompagnant le Contenu sous licence sur le site Web de Getty Images et contacter votre représentant Getty Images si vous avez une question à leur sujet. Votre compte EZA restera en place pendant un an. Votre représentant Getty Images discutera avec vous d'un renouvellement.

    En cliquant sur le bouton Télécharger, vous acceptez la responsabilité d'utiliser du contenu non publié (y compris l'obtention des autorisations requises pour votre utilisation) et acceptez de vous conformer à toutes les restrictions.


    Chronologie européenne

    La "Vénus" de Willendorf est l'une des sculptures les plus célèbres de la période paléolithique européenne. Sa silhouette extrêmement corpulente, l'accent mis sur l'anatomie reproductive féminine et l'absence de traits du visage ont longtemps inspiré la spéculation selon laquelle sa fonction était une figure de fertilité. Lire la suite.

    21 000 avant JC

    Les figurines féminines stylisées en ivoire de mammouth de Malte, en Sibérie, sont représentatives des sculptures portables trouvées dans une vaste région s'étendant de l'Europe occidentale à l'Asie du Nord et centrale, suggérant des échanges culturels sur ces vastes régions. Lire la suite.

    C. 13 000 av. 11 000 av. J.-C.

    Les images de chevaux, de bisons, de mammouths et d'autres animaux locaux peints sur les parois d'une grotte de Lascaux ne sont pas seulement parmi les premiers exemples connus de peinture trouvée en Europe, mais elles sont également frappantes pour l'observation fine et le rendu habile de leur animal. sujets. Lire la suite.

    C. 7000 avant JC

    De petites sculptures portables d'animaux tels que l'élan, l'ours et le sanglier sont réalisées au Danemark et dans le sud de la Suède à partir de matériaux tels que l'ambre. Lire la suite.

    C. 5000 avant JC

    La plus ancienne poterie connue en Europe, produite par la culture de la poterie linéaire en Europe centrale, est décorée de lignes incisées, une technique qui s'est répandue dans une grande partie de l'Europe. Lire la suite.

    C. 3200 avant JC–c. 1600 avant JC

    Stonehenge, l'impressionnant cercle de pierres massives surmonté de linteaux disposés selon des configurations astronomiques, est unique parmi les sites néolithiques en Europe et a été construit et reconstruit en plusieurs phases. Lire la suite.

    C. 3000 avant JC-c. 2500 avant JC

    Les pierres utilisées pour construire les tombes néolithiques de Newgrange, en Irlande, sont décorées d'un large éventail de motifs géométriques complexes. Lire la suite.

    2300 avant JC

    Des figurines en marbre blanc très stylisées, généralement des représentations de femmes avec des formes géométriques simplifiées pour le corps et presque pas de traits du visage, sont fabriquées sur les îles des Cyclades dans la mer Égée. L'apparence épurée de ces statues a séduit et influencé les artistes et les spectateurs modernes. Lire la suite.

    C. 2150 av. 1300 avant JC

    Le palais massif de Knossos sur l'île de Crète est construit pour remplir des fonctions politiques, économiques, religieuses et sociales. Le mot labyrinthe vient du nom donné au palais, à l'agencement complexe, par les visiteurs grecs. Les peintures murales reconstituées des murs du palais révèlent le penchant minoen pour la décoration picturale colorée et vivante. Lire la suite.

    C. 2000 avant JC-c. 1900 avant JC

    Parmi les plus belles réalisations des potiers minoens se trouve la céramique dite de Kamares, qui est demandée dans tout le monde méditerranéen oriental. Ces conteneurs utilitaires se caractérisent par des motifs géométriques colorés peints de manière exubérante et dramatique sur un fond noir. Lire la suite.

    C. 1650 av. 1450 avant JC

    Deux coupes en or, fabriquées par des artisans minoens mais trouvées dans une tombe à Vapheio près de Sparte, sont décorées de scènes de taureaux musclés et de héros, créant un sentiment de puissance qui contraste avec la petite taille des récipients. Lire la suite.

    C. 1500 avant JC-c. 1450 avant JC

    Un flacon de Palaikastro, peint aux couleurs vives dans le style marin, célèbre le lien étroit de la civilisation minoenne avec la mer et l'apogée de leur puissance maritime. De petites créatures marines nagent énergiquement entre les tentacules d'une grande pieuvre, qui se déploient sur la surface du flacon. Lire la suite.

    C. 1400 avant JC-c. 1300 avant JC

    Une jupe courte en laine trouvée dans la tombe d'une jeune fille à Egtved illustre la pratique du tissage à l'âge du bronze au Danemark. Lire la suite.

    C. 1300 avant JC-c. 1200 avant JC

    L'une des œuvres les plus visuellement frappantes et techniquement complexes de l'âge du bronze en Europe est la statue cérémonielle d'un cheval tirant un char portant un disque solaire doré trouvé à Trundholm, en Suède. Lire la suite.

    800 avant JC-700 avant JC

    Les vases du maître Dipylon constituent l'un des points culminants du développement de l'ancien style de peinture géométrique grec. Au milieu de bandes de touches et de motifs géométriques se trouvent des figures humaines, elles-mêmes réduites à des assemblages abstraits de formes. Lire la suite.

    C. 600 avant JC–ca. 520 avant JC

    Les sculpteurs grecs créent des statues autoportantes d'hommes nus à grands pas (kouroi) qui transmettent efficacement le volume, le mouvement et les physiques héroïques. Lire la suite.

    C. 600 avant JC-c. 500 avant JC

    Les anciens Étrusques plaçaient des portraits des défunts modelés en terre cuite au sommet de leurs sarcophages. Ces figures, qui sont peintes et représentent souvent un couple, frappent par leur animation, leur individualité et leurs expressions joyeuses. Lire la suite.

    C. 540 avant JC-c. 520 avant JC

    Exekias peint une coupe avec une scène du dieu du vin et de la gaieté Dionysos dans un bateau entouré de raisins et de dauphins. Les voiles arrondies suggèrent qu'elles sont soufflées par le vent, ce qui indique un nouveau sens de la conscience de la nature dans la peinture grecque antique. Lire la suite.

