Podcasts sur l'histoire

Achat de la Nouvelle-Orléans, de la Louisiane et de l'ouragan Katrina

Achat de la Nouvelle-Orléans, de la Louisiane et de l'ouragan Katrina



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Située dans un méandre du fleuve Mississippi à 100 milles de son embouchure, la Nouvelle-Orléans est la principale ville de la Louisiane et le port nord le plus achalandé du golfe du Mexique depuis le début des années 1700. Fondée par les Français, gouvernée pendant 40 ans par les Espagnols et achetée par les États-Unis lors de l'achat de la Louisiane en 1803, la Nouvelle-Orléans est connue pour sa culture créole distincte et son histoire vibrante. Des batailles importantes de la guerre de 1812 et de la guerre civile ont eu lieu sur la ville. Au cours de ses cent dernières années, les luttes clés de la Nouvelle-Orléans ont été sociales (pauvreté, conflits raciaux) et naturelles (ouragans, inondations et terres qui coulent lentement).

La France et la fondation de la Nouvelle-Orléans

Les premiers habitants connus de la région de la Nouvelle-Orléans étaient les Amérindiens des cultures Woodland et Mississippian. Les expéditions de De Soto (1542) et de La Salle (1682) ont traversé la région, mais il y avait peu de colons blancs permanents avant 1718, lorsque le gouverneur de la Louisiane française, Jean-Baptiste Le Moyne, sieur de Bienville, a fondé la ville de Nouvelle-Orléans sur le premier croissant des hauteurs au-dessus de l'embouchure du Mississippi. En 1722, il transféra la capitale de la Louisiane de Biloxi. La même année, un ouragan a détruit la majeure partie de la nouvelle ville, qui a été reconstruite selon le quadrillage du quartier français d'aujourd'hui.

La Nouvelle-Orléans sous la domination espagnole et l'achat de la Louisiane

En 1762 et 1763, la France a signé des traités cédant la Louisiane à l'Espagne. Pendant 40 ans, la Nouvelle-Orléans a été une ville espagnole, faisant beaucoup de commerce avec Cuba et le Mexique et adoptant les règles raciales espagnoles qui autorisaient une classe de personnes de couleur libres. La ville fut ravagée par des incendies en 1788 et 1794 et reconstruite en brique avec des bâtiments et une cathédrale qui subsistent encore aujourd'hui.

En 1803, la Louisiane revint aux Français, qui la vendirent aux États-Unis 20 jours plus tard lors de l'achat de la Louisiane. La bataille finale de la guerre de 1812 s'est déroulée pour la défense de la Nouvelle-Orléans ; Le colonel Andrew Jackson a dirigé une coalition de pirates, de Noirs libres et de volontaires du Tennessee pour vaincre une force britannique à l'extérieur de la ville.

La Nouvelle-Orléans dans les années 1800

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, la Nouvelle-Orléans est devenue la ville la plus riche et la troisième plus grande des États-Unis. Son port expédiait les produits d'une grande partie de l'intérieur du pays vers les Caraïbes, l'Amérique du Sud et l'Europe. Des milliers d'esclaves ont été vendus sur ses marchés, mais sa communauté noire libre a prospéré. Jusqu'en 1830, la majorité de ses habitants parlaient encore français.

Au début de la guerre de Sécession, la Nouvelle-Orléans était la plus grande ville de la Confédération, mais ce n'est qu'un an avant que les troupes de l'Union, ayant capturé ses défenses en aval, prennent la ville sans opposition. Au cours de l'ère de la Reconstruction, la course est devenue une force politique puissante, car des esclaves émancipés et des personnes de couleur libres ont été intégrés au processus politique et, avec la montée en puissance de la Ligue blanche et du Ku Klux Klan dans les années 1870, ont été contraints d'en sortir. Bien que l'essor des chemins de fer ait rendu la navigation sur le Mississippi moins essentielle qu'elle ne l'avait été, la Nouvelle-Orléans est restée un port puissant et influent.

La Nouvelle-Orléans au XXe siècle

En 1900, les tramways de la ville sont électrifiés et le jazz de la Nouvelle-Orléans est né dans ses clubs et ses salles de danse. La ville a grandi. Une nouvelle technologie de pompe a conduit à l'assèchement ambitieux des marécages de basse altitude situés entre le croissant riverain de la ville et le lac Pontchartrain. De nouvelles digues et canaux de drainage ont permis à de nombreux résidents de vivre en dessous du niveau de la mer. Les ouragans de 1909, 1915, 1947 et 1965 ont endommagé la ville, mais jamais de manière catastrophique.

Après la Seconde Guerre mondiale, la banlieue et les conflits liés à l'intégration scolaire ont attiré de nombreux résidents blancs hors de la ville, laissant un noyau de plus en plus afro-américain et appauvri. Malgré ces changements sociaux, la ville est devenue une attraction touristique, avec des centaines de milliers de visiteurs annuels attirés par ses festivités du Mardi Gras et par la culture qui avait inspiré le dramaturge Tennessee Williams, le trompettiste Louis Armstrong et le chef Jean Galatoire.

La Nouvelle-Orléans et l'ouragan Katrina















Le 29 août 2005, l'ouragan Katrina a frappé la Nouvelle-Orléans évacuée au hasard. Les vents de la tempête de catégorie 5 ont arraché les toits et provoqué une onde de tempête qui a franchi quatre digues, inondant 80 % de la ville. Des centaines de personnes ont été tuées dans les inondations et des milliers ont été piégées pendant des jours dans des circonstances difficiles avant que les sauveteurs de l'État et du gouvernement fédéral ne puissent les atteindre.

Les eaux se sont retirées, mais un an plus tard, seulement la moitié des habitants de la ville étaient revenus. En cinq ans, 80 % étaient de retour, mais la Nouvelle-Orléans, bien que plus diversifiée, unique et historique que jamais, était loin de récupérer son surnom des années 1930, « la ville qui se soucie de l'oubli ».


L'histoire de la Louisiane, racontée à travers l'art

L'artiste contemporaine Carrie Mae Weems présente une nouvelle exposition qui offre un regard critique sur le roux de l'histoire et de la culture de la Louisiane. Il est exposé au Musée de la diaspora africaine de San Francisco.