    C. 480 avant JC

    The Kritios Boy révèle que les sculpteurs grecs tentent d'abord d'atteindre un nouveau degré de naturalisme en capturant avec précision le changement de poids qui se produit dans tout le corps humain lorsqu'il se déplace. Lire la suite.

    C. 478 av. 474 avant JC

    L'aurige de Delphes est l'une des statues de bronze les plus naturalistes de la Grèce antique. La draperie du jeune chauffeur aristocratique est détaillée et tombe naturellement, son corps se dresse au fur et à mesure qu'il manœuvre les rênes et ses yeux de verre sont entourés de cils de fines pièces de bronze. Lire la suite.

    C. 450 avant JC-c. 440 avant JC

    Le grand sculpteur grec Polykleitos développe une posture dans laquelle la statue se tient dans une pose asymétrique avec le poids du corps sur une jambe, tout en conservant un sentiment général d'équilibre et de stabilité. Cette posture, appelée contrapposto, est décrite dans le Canon de l'artiste et démontrée dans des sculptures telles que le Doryphore ("porteur de lance"). Lire la suite.

    447 av. J.-C.-432 av. J.-C.

    Le Parthénon, dédié à la déesse Athéna, est construit comme le temple principal de l'Acropole. Construit par les architectes Iktinos et Kallikrates, le bâtiment est une merveille de mathématiques et de technologie. Phidias, le sculpteur renommé et organisateur très efficace, supervise et produit un programme sculptural complexe de scènes religieuses et historiques pour orner le temple. Lire la suite.

    C. 350 avant JC

    Praxitèle sculpte Hermès tenant l'enfant Dionysos et crée une image en marbre des dieux qui est ludique et amoureusement interactive. La présence d'une jambe de force et le style des sandales d'Hermès suggèrent que la statue survivante est une copie ultérieure, c'est-à-dire combien de chefs-d'œuvre grecs du Ve siècle av. Lire la suite.

    C. 220 avant JC

    La sculpture en marbre de la Gaule mourante, une image dramatique d'un guerrier succombant à la mort et à la défaite, est l'une des œuvres d'art anciennes les plus poignantes. Alors que ses cheveux épais et son collier identifient son origine ethnique, son physique puissant donne un crédit supplémentaire à l'armée romaine invincible qui l'a tué. Lire la suite.

    C. 200 avant JC-c. 33 avant JC

    La célèbre Nike de Samothrace du Louvre est sculptée dans du marbre en Grèce pour célébrer la personnification ailée de la Victoire. Samothrace fait référence à l'île sur laquelle la statue est découverte en 1863. Lire la suite.

    C. 150 avant JC-c. 120 avant JC

    De nombreux grands chefs-d'œuvre de la Grèce antique, comme le marbre Vénus de Milo au Louvre, ne survivent que sous forme de copies réalisées par des artisans romains. Lorsque des statues grecques et d'autres œuvres d'art sont importées à Rome, elles suscitent un tel enthousiasme que les sculpteurs locaux produisent des copies pour satisfaire les demandes du marché. Lire la suite.

    C. 100 avant JC

    Les fabricants de mosaïques de Pompéi produisent des images minutieusement détaillées avec des millions de petits morceaux de marbre. Les premiers exemples sont dérivés de peintures grecques, telles que la représentation de Philoxenos du 4ème siècle avant JC de la bataille d'Alexandre le Grand et de Darius III. Lire la suite.

    C. 100 avant JC-50 avant JC

    Les Romains construisent un aqueduc composé de trois niveaux d'arches sur la rivière Gardon dans le sud-est de la France. Ce grand pont survit presque intact aujourd'hui et est connu sous le nom de Pont du Gard. Lire la suite.

    C. 75 avant JC

    Le Grand Torc, un épais collier semblable à une corde en or et trouvé à Snettisham, en Angleterre, illustre les ornements celtiques en métal et décorés de motifs géométriques élaborés qui peuvent avoir été fabriqués pour un usage personnel ou comme offrande aux dieux. Lire la suite.

    C. 75 avant JC

    Le plus grand amphithéâtre de la Rome antique, le Colisée elliptique, est construit pour accueillir entre 45 000 et 73 000 spectateurs pour les jeux de gladiateurs et les concours entre hommes et bêtes. Lire la suite.

    C. 75 avant JC-50 avant JC

    Les Romains honorent les membres respectés de la société en commandant et en affichant leurs portraits dans des lieux publics. Ces images, comme la statue en marbre d'un vieux patricien ridé au nez bulbeux et à l'expression inquiète, sont généralement extrêmement réalistes. Lire la suite.

    C. 60 avant JC

    La Villa des Mystères de Pompéi est décorée de peintures murales qui utilisent des dispositifs de peinture tels que l'ombrage et la perspective pour créer l'illusion de figures mythologiques parmi les éléments architecturaux. Lire la suite.

    C. 19 avant JC

    L'empereur Auguste utilise efficacement l'architecture et la sculpture pour légitimer et glorifier son règne. Son imposante statue à Prima Porta développe une nouvelle iconographie dans laquelle de petites images appliquées de divinités et d'ennemis vaincus ornent son armure de combat. Lire la suite.

    C. J.-C. 5-c. 25 après JC

    Le vase Portland est l'exemple le plus connu de verre camée de l'antiquité. Probablement fabriqué à Rome à partir de verre blanc recouvrant du verre bleu foncé, la scène romantique indique que le vase était peut-être à l'origine un cadeau de mariage. Lire la suite.

    AD 100–AD ​​200

    Les artisans des régions éloignées de l'Empire romain, telles que la Gaule et la Grande-Bretagne, utilisent des techniques romaines pour fabriquer de la vaisselle en argent ornée et complexe. Lire la suite.

    113 après JC

    La colonne Trajane, située dans le Forum de Trajan, le plus grand forum de Rome, célèbre les batailles victorieuses de l'empereur Trajan avec un long récit de ses conquêtes militaires qui remonte à la surface de la colonne. Trajan lui-même est représenté 60 fois dans cette histoire visuelle. Lire la suite.