L'ouragan Katrina a peut-être détruit une grande partie de ce qu'était la Nouvelle-Orléans. Mais avant la destruction, Carrie Mae Weems a capturé l'histoire et la culture de la ville en photographies, narration et multimédia. Maintenant, une exposition de son travail a ouvert au Musée de la diaspora africaine à San Francisco.

Mme CARRIE MAE WEEMS (Artiste) : (Dans le clip vidéo) Je l'ai vu dans les mascarades magnifiquement montées de la métaphore…

Le travail de Carrie Mae Weems n'a rien de simple. Dans son exposition itinérante - le Louisiana Project au Musée de la diaspora africaine de San Francisco - Weems vous attire doucement avec des photographies en noir et blanc, un texte narratif et une vidéo captivante. Dans chacun, Weems déshabille les contradictions sociales pas si cachées de la race, de la classe et du sexe.

Dans la société complexe de la Louisiane…

Mme WEEMS : (Dans le clip vidéo) Je l'ai vu dans les fines veines bleues des sang-bleu limitant à jamais le jeu de hasard.

MULLANE : Commandée à l'origine par l'Université de Tulane pour commémorer le bicentenaire de l'achat de la Louisiane, l'exposition a la particularité de documenter un monde, une société qui n'existe plus.

Sandra Wilson est l'une des premières à monter les escaliers du musée et à entrer dans l'exposition du troisième étage lors de la soirée d'ouverture. Il y a deux ans, à l'approche de l'ouragan Katrina, elle et sa famille ont fui la Nouvelle-Orléans pour San Francisco. Elle dit que cette exposition dit la vérité sur sa culture et sa société, et cela peut être difficile à accepter.

Mme SANDRA WILSON (ancienne résidente de la Nouvelle-Orléans) : Vous savez quand on dit que le meunier a frappé ?

Mme WILSON : Eh bien, elle vous amène, et c'est très subtil. C'est une séduction, qui - c'est très séduisant.

MULLANE : Se déplaçant lentement dans la galerie sombre, Wilson dit qu'une partie de l'exposition est particulièrement provocante. C'est une vidéo, un théâtre d'ombres illustrant une relation de contrôle sexuellement puissante entre un homme blanc et une femme noire.

Mme WILSON : J'ai remarqué que lorsque les gens regardaient le film, lorsqu'elle arrivait à la partie la plus suggestive du film, ils s'éloignaient. Eh bien, cela fait partie de l'histoire, cela fait partie de l'histoire. C'est pourquoi ceux d'entre nous en Louisiane qui sont des peuples de couleur sont colorés comme nous le sommes, et pourquoi nos familles ont l'air de ce qu'elles sont. Et vous ne pouvez pas vous en éloigner.

MULLANE : Carrie Mae Weems dit que l'exposition juxtapose les structures culturelles et sociales de la Nouvelle-Orléans - l'historique et le contemporain, le nombre croissant de pauvres, le système de plantation et ceux qui l'ont travaillé. Selon Weems, l'une des réalités parallèles les plus choquantes de la société de la Nouvelle-Orléans était le plusage (ph).

Mme WEEMS : Les mères présentaient leurs filles à des hommes blancs qui pourraient peut-être s'occuper d'elles. Pas les épouser, mais ils auraient une sorte de, vous savez, comme une longueur d'avance sur tout le monde.

MULLANE : Weems est fasciné par la culture du bal de la Nouvelle-Orléans du début du XIXe siècle, où les hommes blancs étaient jumelés à des femmes noires émancipées. Dans des photographies en noir et blanc qui apparaissent dans une zone de la galerie, Weems s'habille en homme vêtu d'un cotillon - portant des masques d'animaux, prêt pour la mascarade.

Professeur LOUIS CHUDE-SOKEI (Littérature, Université de Californie Santa Cruz) : Son travail réussit à bien des niveaux, mais l'une des façons dont il réussit est qu'il vous y entraîne.

MULLANE : Louis Chude-Sokei est professeur de littérature à l'Université de Californie à Santa Cruz. Il dit que ce que Carrie Mae Weems fait dans cette exposition est de célébrer une gloire fanée et de nous tendre un miroir.

Prof. CHUDE-SOKEI : Ce qu'elle fait, c'est superposer, superposer et superposer des choses de sorte que toutes ces catégories - Noir/Blanc, homme/femme, haut/bas, fort/faible - car il y a des moments intéressants où le pouvoir est inversé. Elle pose des questions qui sont plus larges que simplement raciales.

(extrait sonore du jeu de piano)

MULLANE : De retour dans la galerie, la survivante de Katrina, Sandra Wilson, dit qu'elle a du mal à regarder une photo en particulier. Dans le grand tirage encadré en noir et blanc, une femme se tient debout et regarde par la fenêtre. Wilson dit que cela ressemble à son ancienne maison, mais c'est parti pour toujours.

Mme WILSON : Et c'est ironique que cela, elle montait cette exposition, et simultanément la ville et cette culture ont été détruites. Et juste, c'est parti. C'est l'enregistrement des choses telles qu'elles étaient, mais ce n'est pas l'avenir. C'est ce qui était.

MULLANE : Carrie Mae Weems dit qu'elle n'a pas l'intention de modifier l'exposition pour incorporer les effets de l'ouragan Katrina, mais elle se rendra bientôt en Louisiane. Le projet Louisiana de Carrie Mae Weems sera exposé au Musée de la diaspora africaine jusqu'au début octobre.

Pour NPR News, je suis Nancy Mullane à San Francisco.

GORDON : C'est notre programme pour aujourd'hui. Merci de vous joindre a nous. Pour écouter l'émission, visitez npr.org. NEWS AND NOTES a été créé par NPR News et le Consortium des radios publiques afro-américaines.

GORDON : Je suis Ed Gordon. C'est NOUVELLES ET NOTES.

Copyright & copie 2006 NPR. Tous les droits sont réservés. Consultez les conditions d'utilisation et les pages d'autorisations de notre site Web à l'adresse www.npr.org pour plus d'informations.

Les transcriptions NPR sont créées dans les délais impartis par Verb8tm, Inc., un entrepreneur NPR, et produites à l'aide d'un processus de transcription exclusif développé avec NPR. Ce texte peut ne pas être dans sa forme définitive et peut être mis à jour ou révisé à l'avenir. La précision et la disponibilité peuvent varier. L'enregistrement faisant autorité de la programmation de NPR&rsquos est l'enregistrement audio.