    AD 118–AD 125

    L'empereur Hadrien commande la construction du Panthéon pour vénérer les dieux romains. Cette structure en béton, qui est l'une des principales réalisations des architectes romains, se compose d'un temple en forme de dôme circulaire et d'un porche d'entrée rectangulaire. Lire la suite.

    AD 122–AD 128

    Le mur d'Hadrien est construit sur 50 kilomètres de la campagne britannique pour défendre la frontière nord de l'Empire romain. Lire la suite.

    C. 150-c. 250 après JC

    La peinture du Bon Pasteur sur les murs de la catacombe de Priscille à Rome illustre la préférence pour les scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament comme décoration des lieux de sépulture et de culte des premiers chrétiens. Lire la suite.

    AD 161–AD 180

    La statue en bronze de Marc Aurèle représentant l'empereur à califourchon sur son cheval de guerre illustre l'évolution des styles de sculpture romaine qui exagèrent les expressions faciales du sujet et utilise une sculpture plus profonde pour créer des effets d'ombre et de lumière. Lire la suite.

    C. 300 après JC

    La sculpture en relief des Tétrarques, située dans l'angle de la façade de la cathédrale Saint-Marc de Venise, est une étude d'art politique. En écho à la prérogative royale de porter des draps violets, le matériau utilisé est le porphyre, une pierre violette importée d'Egypte. L'unité politique des quatre souverains de l'Empire romain s'exprime par les mains qui se serrent les unes les autres, tandis que leurs autres mains tiennent leurs épées, représentant leur bravoure et leur puissance militaire. Lire la suite.

    AD 313–AD 330

    Une basilique est construite sur le tombeau de l'apôtre Pierre à Rome pour honorer le saint chrétien. Au cours des siècles, Saint-Pierre s'est considérablement élargi au-delà de ses origines en tant que lieu de prière et d'enterrement communs. Lire la suite.

    C. AD 400-c. 550 après JC

    Profitant des stocks de défenses d'éléphant et d'artisans qualifiés, des icônes paléochrétiennes représentant des saints et des scènes narratives sacrées sont sculptées sur des plaques d'ivoire. Lire la suite.

    C. AD 425-c. 450 après JC

    Le Virgile du Vatican est l'une des premières Bibles latines connues. Réalisées à Rome, les illustrations suivent un style illusionniste et ressemblent aux mosaïques chrétiennes romaines de l'époque. Lire la suite.

    C. 450-c. 500 après JC

    L'une des premières basiliques chrétiennes de France est reconstruite sur le lieu de sépulture et de pèlerinage de Saint-Martin à Tours, remplaçant l'église d'origine construite juste après la mort de Saint-Martin en 397 après JC. En savoir plus.

    C. AD 450-c. AD 750

    La verrerie, établie en France sous les Romains, continue de prospérer sous les Mérovingiens, avec de nouvelles formes émergentes comme le « bécher à griffes » décoré de gouttes de verre en fusion. Le verre mérovingien est largement exporté et jusqu'au 7ème siècle après JC, ces vases très prisés sont souvent inclus dans les sépultures. Lire la suite.

    C. AD 546-c. 547 après JC

    L'empereur Justinien et sa suite sont représentés en pleine majesté dans la mosaïque opulente sur les murs de S Vitale à Ravenne. Le règne de Justinien, marqué par un mécénat enthousiaste, est considéré comme le premier âge d'or de l'art byzantin. Lire la suite.

    C. 625 après JC

    Un homme de haut rang est enseveli dans un navire funéraire avec une abondante provision de bijoux, de récipients en métal et d'armures. Lorsque cette tombe à Sutton Hoo en Angleterre est découverte en 1939, elle constitue l'un des ensembles les plus importants des premiers objets d'art et de commerce anglo-saxons. Lire la suite.

    C. J.-C. 698

    Les évangiles latins de Lindisfarne sont écrits et illustrés dans un monastère sur une île de Northumbria, en Angleterre. Les illustrations combinent des motifs géométriques saisissants avec des images figuratives inspirées de prototypes méditerranéens. Lire la suite.

    C. AD 750-c. 800 après JC

    Le Livre de Kells est l'une des versions les plus richement illustrées des évangiles latins produites dans les îles britanniques et combine l'iconographie chrétienne originaire de la région méditerranéenne avec un penchant local pour la décoration et la couleur exubérantes et denses. Lire la suite.

    AD 769-AD 787

    Charlemagne construit un grand complexe de palais à Aix-la-Chapelle qui révèle la forte influence de l'architecture romaine, reflet de l'aspiration politique de Charlemagne à être considéré comme un empereur romain. Lire la suite.

    C. 800 après JC

    Des pierres monumentales sont incisées avec des scènes de navires et de batailles à Gotland en Scandinavie. Liées aux pratiques funéraires vikings, on pense que ces scènes représentent le voyage vers l'au-delà à Valhalla. Lire la suite.

    C. 880 après JC

    Les évangiles carolingiens de Lindau sont produits en Suisse et recouverts d'une plaque en or richement décorée incrustée représentant la crucifixion et incrustée de pierres précieuses. Lire la suite.

    C. 1000

    Les évangiles d'Otton III sont produits sur l'île de Reichenau, en Allemagne. Parmi les illustrations accomplies du texte du Nouveau Testament figure un portrait présumé de l'empereur. Le couvercle est orné d'une plaque byzantine en ivoire. Lire la suite.

    La cathédrale Sainte-Sophie de Kiev est fondée. Inspiré de Sainte-Sophie à Constantinople, le design de Sainte-Sophie diverge par l'ajout de 13 dômes symbolisant le Christ et ses 12 apôtres, une pratique probablement inspirée de l'architecture en bois russe locale. Lire la suite.

    C. 1063

    Le doge Domenico Contarini ordonne la reconstruction de la basilique de S. Marco pour refléter la nouvelle richesse et la nouvelle puissance de Venise. L'architecture de ce bâtiment et son programme de mosaïque élaboré mélangent des éléments byzantins, romans et gothiques. Lire la suite.

    1066–1097

    La Tapisserie de Bayeux est brodée, probablement en Angleterre, d'une illustration de la bataille d'Hastings. Non seulement ce textile est une œuvre d'art importante au début, mais c'est aussi un document historique précieux, car les événements militaires sont décrits avec beaucoup de détails. Lire la suite.

    C. 1080–1100

    L'impressionnant portrait en mosaïque du Christ Pantokrator dans le dôme central du catholikon de Dafni, en Grèce, présente un juge sévère et puissant, ainsi qu'un sauveur, rendus en pierres sombres sur un fond doré scintillant. Lire la suite.

    L'immense troisième église construite à Cluny, église mère du puissant ordre monastique bénédictin, établit une nouvelle norme de taille dans l'architecture romane primitive. Lire la suite.

    C. 1125

    Les porches d'église, comme celui de St Pierre à Moissac, décorés de scènes figuratives complexes sont l'une des principales innovations de l'art roman et représentent les premiers exemples de grande sculpture architecturale en Europe depuis l'Antiquité. Lire la suite.

    C. 1131

    Peinte par un artiste byzantin et emmenée à Kiev, la Vierge Eleousa, également appelée la "Vierge de Vladimir", est l'une des premières peintures d'icônes en Russie, établissant une tradition qui se poursuit bien au-delà de la chute de l'empire byzantin en 1453. Cette la peinture est emmenée à Moscou en 1395 pour protéger la ville de l'invasion des Mongols. Lire la suite.

    C. 1150

    Le roi Suryavarman II construit le magnifique temple-montagne d'Angkor Vat, dédié au dieu hindou Vishnu et exprimant sa propre position de dieu-roi. Lire la suite.

    Début de la reconstruction de l'église abbatiale Saint-Denis, près de Paris, par l'abbé Suger, la transformant en le premier exemple complet de l'architecture gothique. Ce sanctuaire, qui est la sépulture du premier évêque de Paris, devient le principal monastère, trésor et sépulture de la royauté française. Lire la suite.

    Début de la construction de la célèbre cathédrale Notre-Dame de Paris. Finalement, cette structure en flèche en vient à incarner l'architecture gothique, revendique la première utilisation de la technique architecturale des arcs-boutants et pendant longtemps, c'est le plus haut bâtiment du monde occidental. Lire la suite.

    Un clocher de huit étages est construit à côté de la cathédrale de Pise. Parce qu'elle se trouve sur un terrain marécageux, la tour commence à s'incliner pendant la construction, ce que l'architecte tente en vain de rectifier. Lire la suite.

    Après un incendie en 1194, la cathédrale de Chartres est reconstruite. Le programme élaboré de vitraux aux couleurs vives comprend des scènes religieuses et historiques, ainsi que des images de personnes ordinaires au travail. Lire la suite.

    C. 1198

    Le maître orfèvre Nicolas de Verdun crée le sanctuaire des Trois Rois, apportant un regain d'intérêt pour le classicisme à une structure faite de bronze doré, d'argent, de pierres précieuses et d'émail. Lire la suite.

    L'extérieur de la cathédrale Notre-Dame de Reims est orné de nombreuses sculptures, dont beaucoup représentent la Vierge Marie, témoignant de l'attention accrue portée à la mère de Jésus. Les sculptures révèlent un sens accru du mouvement et de l'interaction qui prédit le plus grand réalisme de l'art gothique ultérieur. Lire la suite.

    1260–1280

    Le peintre et mosaïste italien Cimabue peint Virgin and Child Inthroned dans lequel il combine des aspects des traditions de la peinture byzantine avec un intérêt pour le volume et les émotions humaines qui influenceront les artistes ultérieurs. Lire la suite.

    La cathédrale de S Maria del Fiore à Florence, avec son dôme en flèche et ses formes et techniques de construction classiques, est l'un des premiers précurseurs du style Renaissance en Italie. Lire la suite.

    1300–1400

    Dans les fresques qu'il peint pour la chapelle des arènes de Padoue, le peintre florentin Giotto développe un nouveau naturalisme et met l'accent sur l'émotion qui exerce une influence forte et durable. Lire la suite.

    1325–1328

    Le livre de prières richement illustré connu sous le nom des Heures de Jeanne d'Evreux, est fait à l'usage de la reine de France lors de ses dévotions privées quotidiennes. Lire la suite.

    Les frères Limbourg commencent le livre d'heures très coloré et très détaillé pour l'illustre mécène Jean, duc de Berry. Laissée inachevée lors de la mort du duc et des artistes, elle est complétée par des maîtres ultérieurs. Lire la suite.

    1411–1427

    Andrey Rublyov, l'un des peintres religieux les plus talentueux et les plus influents de Russie, représente trois archanges avec Abraham dans sa Trinité de l'Ancien Testament. Lire la suite.

    C. 1427

    Masaccio produit certaines des premières peintures de la Renaissance italienne, telles que les fresques peintes pour la chapelle Brancacci à Florence. Ses peintures incorporent des proportions classiques et expriment des émotions complexes. Lire la suite.

    Jan van Eyck peint les portraits en pied de Giovanni Arnolfini et Giovanna Cenami, deux de ses riches mécènes. Un exemple du travail de maturité de van Eyck, la peinture est très polie, pleine de symbolisme et traite la lumière et l'ombre d'une manière sophistiquée et cohérente. Lire la suite.

    Filippo Brunelleschi complète le dôme nervuré de la cathédrale de Florence et crée une structure d'une taille et d'un design sans précédent. Lire la suite.

    Angelo Borovier reprend l'entreprise verrière familiale à Murano en Italie et invente plusieurs nouveaux types de verrerie, dont le cristallo, le lattimo et la calcédoine. Lire la suite.

    Lorenzo Ghiberti, un artiste polyvalent de la Renaissance et le plus grand fondeur de bronze de son époque, achève son chef-d'œuvre les portes du paradis, les portes est du baptistère de Florence. Dans ces panneaux, Ghiberti développe non seulement une nouvelle forme de récit pictural en bas relief, mais fusionne également idéalisme et réalisme. Lire la suite.

    Johann Gutenberg produit la première Bible imprimée à l'aide de caractères métalliques mobiles. Lire la suite.