Prise de contrôle espagnole – 1763

En 1763, la France, l'Espagne et la Grande-Bretagne ont signé le traité de Paris, une règle de 37 ans. Il a mis fin à la guerre française et indienne et a fait de la Nouvelle-Orléans un avant-poste sous domination espagnole et un partenaire commercial pour Cuba, Haïti et le Mexique. Cette période reflétait également les vues de l'Espagne sur la race, qui favorisaient une classe de personnes de couleur libres. Cependant, la France a finalement repris le contrôle de la colonie avant qu'elle ne soit vendue aux États-Unis dans le cadre de l'achat de la Louisiane qui a modifié le cours.


La Nouvelle-Orléans - Histoire, achat de la Louisiane et ouragan Katrina - HISTOIRE

En ce qui concerne les ouragans, aucune ville n'est dans une situation aussi vulnérable que la ville de la Nouvelle-Orléans. La carte ci-dessous le démontre :

Ouragans de catégorie 3-5 à moins de 100 milles de la Nouvelle-Orléans (1852-2005)

De toute évidence, la tempête de catégorie 3+ la plus récente à avoir touché la Nouvelle-Orléans a été l'ouragan Katrina en 2005, la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire des États-Unis. D'autres tempêtes bien connues ont été l'ouragan Betsy (1965) et l'ouragan de la Nouvelle-Orléans de 1915. Une tempête dont on ne savait pas grand-chose était le grand ouragan de Louisiane de 1812. Cependant, le Dr Cary Mock, géographe à l'Université de Caroline du Sud , a pu utiliser les archives maritimes pour reconstituer l'ouragan, déterminant son intensité, ainsi que sa trajectoire.

Pour des raisons évidentes, le suivi des ouragans était beaucoup plus difficile dans les années 1800 qu'au cours des 50 dernières années. Même en tenant compte de cela, deux facteurs supplémentaires ont conduit à l'oubli de cette tempête, tous deux liés au moment de l'événement. Tout d'abord, il ne s'agissait que de quelques années de l'achat de la Louisiane. Le territoire de la Louisiane était encore assez isolé, notamment de la presse. En plus de cela, la tempête a également touché terre pendant la guerre de 1812. Le peu d'informations disponibles a été rapidement oublié.

Comment le Dr Mock a-t-il pu recréer la tempête ? Il a récupéré des informations de deux sources : des comptes rendus de journaux locaux et, plus important encore, des archives maritimes. Les comptes rendus des journaux ont couvert la tempête une fois qu'elle avait touché terre, tandis que les archives maritimes ont permis au Dr Mock de tracer l'emplacement et la force de la tempête depuis le 13 août, alors qu'il s'agissait d'une onde tropicale toujours au sud de Puerto. Rico, jusqu'à l'atterrissage le 19 août. Les informations ont été extraites des journaux de bord des navires, qui fournissaient des rapports heure par heure de la vitesse, de la direction et de la pression barométrique du vent, ainsi que des protestations des navires - en particulier de la goélette Rebecca - pour créer le chemin dans le golfe du Mexique.

Le grand ouragan de la Louisiane de 1812

Alors, quel a été l'impact de la tempête? Selon le Dr Mock, « l'ouragan de 1812 était le plus proche de la ville, passant juste à l'ouest. Il n'était pas aussi gros que Katrina, mais il était plus fort à l'atterrissage, probablement un ouragan de trois ou quatre catégories en termes de vents. Il a touché terre de l'est et s'est déplacé vers le WNW, l'œil se trouvant à moins de 5 kilomètres de la Nouvelle-Orléans. Pour des raisons géographiques, il s'agit du pire scénario pour un ouragan touchant la Nouvelle-Orléans.

"Un ouragan comme celui d'août 1812 se classerait parmi les pires ouragans de Louisiane en termes de dégâts en dollars s'il se produisait aujourd'hui", a déclaré Mock. “L'ouragan Betsey était à 100 milles à l'ouest. Katrina était à l'est. Un ouragan de 1915 est venu du sud. En connaissant la trajectoire et l'intensité, ainsi que l'onde de tempête, de l'ouragan d'août 1812, nous avons une autre référence du pire scénario pour les ouragans. Si un ouragan comme celui-ci se produisait aujourd'hui — et cela pourrait arriver — cela signifierait une dévastation absolue.”

Si cette tempête se produisait à l'époque actuelle, les dégâts seraient encore plus catastrophiques qu'en 1812 car le terrain est beaucoup plus sensible. En 1812, le niveau de la mer était plus bas, permettant à l'altitude de la Nouvelle-Orléans d'être plus élevée. De plus, les zones humides couvraient une plus grande partie de la zone. Pour ces raisons, l'onde de tempête de 1812 a été réduite de "plusieurs pieds". Même avec l'onde de tempête entravée, la digue a été détruite, permettant à l'onde de tempête d'inonder les parties sud de la ville. À son apogée, certaines parties de la Nouvelle-Orléans étaient sous 15 pieds d'eau.


Le presbytère : siège de la Cour suprême de Louisiane, 1822-1853

Le presbytère, nommé à l'origine la Casa Curial (Maison ecclésiastique), a été conçu pour être le presbytère, ou la résidence, des prêtres desservant la cathédrale Saint-Louis voisine. Situé au 751, rue Chartres, à l'angle des rues Chartres et Sainte-Anne, le Presbytère se trouve à droite de la cathédrale Saint-Louis, vue de Jackson Square. L'allée Père Antoine sépare le presbytère de la cathédrale Saint-Louis. Le Cabildo, la cathédrale Saint-Louis et le presbytère forment un ensemble symétrique face à Jackson Square.

Le 21 mars 1788, Vendredi Saint, l'ancien édifice du Presbytère, ainsi que la cathédrale Saint-Louis et le Cabildo, brûlèrent dans un immense incendie qui détruisit la plupart des bâtiments de la ville.

Le philanthrope espagnol Don Andres Almonester y Roxas a financé la reconstruction du presbytère, ainsi que la cathédrale Saint-Louis et le Cabildo, avec ses propres fonds. En 1791, Gilberto Guillemard a conçu le Presbytère pour correspondre à son autre bâtiment, le Cabildo, ou Hôtel de Ville, de l'autre côté de la cathédrale Saint-Louis. Le 20 avril 1798, lorsque Almonester mourut subitement, seul le premier étage était terminé. Le presbytère est resté inachevé lorsque les États-Unis ont acheté la Louisiane à la France en 1803.