    C. 1459

    S'appuyant sur une vie passée à étudier les statues romaines et à observer la forme humaine, Donatello jette sa statue innovante d'un David nu pour son mécène Cosme de Médicis. Lire la suite.

    Lorenzo 'le Magnifique' de Médicis prend le pouvoir à Florence et rassemble à sa cour les meilleurs philosophes, poètes et artistes de l'époque, dont Botticelli et Michel-Ange. Lire la suite.

    1470–1480

    Martin Schongauer crée la Tentation de saint Antoine et contribue de manière significative au développement de l'art de la gravure et de son potentiel expressif en tant que médium artistique. Lire la suite.

    C. 1478

    Sandro Botticelli peint Primavera, qui tire son imagerie de la poésie amoureuse vernaculaire contemporaine et est une manifestation de l'apprentissage et de la culture adoptés à la cour de Laurent le Magnifique à Florence. Lire la suite.

    1484–1489

    L'actuelle cathédrale de l'Annonciation est construite à Moscou et sert les princes et plus tard les tsars de Russie. Tout en incorporant un certain nombre de caractéristiques innovantes, la cathédrale, avec ses dômes en brique et sa disposition en forme de croix, est typique des autres églises construites dans la région au cours de la période. Lire la suite.

    C. 1498-1550

    De grandes tapisseries richement tissées, telles que la série Lady and the Unicorn, sont fabriquées et utilisées en grand nombre à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance pour décorer et isoler les châteaux et les églises. Lire la suite.

    Albrecht Dürer, l'un des artistes les plus accomplis, polyvalents et influents d'Allemagne, peint son dernier et le plus saisissant autoportrait dans lequel il présente une version idéalisée de lui-même et promeut la reconnaissance des artistes en tant que créateurs plutôt qu'artisans. Lire la suite.

    C. 1500

    Andrea Mantegna peint Dead Christ, une œuvre révolutionnaire dans son utilisation d'un raccourci dramatique et d'une émotion écrasante. Lire la suite.

    1500–1507

    Léonard de Vinci peint la Joconde, peut-être le tableau le plus connu au monde. Léonard de Vinci combine des techniques de peinture expressives avec une observation attentive et une attention particulière à la forme et à la psyché humaines pour créer l'un des portraits les plus évocateurs de la Renaissance. Lire la suite.

    C. 1504

    Le peintre néerlandais Hieronymus Bosch peint le Jardin des délices terrestres, qui utilise des images fantastiques et dérangeantes pour mettre en garde contre les maux de l'erreur humaine. Lire la suite.

    1510–1512

    Raphaël, l'un des plus grands peintres de la Renaissance italienne, exécute pour les quartiers privés du Vatican l'École d'Athènes, une fresque intellectuellement complexe représentant une assemblée de sages antiques. Lire la suite.

    C. 1512-1515

    Matthias Grünewald peint des panneaux pour un retable sculpté dans la chapelle des Antonins à Issenheim, créant l'une des peintures les plus importantes de la Renaissance allemande. L'image sombre et tordue du Christ est l'une des scènes de crucifixion les plus horribles. Lire la suite.

    Hans Holbein le Jeune, le peintre le plus important de la cour d'Angleterre, peint plusieurs portraits de la famille royale Tudor, dont des peintures somptueuses et royales d'Henri VIII. Lire la suite.

    1536–1541

    Michel-Ange crée une représentation saisissante et puissante de la forme humaine lorsqu'il peint le Jugement dernier sur le mur de la chapelle Sixtine au Vatican. Lire la suite.

    Titien, l'un des artistes les plus polyvalents de son temps, peint la Vénus d'Urbino pour les salons privés de son patron le duc d'Urbino. Alors que le sujet de Vénus est tiré de la mythologie classique et que son apparence impeccable est idéalisée, son attitude, ses vêtements et son environnement confèrent au portrait une qualité humaine érotique et mondaine. Lire la suite.

    1540–1560

    Agnolo Bronzino exécute des portraits techniquement superlatifs, hautement rationnels et raffinés pour ses mécènes, dont le plus important est Cosimo I de' Medici. Lire la suite.

    1555–1561

    Le tsar Ivan IV (le Terrible) rend grâce pour ses victoires militaires en construisant la cathédrale Saint-Basile. Dédiée aux huit saints qu'il croyait l'assister, l'église se compose de huit chapelles en pierre autour d'une tour centrale unificatrice. Lire la suite.

    C. 1568

    Peter Bruegel l'ancien peint les Noces paysannes, dans lesquelles il décrit avec une grande attention aux détails et à la fidélité un festin de noces tumultueux. Bruegel est parmi les premiers à privilégier la vie quotidienne et les paysages saisonniers aux thèmes religieux. Lire la suite.

    Le style de peinture distinctif d'El Greco reflète les diverses traditions qui l'ont influencé, notamment la qualité mystique des peintures religieuses byzantines, la couleur audacieuse de l'art vénitien et les compositions dynamiques du maniérisme romain. Son chef-d'œuvre, l'Enterrement du comte d'Orgaz, combine ces attributs dans une scène complexe et visionnaire. Lire la suite.

    Le Caravage peint le martyre de saint Matthieu et développe un style audacieux pour les peintures religieuses qui crée des décors en trois dimensions pour des scènes dramatiques qui mettent l'accent sur l'humanité des saints et des martyrs. Lire la suite.

    C. 1613

    Artemisia Gentileschi, l'une des premières artistes féminines à obtenir reconnaissance et influence, peint son image la plus connue et la plus violente, Judith décapitant Holopherne. Elle est particulièrement connue pour ses peintures d'histoire dramatique. Lire la suite.

    1622–1624

    Le sculpteur le plus célèbre du XVIIe siècle, Gianlorenzo Bernini sculpte son Apollon et Daphné, dans lequel il donne vie au moment où Daphné se transforme en laurier pour échapper aux affections du dieu poursuivant. Lire la suite.

    C. 1638

    Le peintre flamand Peter Paul Rubens peint Le Jardin de l'amour, l'une de ses images tardives et entièrement réalisées d'un thème tiré de la littérature classique dans un tableau extérieur complexe. Lire la suite.

    Rembrandt produit l'une de ses peintures les plus célèbres, la « Veille de nuit », dans laquelle il réussit à rendre un portrait commandé de miliciens locaux comme un drame historique saisissant. Lire la suite.

    Travaillant pour la cour espagnole, Diego Velázquez peint son chef-d'œuvre Las Meninas, dans lequel il dépeint les membres de la famille royale, leurs serviteurs et lui-même avec son sens aigu de l'observation caractéristique. Lire la suite.

    Johannes Vermeer peint Girl with a Pearl Earring et imprègne le portrait de délicatesse et d'immobilité, tout en accentuant l'effet de la lumière. Lire la suite.

    Louis XIV ordonne la construction d'un nouveau palais à Versailles, en dehors de Paris. Les bâtiments massifs et richement décorés, les myriades de sculptures et les jardins somptueux soulignent tous la grandeur du Roi Soleil. Lire la suite.

    L'influent Salon est établi à Paris au Palais du Louvre et expose des peintures et des sculptures choisies par les membres de l'Académie Royale. Lire la suite.

    La Royal Academy of Arts ouvre ses portes en Angleterre et devient l'une des écoles d'art professionnelles et des galeries exposantes les plus importantes d'Europe, présentant de nouveaux artistes à des mécènes potentiels et établissant des normes officielles. Lire la suite.

    1768–1772

    Jean-Honoré Fragonard crée une série de peintures de figures techniquement accomplies connues collectivement sous le nom de figures de fantaisie, dans lesquelles il met en scène des modèles, dont beaucoup étaient des personnalités célèbres, dans des décors aux ambiances distinctives mais variées. Lire la suite.

    Le peintre le plus important de la France du XVIIIe siècle, Jacques-Louis David, dramatise l'assassinat du leader révolutionnaire Jean-Paul Marat dans son bain avec un portrait austère et froid. Lire la suite.

    Le poète, peintre et graveur anglais William Blake produit The Ancient of Days comme frontispice de son poème épique illustré Europe: A Prophecy. Blake combine ses écrits et ses images, qu'il appelle « l'impression enluminée », dans des compositions philosophiques et prophétiques. Lire la suite.

    Francisco de Goya immortalise la résistance espagnole à l'occupation française avec le 3 mai 1808, dans lequel il attire l'attention du spectateur sur l'héroïsme et l'agonie de ceux qui sont sur le point d'être exécutés en les inondant d'une lumière blanche et brillante. Lire la suite.

    Grande Odalisque révèle la capacité exceptionnelle de Jean-Auguste-Dominique Ingres à rendre les détails et les textures des vêtements et accessoires qui entourent ses modèles. Lire la suite.

    Théodore Gericault dépeint les événements horribles d'un naufrage dans le Radeau de la Méduse, une première composition romantique qui représente sans broncher la souffrance humaine et la lutte de l'homme contre les forces de la nature. Lire la suite.

    Représentant un événement historique réel de manière allégorique, Eugène Delacroix célèbre l'héroïsme d'un groupe de combattants de la liberté lors de la Révolution de Juillet, une bataille de trois jours appelant à une république. Ironiquement, Liberty Leading the People est plus tard acheté par l'aristocrate qui est choisi pour diriger la monarchie constitutionnelle. Lire la suite.

    Honoré Daumier proteste contre la brutalité du gouvernement français avec sa lithographie Rue Transnonain. Tout au long de sa carrière, il peint et dessine des caricatures satiriques et des représentations froidement observatrices des pauvres. Lire la suite.

    L'artiste Louis Daguerre produit l'un des premiers procédés photographiques réalisables, qu'il appelle le daguerréotype. Lire la suite.

    J. M. W. Turner achève son dernier chef-d'œuvre, Fighting Temeraire Tugged to her Last Berth to Be Broken up, qui révèle pleinement ses techniques de peinture expérimentale et sa conviction que les paysages et les marines peuvent véhiculer un large éventail d'idées et d'émotions. Lire la suite.

    1849–1850

    Exprimant ses propres opinions politiques, Gustave Courbet peint une large composition de paysans et de roturiers présentée franchement et directement dans Un enterrement à Ornans. C'est l'une des compositions qui conduit au développement du réalisme dans la peinture française. Lire la suite.

    Lorsque The Gleaners est exposé au Salon de Paris, Jean-François Millet est loué par certains pour la beauté et la simplicité des travailleuses rurales, tandis que d'autres condamnent Millet pour son image crue de la pauvreté et son défi politique implicite. Lire la suite.

    Edouard Manet choque le public parisien avec Déjeuner sur l'herbe, qui place des femmes nues dans un cadre franc et provocateur avec des hommes vêtus de loisirs. Ce tableau et d'autres condamnés par le Salon officiel sont exposés dans le Salon des Refusés nouvellement créé. Lire la suite.

    Incorporant ses idées sur la nature, le pinceau expressionniste et l'effet de fréquents voyages à travers l'Europe, Camille Corot peint Souvenir de Mortefontaine. Lire la suite.

    Après le rétablissement du commerce en 1854, les marchandises japonaises commencent à entrer en Europe. L'Exposition universelle de Paris présente la première exposition formelle d'art et d'artisanat japonais en Occident et inspire de nombreux peintres européens à développer de nouvelles techniques et effets de peinture dans un mouvement connu sous le nom de japonisme. Lire la suite.

    1870–1873

    Il'ya Repin, l'un des plus grands peintres réalistes russes, crée sa grande œuvre, les Bateliers de la Volga. Tout en révélant les conditions inhumaines dans lesquelles travaillent les hommes, il célèbre leur persévérance et inaugure un nouveau mouvement russe de la peinture de genre. Lire la suite.

    Auguste Rodin jette Le Penseur dans le cadre d'une commande pour un musée qui n'a jamais été construit. Destinée à représenter le grand auteur Dante, la statue fait partie de la composition plus large des portes de l'enfer. Lire la suite.