En 1805, les gardiens de la cathédrale Saint-Louis prennent possession du presbytère. Ils auraient ajouté le deuxième étage en 1813, complétant le presbytère conformément aux plans originaux d'Almonester. En 1847, le toit mansardé de la structure, construit en bois de cyprès et recouvert d'ardoise, a été ajouté.

Les préfets louèrent d'abord le Presbytère à l'usage des particuliers. Plus tard, le presbytère est devenu un palais de justice, abritant la Cour suprême de la Louisiane et d'autres bureaux judiciaires de 1822 à 1853. Le 17 mai 1853, la ville de la Nouvelle-Orléans a acheté le presbytère des gardiens pour 55 000 $. Au moment de la vente, le Presbytère était occupé par la Cour de cassation et les tribunaux d'arrondissement, ainsi que par les officiers et greffiers de ces tribunaux. Le clergé de la cathédrale Saint-Louis occupait l'arrière de la propriété.

La Cour suprême de Louisiane a déménagé au Cabildo en 1853, mais le presbytère a continué à être utilisé par la ville de la Nouvelle-Orléans comme palais de justice jusqu'en 1911, lorsque le presbytère est devenu une partie du musée d'État de Louisiane. Aujourd'hui, le presbytère abrite des expositions en cours sur le Mardi Gras et l'ouragan Katrina, ainsi que d'autres expositions spéciales.


La Nouvelle-Orléans - Histoire, achat de la Louisiane et ouragan Katrina - HISTOIRE

Mythes concernant l'ouragan Katrina

    La Nouvelle-Orléans a survécu à l'ouragan Katrina le 29 août 2005 - puis les digues se sont brisées le lendemain pour inonder la ville.

Faux: Toutes les digues ont été rompues avant 10h00 le matin du 29 août 2005 !

Faux: Aucune digue du fleuve Mississippi à la Nouvelle-Orléans n'a percé, certaines digues au bord du lac ont franchi le pas, mais aucune n'a fait de brèche.

Faux: Toutes les digues qui ont échoué à la Nouvelle-Orléans ont été construites sous la supervision du US Army Corps of Engineers.

Histoire géologique de la région de la Nouvelle-Orléans

Le terrain sur lequel la Nouvelle-Orléans est construite a des origines qui ont commencé il y a environ 5 000 ans. Alors que le niveau de la mer montait après le dernier maximum glaciaire, une série d'îles-barrières a été construite vers l'extérieur de la côte du Mississippi à travers ce qui est maintenant le bord sud-est du lac Pontchartrain (figure 2). Ces îles, appelées les îles Pine étaient composées principalement de sable dont la source était la rivière des Perles le long de la frontière du Mississippi et de la Louisiane. Au moment où le fleuve Mississippi construisait son delta vers le sud-est de la Nouvelle-Orléans, construisant les lobes Maringouin et Teche du complexe du delta (Figure 3). Il y a environ 4 300 ans, le fleuve Mississippi a commencé à former le lobe du delta du Saint-Bernard vers l'est. Ce lobe a finalement recoupé le complexe de Pine Island Barrier Island, enterrant finalement les sables, coupant le drainage du nord pour former le lac Pontchartrain et construisant le terrain sur lequel la Nouvelle-Orléans serait plus tard construite.

Histoire humaine de la Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans a été fondée en 1718 par Jean Baptiste La Moyne, Sieur de Bienville, où le premier établissement était situé à l'emplacement du quartier français (environ 17 pieds au-dessus du niveau de la mer). La ville s'est développée le long des hauteurs, qui comprenaient la digue naturelle du fleuve Mississippi et les crêtes de la Métairie et de Gentilly (environ 3 à 4 pieds au-dessus du niveau de la mer). En raison de sa forme en croissant le long du méandre de la rivière, elle a gagné son surnom, The Crescent City. Le drainage était un problème continuel en raison de la topographie de la région et bien que le Bayou Saint-Jean offrait un drainage naturel de la partie centrale du croissant jusqu'au lac Pontchartrain, il ne suffisait pas à drainer les pluies souvent abondantes qui se produisaient. Ainsi, un système de drainage composé de canaux qui se déversaient dans trois canaux de rejet allant du sud au nord dans le lac a été conçu et construit. En raison des hauteurs intermédiaires des crêtes de la Métairie/Gentilly, il a été nécessaire de faire monter l'eau au niveau des crêtes pour l'amener dans les canaux de rejet.

Événements critiques dans l'histoire des ouragans à la Nouvelle-Orléans

Depuis l'année 1759, 176 ouragans ont frappé la côte de la Louisiane

La fréquence est d'environ deux ouragans tous les trois ans

38 ouragans ont causé d'importantes inondations à la Nouvelle-Orléans

Événements importants d'inondations causées par des ouragans

Premier ouragan en 1722 - presque anéanti la Nouvelle-Orléans

D'autres ouragans en 1778, 1779, 1790 et 1794 ont détruit des bâtiments et coulé des navires dans le fleuve Mississippi

Le 9 août 1812, l'ouragan de la Grande Louisiane a inondé les zones au nord de la ville le long du lac Pontchartrain. Une partie peuplée de la Nouvelle-Orléans était protégée par les Metairie/Gentilly Ridges

16 août 1831 &ldquoGrand ouragan de la Barbade - La digue du fleuve Mississippi s'est brisée et a inondé le quartier français

Bien qu'elle ne soit pas liée à un ouragan, une brèche de digue en 1849 sur le fleuve Mississippi en amont de la plantation Suave a fait couler de l'eau dans la Nouvelle-Orléans au sud de la crête de Metairie, provoquant de graves inondations.

1860 - Trois ouragans frappent la région de la Nouvelle-Orléans. L'une, le 2 octobre, a provoqué une onde de tempête dans le lac pour détruire les villages au bord du lac et les zones inondables au nord du quartier français. Encore une fois, la partie peuplée de la région était quelque peu protégée des ondes de tempête du lac Pontchartrain par les crêtes Metairie/Gentilly

1871 - 3 ouragans créent une onde de tempête dans le lac qui provoque des inondations localisées à la Nouvelle-Orléans. L'arpenteur de la ville W. H. Bell met en garde contre les tempêtes qui remontent les canaux de drainage - suggère de déplacer les pompes au bord du lac.