    James McNeill Whistler peint son célèbre Nocturne expressif en noir et or : la fusée qui tombe, ce qui incite le critique John Ruskin à décrire Whistler comme « jetant un pot de peinture à la face du public ». Whistler poursuit avec succès Ruskin pour être au bord de la faillite lorsqu'il reçoit un farthing de dommages et intérêts et fait face à d'énormes frais juridiques. Lire la suite.

    1875–1883

    Edward Burne-Jones, l'un des artistes préraphaélites de la deuxième génération, peint des œuvres telles que la Roue de la Fortune, inspirées de contes et de mythes anciens mais avec une apparence moderne et très soignée. Lire la suite.

    La modernité, la gaieté et la lumière qui imprègnent Le Moulin de la Galette d'Auguste Renoir sont autant de traits caractéristiques de l'impressionnisme. Lire la suite.

    C. 1876

    Bien qu'il n'aimait pas le terme, Edgar Degas est considéré comme l'un des fondateurs de l'impressionnisme. Il est particulièrement associé à la représentation des ballerines à l'huile, au pastel, au bronze et à l'argile. Lire la suite.

    John Singer Sargent, le peintre le plus en vogue aux États-Unis et en Angleterre à la fin du XIXe siècle, dresse un portrait scandaleux, connu sous le nom de Madame X, d'une célèbre beauté parisienne. Lire la suite.

    Georges Seurat invente la technique dite du pointillisme utilisée dans des tableaux comme La Grande Jette. Sa juxtaposition de minuscules points que l'œil mélange à distance fait appel aux théories modernes sur la couleur. Lire la suite.

    Vincent van Gogh peint l'une de ses œuvres les plus connues et les plus expressives, Starry Night. Lire la suite.

    Les ingénieurs Gustave Eiffel et Maurice Koechlin construisent une tour de fer de 300 mètres de haut, aujourd'hui connue sous le nom de Tour Eiffel, pour l'Exposition Universelle de Paris. Lire la suite.

    Henri de Toulouse-Lautrec réalise sa première affiche d'une boîte de nuit parisienne, Moulin Rouge, La Goulue. Cette image devient immédiatement populaire dans tout Paris et le succès de Toulouse-Lautrec contribue à augmenter la valeur des affiches. Lire la suite.

    Le peintre norvégien Edvard Munch peint Le Cri, l'une de ses études très émouvantes sur la peur, les relations et la mort. Lire la suite.

    C. 1893

    Paul Cézanne, qui n'a pas beaucoup de succès de son vivant, cherche à donner de la solidité à ses images en mettant l'accent sur leurs formes géométriques, trait particulièrement visible dans ses natures mortes. Son défi à l'approche des impressionnistes inaugure le mouvement post-impressionniste. Lire la suite.

    Paul Gauguin résume son parcours en explorant les trois âges de la vie humaine dans D'où venons-nous ? Qui sommes nous? Où allons-nous? Son sujet sur les femmes autochtones et leur environnement est basé sur ses années de vie en Polynésie. Lire la suite.

    Henri Matisse, le principal protagoniste du fauvisme, peint Table à dîner (Harmonie en rouge). Lire la suite.

    Ludwig Mies van der Rohe, l'architecte allemand, construit le pavillon allemand pour l'Exposition Internacional de Barcelone, créant l'un des bâtiments les plus importants du mouvement moderne. Lire la suite.

    L'artiste catalan espagnol Salvador Dalí peint une peinture surréaliste historique, La persistance de la mémoire. Lire la suite.

    Meret Oppenheim crée l'œuvre surréaliste par excellence avec Object, une tasse de thé recouverte de fourrure qui transmet l'effet évocateur mais inquiétant du surréalisme. Lire la suite.

    Imprimé à partir d'Oxford Art Online. Selon les termes du contrat de licence, un utilisateur individuel peut imprimer un seul article pour un usage personnel (pour plus de détails, voir la politique de confidentialité et les mentions légales).


    Cher Kitty. Certains blog

    Cette vidéo dit d'elle-même :

    14 janvier 2008

    Un court métrage sur les mosaïques romaines. Le film montre une série de mosaïques romaines et des informations sur leur construction.

    Mosaïque romaine antique trouvée en Toscane

    6 oct. 2015 14 h 30 HE // par Rossella Lorenzi

    Des archéologues italiens creusant dans un petit village toscan ont mis au jour une partie de ce qu'ils croient être une grande et impressionnante mosaïque romaine antique.

    Posée dans une propriété privée à côté d'une route locale dans le village de Capraia e Limite, la mosaïque présente deux motifs différents. L'un, datant de la seconde moitié du IVe siècle après JC, présente des motifs géométriques encadrés de motifs floraux, l'autre, datant du Ve siècle après JC, arbore des octogones décorés d'animaux, de fleurs et d'un buste humain.

    La grande mosaïque ornait le sol d'une luxueuse villa romaine qui se dressa dans la campagne toscane pendant quatre siècles, du 1er au début du 6ème siècle après JC.

    « La preuve de cette villa a été trouvée pour la première fois en 1983, lorsque des ouvriers creusant pour construire un verger ont déterré des fragments de mosaïque en noir et blanc et, plus intéressant encore, une inscription mentionnant l'un des propriétaires du complexe, Lorella Alderighi du site archéologique. Surintendance de Toscane, a déclaré Discovery News.

    La dalle de pierre inscrite faisait référence à Vettius Agorius Praetextatus, l'un des plus célèbres sénateurs païens de la fin du IVe siècle après JC. Issu d'une famille ancienne et noble, il mourut en 384 alors qu'il était préfet du prétoire à la cour de l'empereur Valentinien II.

    Il est bien connu que Vettius Agorius Praetextatus possédait des villas en Toscane et les aimait beaucoup.

    « L'homme d'État et orateur romain Quintus Aurelius Symmachus s'est même plaint dans ses lettres que Vettius jouissait de trop d'opium dans ses domaines d'Étrurie, au lieu de s'occuper de politique à Rome », Federico Cantini, l'archéologue de l'Université de Pise qui a dirigé la fouille, a déclaré Discovery News.

    Construite au premier siècle, la villa de Capraia e Limite a connu son époque la plus glorieuse au IVe siècle après JC, lorsque Vettius Agorius Praetextatus l'a reconstruite selon des normes luxueuses. Au début du 6ème siècle après JC, il a été complètement abandonné et pillé.