1915 L'ouragan inonde la ville par les canaux de drainage. 275 décès

19 septembre 1947 L'ouragan inonde une partie de la ville le long du canal industriel et des canaux de drainage. 51 décès

9 septembre 1965 L'ouragan Betsy inonde des deux côtés du canal industriel. L'onde de tempête est entrée du lac Borgne par la sortie récemment achevée du fleuve Mississippi et du golfe (MR-GO). Système de protection contre les ouragans autorisé par le Congrès peu de temps après.

Le 17 août 1969, l'ouragan Camille (Cat. 5) frappe la côte du Mississippi, la Nouvelle-Orléans épargnée par les inondations

26-28 septembre 1998 L'ouragan Georges s'approche de la Nouvelle-Orléans - pour la première fois, l'évacuation de la ville est nécessaire.

14-15 septembre 2004 L'ouragan Ivan s'approche de la Nouvelle-Orléans, - deuxième évacuation - première fois pour Contraflow

29 août 2005 - L'ouragan Katrina passe à l'est de la Nouvelle-Orléans (voir Figure 8).

Crée une onde de tempête de 28 pieds de haut sur la côte du golfe du Mississippi

Une onde de tempête de 18 pieds de haut dans le lac Borgne a inondé presque toute la partie peuplée de la paroisse Saint-Bernard.

Une tempête de 15 pieds entrant dans le canal industriel par le MR-GO, la voie navigable Intracoastal et le lac Pontchartrain dépasse les murs anti-inondation et brise les digues sur les murs anti-inondation des deux côtés du canal industriel.

Une onde de tempête de 11 pieds dans le lac Pontchartrain pénètre dans les canaux de drainage de la 17e rue et de l'avenue London. Les digues du canal ne sont pas dépassées, mais les digues/digues échouent à deux endroits sur le canal London Ave. et à un endroit sur le canal 17th St..

Toutes les brèches de digues se trouvaient sur des canaux de navigation ou de drainage artificiels et toutes étaient des digues et des murs anti-inondation qui avaient été construits par le U.S. Army Corps of Engineers, certains aussi récemment que le milieu des années 1990.

1er septembre 2008 L'ouragan Gustav - La Nouvelle-Orléans évacué. N'a pas inondé la Nouvelle-Orléans, mais a rempli le canal industriel dangereusement près du sommet des digues.

29 août 2012 Ouragan Isaac - Un ouragan de catégorie 1 se déplaçant lentement a causé des pannes de courant et des dommages causés par le vent à la Nouvelle-Orléans. Le nouveau système de protection contre les ouragans le fera, mais les conditions n'étaient pas assez sévères pour lui donner un test substantiel. Les zones en dehors du système de protection contre les ouragans ont subi de graves inondations. En particulier, la communauté de Braithwaite, sur la rive est de la paroisse de Plaquemine, a été inondée lorsqu'une onde de tempête a dépassé la digue non fédérale et s'est retrouvée coincée entre cette digue et la digue du fleuve Mississippi. LaPlace à l'extrémité sud-ouest du lac Pontchartrain et Madisonville, Mandeville et Slidell sur la rive nord du lac Pontchartrain ont été inondés par l'onde de tempête du lac.

Le système de protection contre les ouragans
(Pré-Katrina)

  • L'ouragan Betsy en 1965 a inondé des parties de l'est de la Nouvelle-Orléans, l'Upper Ninth Ward, le Lower Ninth Ward et Gentilly.

Deux plans ont été proposés par l'Army Corps of Engineers :

Le plan barrière

    Dans les années 1970, le Corps a proposé de construire des barrières et des portes de navigation fermables à travers les 2 entrées du lac Pontchartrain pour empêcher l'onde de tempête du lac Borgne et du golfe du Mexique d'entrer dans le lac.

Plan de haut niveau

    Dans les années 1980, le Corps a proposé de construire des digues et des murs anti-inondation à une hauteur nécessaire pour empêcher les ondes de tempête du lac Pontchartrain et du lac Borgne d'entrer dans la ville.

    Le Sewerage & Water Board et Orleans Levee Board se sont opposés à l'installation de barrières au bout des canaux parce que le Corps a refusé d'envisager l'inclusion de stations de pompage aux barrières qui pomperaient l'eau de pluie de la ville dans le lac lorsque les barrières ont été fermées pendant un ouragan.

    Les murs en I étaient le type de mur anti-inondation le plus couramment utilisé dans le système de protection contre les inondations de la Nouvelle-Orléans.

    La défaillance des murs anti-inondation de type I était le problème le plus courant pendant l'ouragan Katrina, et ces défaillances ont entraîné de graves inondations dans le bassin principal de la ville.

    Les résultats de l'étude E-99 ont été mal interprétés et le Corps a déterminé que des profondeurs de pénétration de palplanches plus courtes pourraient être utilisées, ce qui permettrait de réaliser des économies de coûts pour la construction des murs anti-inondation du canal d'environ 100 millions de dollars.

La commission nommée pour enquêter sur ce qui ne va pas pendant Katrina - Le groupe de travail interagences sur l'évaluation des performances (IPET) a conclu ce qui suit dans son rapport final :

&ldquoLe système n'a pas fonctionné en tant que système : la protection contre les ouragans à la Nouvelle-Orléans et au sud-est de la Louisiane n'était qu'un système de nom . Les performances du système ont été compromises par l'incomplétude du système, l'incohérence des niveaux de protection et le manque de redondance. Des sections incomplètes du système ont entraîné des sections avec des élévations de protection inférieures ou des transitions entre les types et les niveaux de protection qui étaient des points faibles.&rdquo

Pourquoi la Nouvelle-Orléans est vulnérable aux ouragans

Causes naturelles

Emplacement près du golfe du Mexique

Faible altitude (près du niveau de la mer)

Affaissement - causé par le compactage des sédiments déposés par la rivière

Érosion du lobe delta inactif

Hausse du niveau de la mer due au réchauffement climatique

Causes liées à l'homme

Les digues sur la rivière empêchent les inondations, mais privent la plaine inondable de sédiments qui compenseraient normalement le compactage naturel Les digues sur la rivière empêchent les inondations, mais privent la plaine inondable de sédiments qui compenseraient normalement le compactage naturel.

Érosion côtière accélérée par les changements humains dans le système. Le littoral de la Louisiane s'érode à une vitesse incroyable, estimée à 25 miles carrés par an. (1 terrain de football de surface toutes les 45 minutes). Les causes de l'érosion côtière comprennent les processus naturels énumérés ci-dessus, ainsi que les suivants :

    Canaux de navigation et d'exploration. Pendant Katrina, toutes les ruptures de digues/murs anti-inondation se sont produites sur des canaux de navigation et de drainage artificiels qui amènent l'eau au cœur de la ville (voir la figure 8).

Au cours des prochaines semaines, nous explorerons davantage les problèmes survenus pendant Katrina et explorerons ce qui est fait pour réduire le risque et la vulnérabilité.

Chronologie des événements importants menant à l'ouragan Katrina*

Dépôt du lobe du delta du Saint-Bernard et formation de la Métairie/Gentilly/Esplanade Canaux de distribution

*Basé sur ILIT (2006), Braun & Varabedian (2005) et Schleifstein (1er novembre 2005)


La Nouvelle-Orléans - Histoire, achat de la Louisiane et ouragan Katrina - HISTOIRE

Un enterrement de plantation 1860 huile sur toile de John Antrobus La collection historique de la Nouvelle-Orléans, 1960.46

Cet espace d'exposition est temporairement fermé.

Les galeries d'histoire de la Louisiane, décrites par Frommer's La Nouvelle-Orléans comme « la meilleure introduction à la ville qu'un visiteur puisse obtenir », se trouvent au deuxième étage de la maison Merieult de 1792 au 533, rue Royale et comprennent treize galeries. Cette exposition permanente présente un récit de l'histoire de l'État à l'aide d'art et d'artefacts datant de l'histoire précoloniale jusqu'à l'ouragan Katrina. Les galeries sont organisées par ordre chronologique et présentent des objets rares et uniques, comme une lettre codée sur les négociations pour l'achat de la Louisiane à la France, envoyée à Thomas Jefferson par un agent américain. Des peintures, des gravures et des photographies illustrent des personnages, des événements et des scènes remarquables du passé coloré de la Nouvelle-Orléans.

De plus, les galeries comportent des kiosques iPad qui fournissent du contenu audiovisuel associé. Le kiosque de la galerie couvrant la fin des années 1700, par exemple, propose aux visiteurs des extraits audio de la musique d'une collection de chansons manuscrites de 1736 utilisées par les religieuses Ursulines, le seul manuscrit musical connu qui survit de la Louisiane coloniale. Un kiosque près d'une exposition de souvenirs du Mardi Gras donne des détails sur les invitations au bal, les couronnes et les sceptres «royaux» élaborés. Un autre kiosque offre une vue aérienne à 360 degrés du quartier central des affaires de la Nouvelle-Orléans dans les années 1920.


L'achat de la Louisiane – 1803

Le drapeau des États-Unis en 1803.

« Le jour viendra peut-être où la cession de la Louisiane aux États-Unis rendra les Américains trop puissants pour le continent européen. Que les Louisianais sachent que nous nous séparons d'eux à regret que nous stipulons en leur faveur tout ce qu'ils peuvent désirer, et qu'ils, désormais, heureux de leur indépendance, se souviennent qu'ils ont été Français, et que la France, en les cédant, leur a assuré des avantages qu'ils n'auraient pu obtenir d'une puissance européenne, quelque paternelle qu'elle eût été. Qu'ils gardent pour nous des sentiments d'affection et que leur origine, leur descendance, leur langue et leurs coutumes communes perpétuent l'amitié. — Napoléon Ier, 1803

Carte d'achat de la Louisiane. (Utilisé avec la permission du ministère de la Culture, des Loisirs et du Tourisme, brochure du bicentenaire de l'État de Louisiane.) L'Empereur Napoléon dans son bureau aux Tuileries par Jacques-Louis David, 1812

Craignant le contrôle de la France napoléonienne sur l'embouchure du fleuve Mississippi et désireux de préserver et d'étendre le caractère agricole des États-Unis, le président Thomas Jefferson envoya James Monroe et Robert Livingston en France au début de 1803 pour négocier l'achat de la Nouvelle-Orléans. et autant de terres à l'est du fleuve Mississippi que possible. Le 29 avril 1803, Napoléon accepta de manière inattendue de vendre l'ensemble du territoire de la Louisiane pour seulement 15 millions de dollars, ce qui doubla la taille des États-Unis. Le Sénat américain a approuvé l'achat le 20 octobre 1803. Le président Jefferson a demandé à William C. C. Claiborne et au général James Wilkerson de prendre possession du territoire.

Le transfert a eu lieu le 20 décembre 1803. Le territoire de la Louisiane s'est avéré être l'une des régions les plus riches du monde en raison de ses ressources naturelles, de son bois, de ses vastes terres agricoles et d'élevage et de son sol fertile.

Le général Horatio Gates a dit au président Jefferson le 18 juillet 1803 : « Que le pays se réjouisse, car vous avez acheté la Louisiane pour une chanson.

De nombreux historiens pensent qu'à l'exception de la Déclaration d'indépendance, aucun autre document n'a eu un impact plus important sur la société américaine que l'achat de la Louisiane.

However, when some wanted immediate statehood President Jefferson informed Congress that the people of Louisiana were “as incapable of self-government as children.” Jefferson’s statement was probably based on a letter received from William C. C. Clairborne, new governor of Orleans Territory which read—”I fear that if education be left entirely to the patronage of the inhabitants, it will continue to be neglected for they are not sufficiently informed to appreciate its value.” A majority of Congress declared that a people who had long been accustomed to the rule of Spain must serve an apprenticeship before they could be regarded as ready to adopt the government of the United States. The Territory of Orleans and the German Coast remained a territory for nine years after the purchase. Residents of the German Coast would play a major role in Louisiana’s quest for statehood.