    "Heureusement, ils n'ont pas pu enlever les mosaïques", a déclaré Alderighi.

    Des fouilles en 2013 ont mis au jour une superbe mosaïque ovale avec une scène de chasse au sanglier qui date de la seconde moitié du IVe siècle après JC.

    En raison de problèmes juridiques et de manque de financement, la mosaïque a été recouverte peu après sa découverte afin de la préserver. La découverte a suscité de nouvelles investigations archéologiques.

    "Nous avons supposé que le sol en mosaïque s'étendait plus loin, nous avons donc testé l'hypothèse avec une fouille d'enquête", a déclaré Cantini.

    L'excavation a prouvé que Cantini et son équipe avaient raison.

    Des parties de deux mosaïques au sol ont été mises au jour. Le plus ancien était composé de motifs géométriques encadrés de décorations rouges avec des feuilles d'acanthe et de vigne dans diverses nuances de gris, bleu et noir. L'autre présentait des scènes d'animaux, de fleurs, de motifs géométriques encadrés d'octogones. Au centre de l'un de ces octogones, le buste d'un homme avec une tunique et de grands yeux attire l'attention.

    "Nous pensons que ce n'est pas un portrait, mais juste une décoration", a déclaré Alderighi.

    Selon les archéologues, la partie investiguée de la villa avait une structure hexagonale avec des pièces s'ouvrant sur un hall central.

    “Nous estimons la taille de la mosaïque au sol à environ 300 mètres carrés (984 pieds carrés). Nous n'en avons déterré qu'un huitième », a déclaré Cantini.

    Malheureusement, la majeure partie de la mosaïque se trouve sous un hangar industriel. Bien que les archéologues pensent que l'œuvre d'art est encore intacte, il est peu probable qu'elle soit mise au jour dans un proche avenir.

    Les mosaïques nouvellement déterrées ont déjà été recouvertes pour la préservation, tout comme la mosaïque avec la scène de chasse.

    “Notre objectif est d'ouvrir ces belles œuvres d'art au public. Nous travaillons pour que cela se produise », a déclaré Alessandro Giunti, maire de Capraia e Limite.

    Il a ajouté que la première mosaïque à être restaurée et exposée sera celle montrant la scène de chasse au sanglier.


    HEXAPOLE

    Publié par : Sukanya Mukherjee 10 octobre 2015

    La région de la Toscane en Italie est connue depuis longtemps pour ses paysages verdoyants, sa haute culture et son patrimoine historique. Concernant la dernière partie, les archéologues ont déterré une partie d'une grande mosaïque romaine antique avec des détails incroyables, en creusant dans une zone proche d'une route locale (dans le petit village de Capraia e Limite). Datant probablement de la dernière partie du IVe siècle après JC, la mosaïque affiche ses motifs géométriques exquis combinés à des motifs « organiques ». Et à en juger par sa position, l'œuvre d'art expansive a été disposée le long du sol d'une villa romaine luxueuse qui a existé pendant environ 500 ans, du 1er siècle au début du 6ème siècle après JC.

    Fait intéressant, la preuve d'une grande villa existant dans la région a été retrouvée en 1983, lorsque des ouvriers, creusant le site pour créer un verger, ont accidentellement découvert des morceaux de mosaïque noire et blanche, avec le nom du propriétaire du domaine inscrit sur l'un des les fragments. Selon Lorella Alderighi, chercheuse à la Surintendance archéologique de Toscane, la villa appartenait à Vettius Agorius Praetextatus, un aristocrate païen bien connu qui fut préfet du prétoire sous l'empereur Vallentin II, jusqu'à sa mort en l'an 384. Provenant d'un famille riche et noble, Vettius possédait plusieurs magnifiques villas en Toscane et dans ses environs. Federico Cantini, chef de l'équipe de fouilles et archéologue à l'Université de Pise, a ajouté :

    L'homme d'État et orateur romain Quintus Aurelius Symmachus s'est même plaint dans ses lettres que Vettius jouissait de trop d'opium dans ses domaines d'Étrurie, au lieu de s'occuper de politique à Rome.

    Construite à l'origine au premier siècle, la villa Capraia e Limite a été rénovée et agrandie au IVe siècle après JC, sous les instructions du propriétaire de l'époque, Vettius Agorius Praetextatus. Au 6ème siècle après JC, le bâtiment était complètement déserté et même pillé. La découverte de l'ancien fragment de mosaïque, en 1983, a déclenché une nouvelle enquête archéologique. Malheureusement, le manque de financement adéquat et des problèmes juridiques ont empêché les chercheurs d'effectuer un examen approfondi du site. Par conséquent, ils ont dû remettre la mosaïque à son emplacement d'origine, afin de la préserver. Cantini a dit :

    Nous avons supposé que le sol en mosaïque s'étendait plus loin, nous avons donc testé l'hypothèse avec une fouille d'enquête.

    Les archéologues ont trouvé deux motifs de mosaïque différents : le premier, datant de la seconde moitié du IVe siècle après JC, contenait divers motifs géométriques enfermés dans des cadres ornés de feuilles de vigne et d'acanthe, en bleu, noir et gris. Le deuxième segment, probablement créé au 5ème siècle après JC, représentait des animaux, des fleurs et même le buste d'un homme portant un chiton. Cantini a dit :

    Nous estimons la taille de la mosaïque au sol à environ 300 mètres carrés (984 pieds carrés). Nous n'en avons déterré qu'un huitième.

    Une grande partie de la mosaïque se trouve actuellement sous un hangar industriel. Par conséquent, déterrer le tout pourrait s'avérer difficile. Parmi les sections qui ont déjà été découvertes, celle contenant la scène de chasse au sanglier sera la première à être exposée publiquement. Le maire de Capraia e Limite, Alessandro Giunti a déclaré :

    Notre objectif est d'ouvrir ces belles œuvres d'art au public. Nous travaillons pour que cela se produise.


    Voir la vidéo: Découvertes de mosaïques gallo-romaines (Août 2022).