For as far back as these early residents could remember, they and their ancestors had been ruled by kings, princes and warlords… From the beginnings of their history, the residents…were subjects, not citizens. And subjects, as we know, do not make the laws under which they live subjects follow them. Subjects do not choose their rulers subjects obey them. Before 1807, the King’s word was law and those men that the King appointed, enforced his law. The people were told that the King ruled over them because it was the Will of God … The King and the Catholic Church appointed all local officials in Louisiana … But in March 1807, a radically different system of government was about to take shape and dramatically change the lives of everyone living here.
Extracted from “Letter from Norman Marmillion”, News Examiner, April 5, 2007

President Thomas Jefferson signed what is now referred to as the Jefferson Document appointing four men to the legislative council. One of the four was Jean-Nöel Destrehan of the German Coast. These men were carefully selected and charged with the task of planning the new provisional government. The original Jefferson Document can be viewed at Destrehan Plantation on River Road.

President Thomas Jefferson signed what is now referred to as the Jefferson Document appointing four men to the legislative council. One of the four was Jean-Nöel Destrehan of the German Coast. These men were carefully selected and charged with the task of planning the new provisional government. The original Jefferson Document can be viewed at Destrehan Plantation on River Road.

This text is copyright © material by Marilyn Richoux, Joan Becnel and Suzanne Friloux, from St. Charles Parish , Louisiana: A Pictorial History, 2010.


La Nouvelle Orléans

From its founding in 1718 through its development over the centuries and the disaster of Hurricane Katrina, New Orleans is an American city with a rich history.

1682
The French lay claim to the land at the mouth of the Mississippi River and the upriver Louisiana territory.

Mardi Gras Day, 1699
French Canadian Pierre D’Iberville establishes a camp called Point du Mardi Gras (Mardi Gras Point) 60 miles below the present-day New Orleans.

1718
The city of New Orleans is founded by the French as La Nouvelle-Orléans. It is named for Philip II, Duke of Orléans, the king of France at the time.

1722
New Orleans becomes the capital of French Louisiana, replacing Biloxi.

1724
Jews are officially forbidden to enter New Orleans. Despite this, many Jews are able to enter by not admitting to being Jewish.

1762
France cedes New Orleans to Spain under the Treaty of Fontainebleau.

1788
The Great Fire destroys many of the French-built structures in the original French Quarter of the city.

1795
A second fire destroys much of the remaining French architecture. The Spanish rebuild using Spanish colonial architecture.

1795
The United States is granted “Right of Deposit” in New Orleans, allowing them to use the city’s port facilities.

1801
Louisiana reverts back to French control after Napoleon regains the territory under a treaty agreement with Spain.

1803
Napoleon sells the Louisiana territory to the United States in the Louisiana Purchase.

1812
The War of 1812 brings British forces who try to conquer New Orleans.

Jan. 8, 1815
The British are defeated by Andrew Jackson and his army in the Battle of New Orleans.

1830s
The population of New Orleans doubles.

1840
The population is approximately 102,000, making it the fourth largest city in the United States at the time.

1849
Loses its status as the capital of Louisiana to

1853
During the Great Scourge of 1853, almost 10,000 New Orleans citizens die from yellow fever.

1865
Once again becomes the capital of Louisiana.

1872
The official Mardi Gras colors – purple, green, and gold – are chosen by the King of Carnival, Rex. Purple stands for justice, green for faith, and gold for power.

1880
Loses its status as the capital of Louisiana to

1884
New Orleans hosts the 1884 World’s Fair, The World Cotton Centennial.

1910s
A. Baldwin Wood, an engineer and investory, oversees his plan to drain the city and install large pumps to drain rainwater from the canals into Lake Pontchartrain. The drainage allows the city to expand.

1920s
The old cast-iron balconies are removed from Canal Street in an attempt to modernize the city.

1960s
The Canal Streetcar Line is replaced with buses.

1984
New Orleans hosts its second World’s Fair, the Louisiana World Exposition.

1987
Pope John Paul II addresses 80,000 children at the Superdome.

1990s
Streetcars are restored to a section of Canal Street.

Dec. 14, 1996
The Bright Field freightliner/bulk cargo vessel crashes into the Riverwalk mall and hotel complex on Poydras Street Wharf, injuring 116 people, and destroying 15 shops and 456 hotel rooms.

Jan. 6, 1997
The freightliner is finally removed from the crash site.

Sept. 1998
The threat of Hurricane Georges causes the evacuation of about 500,000 Louisiana residents and the mayor of New Orleans declares a state of emergency. 160,000 residents lose power and many homes outside of the levee system were flooded.

April 2004
Construction to restore the entire Canal Street streetcar line is completed.

Aug. 24, 2005
A tropical storm that will soon become Hurricane Katrina is first spotted in the Carribean.

Aug. 26, 2005
The National Weather Service announces that Hurricane Katrina has changed course and could hit New Orleans.

Aug. 27, 2005
Mayor Ray Nagin calls for a voluntary evacuation of New Orleans. All outbound arteries of the city are clogged for 48 hours.

Aug. 28, 2005
Hurricane Katrina reaches a Category 5 intensity with 175 mph winds. 26,000 people evacuate to the New Orleans Superdome. The director of the National Hurricane Center alerts the Times-Picayune of a “worse-case scenario.”

Aug. 29, 2005 – 6:00 a.m.
Hurricane Katrina makes landfall on the Gulf Coast, with the eye hitting just east of New Orleans. At 7am, water is reported coming

Aug. 29, 2005 – 7:00 a.m.
Water begins flooding over the levee in the 9th Ward.

Aug. 29, 2005 – 8:45 a.m.
Up to eight foot high flood waters are reported in the 9th Ward.

Aug. 29, 2005 – 9:00 a.m.
A hole is ripped in the roof of the Superdome. The eye of the storm moves to the east of New Orleans, blowing out windows in high rises.

Aug. 29, 2005 – 11:00 a.m.
There is a breach in the Industrial Canal levee, causing Lake Pontchartrain to flood into Eastern New Orleans, the Lower 9th Ward, and St. Bernard Parish.

Aug. 29, 2005 – 2:00 p.m.
A breach in the 17th Street Canal causes flooding of Gentilly, Broodmoor, Mid-City, and Lakeview. Meanwhile, waters have risen as high as 12 feet in some areas of the 9th Ward.

Aug. 30, 2005
Waters continue to rise as Martial Law is declared in Jefferson, Orleans, and Plaquemines Parishes. Looting and chaos occurs as the whole world watches the disaster unfold on tv.

Aug. 31, 2005
Some areas of the city are under 20 feet of water as the “bowl” of New Orleans is now even with Lake Ponchartrain. Thousands of people are stranded in the Superdome and reports of chaos and violence are reported in the media. People throughout the city are stranded on their roofs or trapped in their homes with no food, water, or power.

Sept. 1, 2005
With many people, including Mayor Ray Nagin, asking why more help has not come from the federal government, President George W. Bush appears on Good Morning America and says: “I fully understand people wanting things to have happened yesterday. I understand the anxiety of people on the ground … So there is frustration. But I want people to know there’s a lot of help coming.” He asks for a $10.5 billion storm relief package.

Sept. 3, 2005
FEMA says they are overwhelmed by the emergency. Chaos and violence still run rampant in the city. The last of the people stuck in the Superdome and Convention Center are evacuated.

Sept. 5, 2005
16,000 National Guard troops work on search and rescue. It is feared that as many as 10,000 may have lost their lives, though nobody knows the actual number yet.

Sept. 8, 2005
A city-wide order by New Orleans Police Superintendent Eddie Compass to confiscate all civilian firearms is issued to local police, National Guard soldiers, and Deputy U.S. Marshals. Compass states: “No one will be able to be armed. Guns will be taken. Only law enforcement will be allowed to have guns.” Gun confiscations are subsequently carried out without warrant and with excessive force in many cases. Given that there is widespread crime and looting occurring in the city, many people are outraged that law enforcement is taking away the peoples’ ability to defend themselves and their homes.

Sept. 23, 2005
The U.S. District Court for the Eastern District of Louisiana issues a restraining order barring further firearms confiscations.

Sept. 24, 2005
Hurricane Rita makes landfall in Texas. The eastern bands of the storm cause flooding in already-devastated New Orleans.

Oct. 5, 2005
Mayor Ray Nagin holds a press conference to announce that, due to the financial crisis caused by Katrina, 3,000 city employees will lose their jobs.

Late 2005
Ellen Degeneres, a New Orleans native, makes it one of her missions to raise money for Hurricane Katrina relief. The Ellen Degeneres Show raises almost 10 million dollars for The Ellen Degeneres Show Hurricane Katrina Relief Fund in the months following the disaster.

January 2006
Only about 200,000 people are living in New Orleans, not even half of the pre-Katrina population.

Jan. 16, 2006
Mayor Ray Nagin gives a speech on Martin Luther King, Jr Day about the aftermath of Katrina and says, “Surely God is mad at America. He sent us hurricane after hurricane after hurricane, and it’s destroyed and put stress on this country. Surely he doesn’t approve of us being in Iraq under false pretenses. But surely he is upset at black America also. We’re not taking care of ourselves.”

July 1, 2006
The population is about 219,563. It is harder or more expensive in post-Katrina New Orleans to get homeowners’ insurance because of the high risk of hurricanes in the area.

Dec. 2006
Brad Pitt and William McDonough found The Make it Right Foundation in order to rebuild 150 of the Lower 9th Ward in an environmentally friendly, safe, and affordable manner. The homes at first will only be available to residents from the Lower 9th ward who have been displaced by the flood.

Jan. 7, 2008
New Orleans hosts the 2008 BCS National Championship Game at the Superdome.

Feb. 17, 2008
New Orleans hosts the 2008 NBA All-Star Game at the New Orleans Arena.

Oct. 23, 2011
The Superdome is renamed the Mercedes-Benz Superdome

March 10, 2012
“A Night to Make It Right” is hosted at the Hyatt Regency New Orleans, hosted by Brad Pitt and Ellen Degeneres with performances by Kanye West, Sheryl Crow, Rihanna, Snoop Dogg, Seal, Dr. John, and others. $5 million was raised for the Make It Right Foundation at the event.

Nov. 9, 2012
The Make It Right Foundation announces that their homes will be for sale to first responders and teachers from outside of the Lower 9th Ward.

Feb. 3, 2013
New Orleans hosts Super Bowl XLVII between the Baltimore Ravens and the San Francisco 49ers at the Mercedes-Benz Superdome. During the game, a power failure occurs halting the game for 34 minutes.

A partial power failure halted game play for about 34 minutes in the third quarter between the Baltimore Ravens and the San Francisco 49ers. It caused CBS, who was broadcasting the game, to lose some of its cameras as well as voiceovers by the commentators. At no point did the game go off the air, though the game had no audio for about two minutes. While the lights were coming back on, CBS reporters deployed around the stadium reported on the outage as a breaking news situation until power was restored enough for play to continue.

April 2013
The Make It Right Foundation has 90 homes completed and is working on the 60 remaining homes.

Feb. 5, 2014
The New Orleans Arena is renamed the Smoothie King Center.

2014
The number of murders in the city fell to 150 for 2014, the lowest in four decades.


2 thoughts on &ldquoHurricane Katrina, New Orleans, and Haitian History&rdquo

Without specifying the dollar cost and sources, it is easy to say there are cultural and historic motivations to rebuild New Orleans at its original location. It was a charming city. The results of this storm make plain to more-objecive non-Louisiana taxpayers, many of whom have lived or visited there, that same-site rebuilding would be foolish in the extreme. The economic base of the city has eroded over the past 40 years or so. Those who left didn’t go to low-lying places. Who is to fund affordable housing for even half of the 500,000 people who lived there before Katrina? Where will the jobs come from for returned refugees, and when? How would rebuilding in this flood bowl be equitable to myriad other communities which have learned that you don’t rebuild in a flood plain? I can’t imagine being convinced that the city should be rebuilt where it was without a thorough feasibility study from the Dutch, who alone have calculated the risks and costs and been willing to spend the time and enormous sums and created the cutting-edge engineering to make living below sea level work. Fickle Congress and the Corps of Engineers need a reality check.

I’m surprised there hasn’t been more of an effort from the city of new Orleans and State of Louisiana to pressure teh State Department to increase Haitian migration to Louisiana in the wake of the two disasters. Thousands of Haitians still lack adequate housing and large areas of New Orleans are still depopulated. It would be great to hear colonial French spoken again in the Ninth Ward (and an easy way for Louisiania’s CODOFIL to fulfill its mission of promoting the French language in Louisiana!).

Laisser une réponse Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Découvrez comment les données de vos commentaires sont traitées.


Voir la vidéo: Hurricane Katrina Day by Day. National Geographic (Août 2022).